Bure - Saudron - Aucun bémol pour Syndièse en juillet 2011 CIGEO (Centre Industriel de Stockage Géologique).

, par christophe Juppin

Le projet de centre d’enfouissement des déchets nucléaires bénéficie d’un accompagnement économique dont rendent compte annuellement les trois principaux secteurs économiques que sont EDF – le CEA et AREVA. Pour le moment le site de Bure-Saudron n’est qu’un laboratoire mais il est en cours d’habilitation pour devenir un centre d’enfouissement qui portera le nom de CIGEO (Centre Industriel de Stockage Géologique).

30 Millions pour chaque GIP

Depuis 2006 l’ANDRA verse à chacun des deux Groupements d’Intérêt Public Meusien et Haut-Marnais une enveloppe destinée à accompagner la dynamique de développement économique, solidaire et durable. En 2010 cette enveloppe est passée de 20 à 30 M€ par an et par département. Elle est financée par des taxes versées par EDF (78 %), le CEA (17 %) et AREVA (5 %).

Les 10 millions supplémentaires vont être consacrés à des projets en proximité du futur stockage mais aussi au développement industriel et d’infrastructures sur l’ensemble du département.

Successivement les trois acteurs économiques de l’ANDRA ont présenté leurs actions directes auprès des entreprises et des collectivités qui complètent les interventions du GIP.

EDF intervient à la fois dans la réalisation d’investissements directs pour sa propre entreprise et en finançant les mesures de Maîtrise de la Demande d’Energie (MDE) mieux connue sous le label en Meuse et en Haute-Marne « ensemble économisons l’énergie ».

Pour Bruno FREDET, Directeur développement économique Meuse et Haute-Marne, les réalisations vont bien au-delà des espérances. En effet 17 500 particuliers ont pu bénéficier d’un financement pour un équipement de maîtrise et d’économie d’énergie sur la période 2006/2010 alors qu’il était prévu au départ 11 000 chantiers.

EDF a ainsi engagé près de 18 Millions d’aides au cours des 2 dernières années sur les deux départements.

En ce qui concerne les investissements directs, notons le financement d’un bâtiment des archives industrielles ainsi qu’une plate-forme de stockage à Velaines mais il s’agit d’investissements meusiens….. Pour le moment EDF n’a pas énormément investi en Haute-Marne si ce n’est le centre d’entraînement et certification aux techniques d’examens non destructifs qui permettent d’assurer la maintenance dans les centrales, qui a été implantée à Saint Dizier sur le parc « énergie ». La cité bragarde s’est d’ailleurs positionnée pour accueillir des formations spécifiques à l’environnement nucléaire.

A la remarque d’Antoine ALLEMERSCH qui relève un certain déséquilibre entre la Meuse et la Haute-Marne en terme d’investissements, M. Bruno FREDET répond que « le flux économique est largement rééquilibré par la participation des entreprises haut-marnaises du nord Haute-Marne dans la réalisation des investissements actuels et futurs ». Des actions sont d’ailleurs engagées pour créer des grappes d’entreprises afin d’associer les PME et PMI aux appels d’offres des grands chantiers qui vont s’ouvrir.

En zone de proximité, les équipements de récupération d’énergie sur les tanks à lait seront aidés.
En zone de proximité, les équipements de récupération d’énergie sur les tanks à lait seront aidés. - © JL BLONDEL

Syndièse, la biomasse de 2ème génération

Thierry PUSSIEUX chef de programme au CEA a présenté le projet Syndièse qui constitue un démonstrateur préindustriel d’une chaîne complète BtL (Biomasse to liquid), à savoir de la biomasse au biocarburant. 75 000 tonnes de matière sèche provenant principalement de plaquettes forestières, de déchets agricoles ou de TCR (Taillis à très Courte Rotation) seront transformées en 23 000 tonnes de biodiesel, biokérosène et bionaphta. L’avant-projet sommaire a été validé par le CEA, la décision du Gouvernement devrait intervenir fin 2011. Il s’agit d’un projet d’envergure, le 2ème au monde mettant en œuvre une chaîne complète ; un seul autre existe en Allemagne. D’ores et déjà Air France et la RATP ont acheté par anticipation ce carburant du futur. Le financement sera assuré là encore en partie par des acteurs privés, tel qu’EDF mais aussi par les moyens dégagés au titre du Grand Emprunt.

