Champagne Ardenne Technologie : Soutenir l’innovation dans les PME en janvier 2002 Christophe Juppin : « soutenir prioritairement le développement technologique »

, par christophe Juppin

Le Réseau de développement technologique (RDT) ont été céés en 1989 à l’initiative du Ministère de l’industrie et de la recherche et en collaboration avec les Régions, afin de fédérer les efforts d’innovation technologique dans les PME régionales. Une mission qui a pris un relief particulier avec l’adoption, en juillet 1999, de la loi sur l’innovation et la recherche. Christophe Juppin anime Champagne Ardenne Technologie, le RDT de notre région, est présidé par Alain Vallet.

Quel est l’objectif des RDT ?

Ils ont été créés afin de soutenir l’innovation en répondant aux besoins de développement technologique des PME régionales. Une mission qui suppose d’identifier ces besoins et d’organiser une circulation optimale de l’information.

Les RDT sont nés, en Champagne-Ardenne comme dans les autres régions françaises – l’ensemble du territoire est couvert, depuis 2002, par 22 réseaux, d’un constat : toutes les compétences en matière d’innovation et de technologie sont présentes dans la région, au travers de l’Université, des laboratoires, des centres techniques...mais ont parfois du mal à travailler ensemble. Le rôle de Champagne Ardenne Technologie consiste donc à fédérer les actions de toutes ces forces vives et de faire en sorte qu’aucun besoin identifié dans une entreprise, quelle que soit la structure qui l’a détecté, ne soit perdu.

Ainsi constitué, le réseau peut accompagner les PME/PMI régionales dans leur démarche d’accroissement du niveau technologique de leurs outils, de leurs procédés de fabrication ou de leurs produits.

Qui fait partie de ce réseau ?

Le réseau regroupe 75 membres. Les membres du réseau « non prestataires » sont des organismes consulaires – CCI, Chambres de Métiers-, les organismes de valorisation sectorielle – il en existe pour le textile, l’emballage, la mécanique et les matériaux, ainsi que le bois.

Les autres membres peuvent intervenir concrètement dans le cadre de prestations auprès des entreprises ; c’est le cas des organismes technologiques, mais aussi des trois- et bientôt quatre- plates-formes technologiques régionales, des lycées techniques, des organismes d’enseignement supérieur et de recherche et des grandes écoles.

Les compétences du réseau couvrent ainsi l’ensemble des domaines technologiques et des secteurs d’activités de la région.

Qui finance le RDT ?

Le réseau, porté par une association, est financé dans le cadre du contrat de plan, à 50% par l’Etat – représenté par la Drire, l’Anvar et le Ministère de la recherche – et à 50% par la Région Champagne-Ardenne.

Le réseau dispose ainsi d’un budget de 1,38 M€ ( 9 MF) sur 7 ans. Les décisions sont prises par un Comité de pilotage, constitué de représentants de ces quatre organismes, ainsi que du Président et de l’animateur de Champagne Ardenne Technologie.

Comment le réseau fonctionne-t-il ?

Nous nous adressons prioritairement à des PME, peu familiarisées avec les dispositifs d’aide à l’innovation. Le recueil des besoins de ces entreprises constitue donc une priorité. Différents moyens sont utilisés pour aller au devant de ces entreprises : envoi de mailing, participation à des salons régionaux, comme Innovact à Reims, bouche à oreille, visites en entreprises effectuées par les membres du réseau, actions de prospection – le réseau va former 200 professeurs de Lycées techniques et professionnels à la prospection en entreprise- ...

Le RDT participe, par ailleurs, à différentes instances qui constituent des sources d’informations potentielles, comme l’incubateur régional et les plates-formes technologiques sectorielles.

Quelle est l’action du RDT lorsqu’un besoin est détecté dans une entreprise ?

Tout commence par une rencontre avec le chef d’entreprise, afin de cibler précisément le besoin. Plus de 500 visites sur des projets précis sont ainsi réalisées chaque année. Champagne Ardenne Technologie s’efforce ensuite de trouver les compétences susceptibles d’y répondre. L’ information est communiquée aux 75 membres du réseau ainsi, le cas échéant, qu’aux autres réseaux français, qui regroupent au total 1 300 correspondants spécialisées dans les domaines d’activités les plus divers. Bien entendu, l’anonymat de l’entreprise concernée est toujours préservé.

Les réponses peuvent prendre différentes formes : mise en contact avec le centre de compétences ad hoc, veille technologique...ou mise en oeuvre d’une procédure d’aide.

Comment cette aide se matérialise-t-elle ?

Champagne Ardenne Technologie peut utiliser trois dispositifs spécifiques.

