Bruno Nahan, Dirigeant de Bugis Cette crise du Covid-19 a été une opportunité pour montrer l’agilité et la réactivité de l’écosystème local.

, par Sylvia MAUCORT

Bugis va renforcer sa position sur le segment du marché de la mode écoresponsable et de continuer à développer des matières naturelles, biologiques, recyclables et 100% Made in France comme le lin et le chanvre. L’entreprise va aussi développer des matières respirantes et filtrantes pour le marché du médical et d’autres marchés industriels.


Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Bruno Nahan et je suis le dirigeant de Bugis. C’est une société qui réalise 6 millions de chiffre d’affaires, composée de 27 salariés et qui est surtout l’un des derniers fabricants français spécialisés dans les matières souples, en maille. Nous travaillons essentiellement pour les secteurs de la mode et des tissus techniques.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de votre entreprise ?

Bugis a été fondée en 1956 en agglomération Troyenne puisque Troyes est historiquement la capitale de la maille. La société est devenue très tôt, un acteur important de la fabrication de tissus en maille pour les donneurs d’ordre du domaine de la mode. Puis dans les années 1990, nous nous sommes élargis au domaine des tissus techniques, c’est-à-dire toutes les applications liées à l’utilisation des tissus en maille pour l’industrie, le transport, l’aéronautique et le médical.

Quelles sont les spécificités de Bugis ?

Tout d’abord, Bugis fabrique la totalité de ses collections en France, à Troyes. De plus, nous avons une longue expérience dans les matières en fibres naturelles telles que le coton, le lin, la laine mais aussi les fibres issues de la pulpe de bois. Depuis quelques années, nous nous sommes orientés sur des matières éco-responsables, en travaillant le coton biologique et les fibres recyclées. En collaboration avec nos partenaires locaux, nous travaillons sur des teintures 100% naturelles sans aucun produit chimique.

JPEG - 52.9 ko
Bruno Nahan est le dirigeant de Bugis.

À quelle(s) étape(s) de la chaîne de fabrication intervenez-vous ?

Bugis est un acteur amont de la filière textile. Nous achetons auprès de nos partenaires et fournisseurs, les matières premières que nous allons transformer en tricotage. Ensuite ces matières sont teintes auprès de nos partenaires présents dans l’écosystème local. Enfin, nous livrons notre clientèle qui va réaliser la confection de l’article pour la mode ou encore le secteur technique.

Pourquoi avoir choisi l’agglomération troyenne pour votre entreprise ?

Pour 2 raisons essentielles. La première c’est la présence sur le Territoire Sud Champagne d’une filière très active au niveau de la confection, de l’ennoblissement, de la teinture, du contrecollage et de la broderie. La seconde raison, c’est le savoir-faire local avec des équipes qui maîtrisent la fabrication des tissus en maille, que ce soit la conception, le développement ou encore la réalisation opérationnelle des matières en atelier.

Comment avez-vous géré la crise COVID-19 ?

Cette crise a été une opportunité pour la filière textile, qui a permis de montrer l’agilité et la réactivité de l’écosystème local puisque chaque pôle d’expertise a travaillé au développement des masques. Bugis pour la partie filtrante et respirante et les acteurs locaux pour la partie confection, le traitement et la teinture de ces fameux masques lavables.

Quelles sont les projets de Bugis pour l’avenir ?

Bugis a 2 grands projets. Le premier est de renforcer sa position sur le segment du marché de la mode écoresponsable et de continuer à développer des matières naturelles, biologiques, recyclables et 100% Made in France comme le lin et le chanvre. Nous souhaitons aussi continuer à proposer des produits autour des teintures 100% naturelles qui assurent une parfaite innocuité des tissus en contact avec la peau pour l’univers enfant et la mode adulte. Le 2ème grand axe est de continuer à nous renforcer sur le développement de matières respirantes et filtrantes dans des débouchés comme le médical ou encore les applications industrielles.

Publié le 16 juillet 2020 sur https://business-sud-champagne.com


Pour en savoir plus :

- Covid-19 : Troyes : les entreprises textiles mobilisées pour la fabrication de masques le 23 mars 2020
- Covid-19 : Des masques made in Aube pour ceux en première ligne le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le textile troyen va produire des milliers de masques le 15 avril 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le textile troyen va produire des milliers de masques le 15 avril 2020
- Covid-19 : Covid-19 : TISMAIL-La Chaussette de France réoriente sa production vers la conception de masques. le 22 avril 2020.
- Covid-19 : Bugis tricote une filtration à 90% le 28 avril 2020
- Covid-19 : Compositex colle trois matériaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : Le Coq sportif mobilisé comme jamais contre le Covid-19 à Romilly-sur-Seine le 29 avril 2020
- Covid-19 : Dix fabricants recensés dans l’Aube, un en Haute-Marne le 29 avril 2020
- Covid-19 : Tismail lance Mask in France le 12 mai 2020
- Covid-19 : Les usines de masques auboises déjà en panne de commandes le 25 mai 2020
- Bruno Nahan, Dirigeant de Bugis le 16 juillet 2020