Qu’il s’agisse du process, du financement et mêmes des débouchés, le dossier semble bien calé même si des contraintes d’implantation obligent à modifier quelque peu le projet, mais il ne s’agira au plus que d’un déplacement de quelques centaines de mètres. La présentation n’a fait l’objet d’aucun bémol et la Haute-Marne peut raisonnablement espérer accueillir cette unité. Quant à l’approvisionnement, il peut être largement assuré par les ressources locales. La construction est prévue de 2012 à 2014. Le démarrage de l’usine interviendra en 2015, dans un premier temps pour démonstration, avec une mise en service industriel à partir de 2016. Ce projet devrait créer une centaine d’emplois durables.

Il sera très performant au plan environnemental car le Gain d’effet de Serres (GES) sera de l’ordre de 75% par rapport au carburant fossile, soit beaucoup plus que les biocarburants actuels.

La faible ressource en eau du secteur ne sera pas un facteur limitant car celle-ci sera récupérée à partir de la matière première traitée.

Créer un pôle d’excellence pour le recyclage des déchets

Les déchets se transforment de plus en plus en matériaux nobles au fur et à mesure du développement des connaissances scientifiques au service de l’environnement. AREVA a ainsi investi dans la mise en place du techno parc de Saint Dizier. Une première phase de 6 800 m² a été construite. Il s’agit de bâtiments industriels de 1 000 m² chacun avec des locaux tertiaires. A ce jour 80% sont loués. Une 2ème phase de 5 200m² est prête à construire. Le groupe AREVA a aussi construit ses archives à HOUDELAINCOURT (55) et a participé aux archives industrielles d’EDF à BURE. Une base logistique a été implantée à VOID dans la Meuse pour faire la liaison entre le Nord de l’Europe et les installations nucléaires du Sud de la France.

Le représentant d’AREVA, Monsieur Claude PRESTA a par ailleurs mentionné l’accompagnement de sa société dans la réactivation touristique du parc métallurgique de DOMMARTIN le FRANC : Métal Park. Mais la Haute-Marne n’entend pas seulement rester un musée ou un lieu de mémoire, elle entend bien pleinement profiter de l’accompagnement économique lié à la future implantation du centre d’enfouissement.

Bruno SIDO a rappelé dans son propos introductif « que la France avait comme alliée la Haute-Marne », ce qui sous-entend évidemment des relations de confiance et équilibrées avec les entreprises et les décideurs nationaux.

(...)


Publié par JL Blondel le 15 juillet 2011 dans L’AVENIR agricole et rurale de la Haute-Marne http://www.avenir52.com


Pour en savoir plus :

- GIP Haute-Marne : Un accompagnement important en mai 2010
- Bure - Saudron - Aucun bémol pour Syndièse en juillet 2011
- Biocarburant : inauguration de la plateforme technologique de prétraitement de la biomasse Syndièse (BtS) le 6 octobre 2014
- Lecornu : « Moins mauvaise solution » à Bure-Saudron le 29 janvier 2018
- A Bure, l’Andra perfectionne son projet de stockage des déchets nucléaires dans son laboratoire grandeur nature
- Le GIP Haute-Marne veut réhabiliter les friches industrielle le 8 mars 2018 à Chaumont
- GIP Haute-Marne : où est passé tout l’argent ?
- « On n’a pas trouvé mieux que le nucléaire pour produire de l’électricité sans trop polluer »
- Le Comité de haut niveau de Cigéo : des décisions pour poursuivre l’insertion territoriale du projet le 6 mars 2019