Le premier, qui s’adresse à tous les secteurs d’activités, vise à favoriser la mise en place de partenariats technologiques. C’est la « Prestation technologique réseau ». La PTR est une aide au conseil pour la réalisation de pré-études technologiques, d’essais, de modélisation, d’études de faisabilité, d’étude de marché, de dépôt d’un premier brevet...L’aide peut couvrir jusqu’à 75% de la facture, dans la limite de 5 000 € HT. C’est une procédure qui peut être mise en oeuvre rapidement, grâce à un circuit décisionnel court. Plusieurs conditions doivent être remplies : le membre du réseau qui décèle le besoin ne doit pas prescrire son organisme pour effectuer la prestation, il ne doit pas exister de lien juridique entre l’entreprise et le prestataire et, enfin, l’entreprise ne doit pas bénéficier conjointement d’une autre aide importante.

Le second type d’aide est le stage technologique réseau (STR). Cette formule permet de mettre à la disposition de l’entreprise un jeune élève ingénieur, en stage de fin d’étude, pour la réalisation d’un projet de développement technologique. L’aide couvre jusqu’à 50% des frais de stage : salaire et charges, frais, achats de matériel pour la réalisation du stage, ...avec un plafond de 4 500 € HT, sous la forme d’une subvention versée en fin de stage.

Enfin, le RDT peut proposer de mettre en place une «  COonvention de Recherche pour les TECHniciens supérieurS (CORTECHS) ». C’est une procédure qui permet d’accompagner un projet de développement technologique, grâce à l’embauche d’un technicien supérieur sur une période d’un an. La convention doit associer un centre de compétences, chargé d’assurer l’encadrement scientifique et technique du projet. L’aide, plafonnée à 13 000 € HT, couvre 50 % du salaire et des charges du stagiaire, ainsi que le coût de 80 heures de formation à la gestion de projet et la prestation du centre ce compétences.

Ces trois aides constituent des mesures « d’amorçage », des catalyseurs permettant de sensibiliser le chef d’entreprise à l’intérêt que peut présenter le recours à des ressources extérieures pour élever son niveau technologique. L’entreprise peut alors poursuivre son développement avec éventuellement d’autres aides publiques.

Quel est le bilan de l’activité de Champagne Ardenne Technologie en 2001 ?

Le réseau a soutenu, en 2001, une quarantaine de prestations. Les aides accordées ont représenté environ 179 400 € ( 1 176- KF). Quoique ce chiffre traduise une augmentation de 20% en un an, l’activité du réseau peut encore se développer. Champagne Ardenne Technologie souffre, à mon sens, d’un déficit de notoriété et c’est un point sur lequel nous allons travailler dans les mois à venir.

C’est dans ce sens que nous avons organisé des échanges d’expériences à l’occasion des rencontres nationales des RDT, à Troyes le 23 novembre 2001.

Réseau de Développement Technologique
Champagne Ardenne Technologie
Rue Saint Dominique – Bât A de l’Ensam – BP 264
51011 Châlons-en-Champagne cedex
Tel : 03 26 68 29 97 Fax : 03 26 21 54 94
e.mail : rdt@champagne-ardenne-tech.fr
www.pourinnover.com

JPEG - 49.2 ko
Christophe Juppin : « soutenir prioritairement le développement technologique »

Christophe Juppin

Dirigeant, durant 15 ans, d’une entreprise du secteur textile, installée dans les Ardennes, Christophe Juppin connaît bien le monde de l’industrie, tout comme les préoccupations des chefs d’entreprises.

Sa carrière l’a ensuite conduit vers l’industrie automobile, puis à la direction, pendant un an, de l’Association française pour la santé bucco-dentaire, qui regroupe 15 000 chirurgiens dentistes en France et assure chaque année des visites gratuites de dépistage pour 2 millions d’enfants.

JPEG - 9.8 ko
Publié le 16 janvier 2002 par Jean-Marc Ruffier dans les Petites Affiches Matot-Braine n° 6907

Publié le 16 janvier 2002 par Jean-Marc Ruffier dans Petites Affiches Matot-Braine – n° 6907

Avec l’aimable autorisation de reproduction des Petites Affiches Matot-Braine - M.Jean-Marc Ruffier


Historique des organismes de soutien à l’innovation en Champagne-Ardenne :

En 1967 l’agence nationale de valorisation de la recherche (ANVAR) a été créé pour valoriser, principalement auprès de l’industrie, les résultats de recherche des grands laboratoires publics et/ou universitaires français (transfert de technologie).
En 1979, l’ANVAR s’est vu confier la gestion de l’aide à l’innovation.


