« Auberive , lieu incontournable du parc »

, par Orianne Roger

D’ici à cinq ans, le parc national accueillera, au pire, 100 000 visiteurs par an. Pas étonnant que les acteurs locaux comme l’Abbaye d’Auberive s’en saisissent.

L’abbaye d’Auberive sera une des portes d’entrée du parc, comme la Petite cité de caractère de Châteauvillain ou encore le Château de Montigny-sur-Aube (21). Auberive est aussi candidate pour être le siège administratif du Parc national. L’idée séduit Alexia Volot, gérante de l’abbaye.

Ses parents ont racheté ce monument historique vieux de près de 1 000 ans en 2004. Depuis, les Volot mettent beaucoup d’énergie à le faire vivre, en le rénovant et en alimentant le centre d’art contemporain qu’ils ont aménagé à l’intérieur. Chaque été, des expositions temporaires sont aussi proposées comme en 2018 avec « Par les masques écornés », de Stéphane Blanquet. Des concerts viennent encore enrichir la programmation.

Augmenter l’activité

La renommée de l’Abbaye d’Auberive n’est plus à faire. Pourtant, Alexia Volot, engagée dans le projet de parc national, n’hésite pas à le dire : « J’espère que cela va me permettre d’augmenter mon activité ». Dans nos territoires très ruraux, il n’est en effet pas toujours facile d’attirer les touristes. Ce label permettra une belle mise en valeur de la Haute-Marne et de la Côte-d’Or. « Nous sommes sur un territoire qui est beau, avec des espaces de quiétude. On a aussi la chance d’avoir une richesse patrimoniale et culturelle importante et la possibilité de nombreuses activités de plein air ». Alexia poursuit son énumération, évoquant la qualité de l’air et du ciel où les étoiles sont bien visibles. C’est sans compter les paysages. « En avril, toute la forêt frémit, c’est merveilleux ».

Fixer les touristes

Les Volot, bien conscients de tout le potentiel qui les entoure, ont déjà pour habitude de travailler avec la Maison Laurentine à Aubepierre-sur-Aube, un autre centre d’art contemporain. « Avec Châteauvillain, ça commence à venir », souligne Alexia. Elle regarde aussi du côté de la Côte-d’Or. Fabien Ansault, à la tête d’un cabinet de curiosités à Chamesson (lire par ailleurs), est devenu un ami.

Pour la gérante, cela ne fait aucun doute : apprendre à mieux se connaître et resserrer les liens entre les structures touristiques sont nécessaires. « On le fait déjà mais il faut qu’on soit en capacité de se renvoyer davantage de clients ». Pas question pour les futurs visiteurs du parc de faire un saut rapide sur le territoire, il y a bien trop de pépites à découvrir.

Orianne Roger

Publié par Orianne Roger le vendredi 12 avril 2019 en page 4 dans La Voix de la Haute Marne n°8904.


JPEG - 49.9 ko
Carte des zonages approuvées à l’AG du GIP Parc National le Mercredi 10 juillet 2019

Pour en savoir plus :

- François Fillon annonce la création du 11e Parc national français à Leuglay le 27 juillet 2009
- CinéTech N°26 : Le trésor que cachait la forêt
- CinéTech N°26 : Des soirées CinéTech qui passionnent toujours autant
- Jean-Claude Volot : itinéraire d’un surdoué
- Comment Jean-Claude Volot a transformé l’abbaye d’Auberive du XVIIIème en centre d’art contemporain
- « Le XXIe siècle sera l’ère de la bioéconomie et du bois » déclare Timothée Boitouzet le 22 juin 2018.
- Parc national : 241 000 hectares de forêt entre la Champagne et la Bourgogne
- « Auberive , lieu incontournable du parc »
- Cinétech n°37 : « Parcs nationaux – Quand la nature fait recette » le mercredi 17 avril 2019 à 19h à Nogent (52)
- Le Cinétech n°37 se penche sur le futur Parc National.