Plastic Omnium se déleste de ses célébres poubelles le 18 décembre 2018

, par christophe Juppin

Plastic Omnium a finalisé, mardi 18 décembre 2018, la vente de sa division "Environnement" (fabrication de bacs et conteneurs à déchets) à Latour Capital, pour un montant de 220 millions d’euros. C’était l’activité historique et fondatrice du groupe, implanté à Langres. Plastic Ominum Environnement, le fabricant des conteneurs à déchets, bien connus pour ses bacs de différentes couleurs, vient de trouver un acquéreur, en l’occurrence le fonds d’investissement Latour Capital, allié à Bpi France.

Laurent Burelle, Pdg de Plastic Omnium a tranché. Il avait annoncé en 2017 vouloir céder sa branche Environnement qui fabrique les conteneurs à déchets colorés destinés notamment au tri sélectif et logée dans sa filiale néerlandaise Plastic Omnium Environment BV.

C’était pourtant le métier historique et fondateur de l’entreprise fondée par la famille Burelle ; mais il était devenu marginal aujourd’hui à l’échelle de ce groupe de dimension mondiale, pesant moins de 5 % de son chiffre d’affaires total.

Vendu 220 millions d’euros

C’est le consortium formé de la société de gestion Latour Capital (fondée par Cédric Bannel, Philippe Leoni et Alain Madelin), associée à Bpifrance qui va devenir le nouveau propriétaire de PO Environnement.

La transaction est donc confirmée, sur la base d’une valeur d’entreprise de 220 millions d’euros, précise Plastic Omnium.

Ce pôle était valorisé environ 260 millions dans les comptes 2017 de l’entreprise.

Son faible poids au sein du groupe n’empêchait pas PO Environnement d’être le leader européen de la conteneurisation des déchets.

Mais le groupe dirigé par Laurent Burelle est engagé dans un autre challenge, l’automobile : il est actuellement leader mondial dans ses spécialités automobiles telles que les pièces et modules de carrosserie plastiques et des systèmes à carburant et de dépollution.

Or, c’est , bien le marché automobile qui a porté la très forte croissance du groupe ces quinze dernières années. Laurent Burelle veut donc totalement se concentrer sur celle-ci.

« Plastic Omnium affirme sa volonté de concentrer tous les moyens humains et financiers sur le développement de ses activités automobiles », explique le groupe.

La branche Environnement de PO emploie 1 800 personnes, possède six usines en France, Allemagne et Espagne et opère dans pas moins de douze pays.

Rentable, cette filiale affiche un chiffre d’affaires de 340 millions d’euros.

Un important centre de R&D à Saint-Priest

Cette branche avait inauguré l’année dernière un important centre de Recherche&Développement et de services clients à Saint-Priest, dans l’Est lyonnais.

Si l’on reprend l’historique du Groupe dont Lyon sert de cadre principal, le pôle environnement est issu du rachat par Plastic Omnium, fondé en 1946 par Pierre Burelle, de la société UMDP (l’Union mutuelle des propriétaires lyonnais pour les vidanges) développée au 19ème siècle par son propre grand-père, Pierre-Emile Burelle.

Il s’agissait alors d’une entreprise spécialisée à l’origine dans l’évacuation des « immondices » générés par la population de l’agglomération lyonnaise, intégrée par la suite vers la fabrication de conteneurs, en tôle à l’époque, puis en plastique.

Outre de générer de la trésorerie, l’un des avantages de cette cession pour le groupe, est de regonfler un peu le titre Plastic Omnium en Bourse qui a perdu depuis le début de l’année, près de 50 % de sa valeur (mais affiche + 2 600 % sur dix ans)...


Publié par LARGERON Dominique le 20 décembre 2018 sur www.lyon-entreprises.com

La volonté du groupe de se concentrer sur le développement de ses activités automobiles était connue depuis 2017. Le fabricant de pièces de carrosseries et de systèmes carburant en termine ainsi avec la production de bacs à ordures ménagères et autres conteneurs enterrés et semi-enterrés.

Son activité "environnement" avait débutée en 1965. Elle représentait 4% de son chiffre d’affaires en 2017 et 1 800 personnes. En perte de vitesse, le chiffre d’affaires de l’activité était passé de 369 millions d’euros en 2016 à 335 millions l’année suivante, malgré la position de leader de l’entreprise en Europe. En France, la vente a concerné six usines et un centre de R&D situé près de Lyon.


Pour en savoir plus :

- Robotisons nos usines pour sauver notre industrie
- Ce qu’il faut retenir du rapport de Cédric Villani sur l’intelligence artificielle du 28 mars 2018
- Forges de Courcelles : partir loin pour être plus fort ici
- Renfortech, leader européen du renfort de coffre en bois
- Plastic Omnium mise sur la carrosserie intelligente et sur l’hydrogène le 03 octobre 2018 à Paris.
- Plastic Omnium se déleste de ses célébres poubelles le 18 décembre 2018