14 décembre 1988 en Conseil des Ministres, Monsieur Hubert CURIEN , Ministre de la Recherche et de la Technologie, a présenté une communication préconisant le lancement d’un réseau de diffusion technologique. Ce projet a pris forme et a été officiellement lancé par le Ministre dans deux régions : en Lorraine le 4 décembre et en Limousin le 5 décembre 1988. L’ANVAR et le CEA participer activement à cette opération. L’objectif est d’améliorer l’action en faveur des petites et moyennes entreprises et en particulier pour faire ressortir leurs besoins en matière de technologie et ainsi leur offrir la réponse la plus appropriée.


- 8 février 1991 : annonce officielle à Châlons-sur-Marne de la mise en place du Réseau de Diffusion Technologique par Mr CHEREQUE, Ministre délégué à l’aménagement du Territoire et des Reconversions.
- 14 mars 1991 Assemblée Générale Constitutive avec 35 personnes, dont 27 membres fondateurs, et Yves BONNET, Préfet de Région. Le nom de l’association est Champagne Ardenne Technologie . Le président de l’association élu est Monsieur Eugéne VOISIN, PDG de la SODEMAT à TROYES. L’Etat et la Région financent l’association à 50/50%. La coordination et l’animation nationale de l’ensemble des RDT ont été déléguées à l’ANVAR.
- 18 mars 1991 Récépissé de déclaration de constitution de l’association
- Le 23 août 1993, embauche d’une animatrice Réseau Virginie NIVIERE
- Le 7 décembre 1993, Jacques DOCHEZ nommé Président.
- Le 7 juin 1999, Alain VALLET, de REIMS AVIATION, nommé Président.


- Le 21 août 2000, embauche d’un nouvel animateur du Réseau de Diffusion Technologique, Christophe JUPPIN Directeur de Champagne Ardenne Technologie en remplacement de Virginie BERLIOZ démisionnaire, qui suit son mari en Charente-Maritime (LVMH).
- ICAR, l’incubateur public, a été officiellement créé en décembre 2000.


- 8 juillet 2005 la Banque du Développement des PME fusionne avec l’Anvar pour créer le groupe Oséo.


- L’Agence pour la Recherche et l’Innnovation en Champagne-Ardenne (Champagne-Ardenne Research and INNovation Agency CARINNA) a été créée le 29 janvier 2007 par la fusion de l’incubateur ICAR, Europol’Agro et Champagne-Ardenne Technologie (Réseau de Développement Technologique (RDT) Champagne-Ardenne) et a exercé son activité de juin 2007 à décembre 2014.


-La loi du 31 décembre 2012 a créée la Banque publique d’investissement (Bpifrance) qui résulte de la fusion du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI), de CDC Entreprises et d’Oséo.
- Depuis le 15 juin 2013, Nicolas Dufourcq est le Président du Conseil de l’établissement public BPI-Groupe


- L’Agence ID Champagne-Ardenne a été créée le 18 décembre 2014 par la Fusion par absorption des agences CARINNA (agence d’innovation) et CADev (agence de développement) et a exercé son activité de juillet 2015 à décembre 2017. En quelques mois aprés la fusion, la quasi totalité du personnel de CADev a quitté la structure.


- L’Agence Grand E-nov, l’Agence Régionale d’Innovation du Grand Est, a été créée le 26 juin 2018. Cette fois, il n’y a pas eu fusion, mais fermeture des structures préexistantes : ID Champagne-Ardenne à Reims, le Centre de Ressources Régional à Metz en Lorraine ( qui comportait le Réseau de Développement et d’Innovation (RDI) en Lorraine) et Alsace Innovation, à Mulhouse en Alsace. Sur les 18 ex-collaborateurs d’ID Champagne-Ardenne 6 anciens collaborateurs d’ID ont été repris dans l’effectif de Grand E-nov.


Pour en savoir plus :

- Rencontre nationale des RDT le 23 novembre 2001 à Troyes.
- Champagne Ardenne Technologie : Soutenir l’innovation dans les PME en janvier 2002
- Rencontre nationale Inter Réseaux à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris le 17 décembre 2002
- Aider les PME à s’ouvrir à l’innovation technologique en décembre 2003
- Champagne -Ardenne Technologie s’auto-dissout dans Carinna le 16 mai 2007
- L’urgentiste de l’innovation en mars 2010
- Des résultats bien concrets pour l’agence Carinna en 2012.
- L’innovation, ça rapporte, le 13 mai 2014
- La nouvelle « ID » de la région du 18 décembre 2014 à Reims
- Vincent Steinmetz évincé d’ID Champagne-Ardenne le 19 avril 2016
- Le « diagnostic innovation » : Mikroland, l’innovation au service de la chirurgie
- Création de l’Agence Régionale de l’Innovation – Grand E-nov
- Grand E-nov : Booster l’innovation en Grand Est le 26 juin 2018 à Metz
- Christophe Juppin valorise et développe l’écosystème innovant de Haute-Marne
- Accompagnement : « La région devient la plus attractive de France pour les start-up » le 03 décembre 2018 à Reims