Caroline Husson a fait le choix de rester en Haute-Marne pour la densité de son écosystème industriel et son cadre de vie. La Haute-Marne propose des opportunités professionnelles alliées à un cadre de vie idéal.

, par christophe Juppin

Caroline Husson est ingénieur validation des procédés au sein de l’entreprise Aesculap à Chaumont en Haute-Marne.
« L’offre d’emploi est assez importante en Haute-Marne dans le secteur de la métallurgie que j’ai étudiée au Pôle technologique de Nogent en suivant la formation ingénieur en alternance « Matériaux et mécanique ». La Haute-Marne propose de nombreuses offres d’emploi et beaucoup de possibilités d’évolution dans un environnement de vie naturel, vert et sain. Des opportunités professionnelles alliées à un cadre de vie idéal. Il y a de quoi respirer en Haute-Marne ! »

Présentation :

« Je m’appelle Caroline, j’ai 28 ans et je travaille actuellement à Chaumont comme ingénieur validation des procédés au sein de l’entreprise Aesculap à Chaumont en Haute-Marne. »

GIF - 103.5 ko
Originaire de Chevillon en Haute-Marne, Caroline Husson, 28 ans, a intégré au début de l’année 2017 la société Aesculap, basée à Chaumont .

La Haute-Marne pour vous :

« Je suis originaire de Haute-Marne à la base. Je suis partie pour mes études et je suis revenue pour retrouver ma famille, et pour l’offre d’emploi qui est assez importante dans la région dans le domaine de la métallurgie, domaine que j’apprécie et que j’ai étudié. »

« Donc je suis revenue premièrement pour faire mes études d’ingénieur au sein du Pôle technologique de Nogent, qui a ouvert et qui propose une formation en alternance « Matériaux et mécanique » qui est une des rare formation en alternance de France. »

« Donc je suis revenue déjà pour cela et pour les offres d’emploi, et la possibilité de travail qu’il y a au sein des entreprises Haut-Marnaises qui ont du mal à recruter en raison du peu de connaissance de la région. »

Vos projets :

« Mes projets sont de rester dans la région et d’acheter une maison. Rester dans le département pour travailler : j’ai déjà fait plusieurs entreprises Haut-Marnaises, des grandes entreprises, car il y a des leader européens dans le domaine de l’orthopédie. Je pense notamment à Marle , et Aesculap qui est dans la prothèse de genoux . Il y a aussi des leaders dans l’aeronautique avec les forges de Bologne. »

« Il y a vraiment un pôle industriel très très important dans les domaines de la métallurgie et il y a des possibilités d’évolution assez importante, comparée à d’autres régions où on peut avoir des offres d’emplois très intéressantes...mais par contre, le cadre de vie et le coût de la vie, aussi, est complétement différent. »

« Alors qu’ici, on a la possibilité d’acquérir une maison pour un prix raisonnable, de scolariser facilement les enfants, de pouvoir avoir accès a tout ce qui est nourrice, aide à la vie, dans un cadre qui est assez naturel, donc sain, et accessible. »

La Haute-Marne en 3 mots :

« Premièrement la famille, pour pouvoir évoluer dans un cadre familial avec une qualité de vie qui est, pour les enfants, plus qu’honorable. »

« Après, le deuxième mot serait l’industrie. Représenté par ce pôle métallurgique qui est un des plus gros pôle métallurgique de France, donc c’est quand même non négligeable. »

« Le troisième, ce serait la nature parce qu’on est dans un cadre très arboré, très forestier, qui est très agréable quand on aime la pratique du sport comme le Trid ou le VTT. »

« Des opportunités professionnelles alliées à un cadre de vie idéal. »

Originaire de Chevillon en Haute-Marne, Caroline Husson, 28 ans a intégré au début de l’année 2017 la société Aesculap, basée à Chaumont.

Aujourd’hui ingénieure, la jeune femme intervient dans la validation des procédés pour la fabrication de prothèses de genoux.

Sa formation l’a tout d’abord conduite à découvrir l’univers de la fonderie. En effet, après un « DUT mesure physique » validé à Reims, elle intègre la licence professionnelle métallurgique à Charleville-Mézières et réalise son alternance en fonderie à Vecqueville chez Ferry Capitain. Caroline revient ensuite en Haute-Marne pour la formation ingénieur « Matériaux et Mécanique », une des rares formations en alternance proposée en France à l’antenne de Nogent de l’Université Technologique de Troyes, installée au Pôle technologique.

Diplômée en 2015, elle est embauchée aux Forges de Bologne, après y avoir fait ses armes pendant trois ans en tant qu’apprentie.

Au-delà des possibilités d’emploi et d’évolutions professionnelles offertes par l’important pôle industriel métallurgique, qui fait toute la singularité et la force de la Haute-Marne, Caroline Husson a fait le choix de rester dans le département pour son cadre de vie et son confort. Bien inspirée, elle compte bien réaliser un projet immobilier et profiter de sa famille, tout en bénéficiant d’un environnement naturel, vert et sain. De quoi respirer en Haute-Marne !

Publié le 20 février 2018 par le Conseil départemental de la Haute-Marne dans http://respirez-inspirez.com

Crédit photo : © Conseil départemental de la Haute-Marne
— > https://loom.ly/OeGvhN8


Pour en savoir plus :

- Une école d’ingénieurs à la campagne : Article dans l’Usine Nouvelle du 26 novembre 2014.
- Marle a racheté fin juillet 2017 la société suisse SMB Médical.
- Aesculap : Die gute croissance
- Start-up made in Haute-Marne
- Une école d’ingénieur qui a su adapter son cursus au besoin de l’apprentissage et des entreprises
- Le Pôle techno grandit bien
- Caroline Husson a fait le choix de rester en Haute-Marne pour la densité de son écosystème industriel et son cadre de vie.
- La course à la réglementation européenne lancée pour les fabricants de dispositifs médicaux
- Claude Rauscher (Aesculap) part en retraite le 31 juillet 2018.