Chimie bois et Woodchem 2017 : le trésor caché des molécules du bois le 06 décembre 2017 à Nancy un intérêt croissant pour cette nouvelle ressource forestière.

, par christophe Juppin

La quatrième édition du congrès international Woodchem a ouvert le 06 décembre 2017 à Nancy, sur un dialogue prometteur entre forestiers et chimistes. Industriels et PME découvrent un nouvel usage de la ressource forestière.

La conférence internationale Woodchem s’est ouverte le 06 décembre 2017 à Nancy sur une question iconoclaste : brûler du bois serait-il aussi absurde que de jeter au feu des billets de banque ? Destinée à présenter les progrès de la connaissance dans le domaine de la chimie du bois, Woodchem a aussi permis une rencontre entre les représentants des industries chimiques et une centaine d’exploitants forestiers du Grand Est. « La rencontre a impulsé un projet de plate-forme collaborative qui permettrait aux chimistes de caractériser une dizaine d’essences. L’amont de la filière forestière se doterait ainsi de ses propres outils de recherche, comme les agriculteurs ont su le faire sous l’impulsion de l’Union européenne », se réjouit Jean-Luc Sadorge, directeur général de Fibres-Energévie, l’un des organisateurs de Woodchem.

Valoriser les sous-produits

Détenue à 75 % par des propriétaires privés, la forêt française compte 136 espèces d’arbres, dont une quinzaine seulement sont commercialisées. La valorisation la plus noble, sous forme de bois d’oeuvre, puis de bois industrie, génère des sous-produits - écorce, branches et sciure - qui représentent la moitié du volume récolté. Utilisée comme bois de chauffage, cette ressource à faible rendement recèle des molécules potentiellement précieuses, dont l’extraction elle-même n’est pas incompatible avec une combustion ultérieure. Tannins, colorants, cires et autres éléments minéraux extractibles sont loin d’avoir livré tous leurs secrets, mais laissent entrevoir des débouchés prometteurs sur des marchés de niche à haute valeur ajoutée, dont une quinzaine seulement sont commercialisées.

« Nous disposons dans le Grand Est d’un écosystème propice grâce à un tissu académique et industriel très fourni. La recherche fondamentale et appliquée a déjà permis des débuts d’application, notamment dans les domaines de la cosmétique et de la pharmacie », souligne Philippe Gérardin, professeur de l’université de Lorraine et directeur du Laboratoire d’étude et de recherche du matériau bois (Lermab).

Rattachée au centre Inra de Nancy, la structure, qui regroupe une quarantaine de permanents, mobilise 25 personnes sur la chimie du bois. Leurs recherches mettent en exergue les vertus insoupçonnées des noeuds des sapins, la richesse des tannins issus d’écorces de chêne, de châtaigner ou de bouleau ou encore, le potentiel de hêtre qui, traité par de l’alcool furfurylique, peut s’avérer résistant en extérieur. Parmi les pistes d’avenir figure également l’utilisation de biopolymères de hêtre ou de peuplier pour remplacer les dérivés pétroliers dans les bouteilles en plastique.

Molécules pour détergents

Présentes à Woodchem, une douzaine d’entreprises sont déjà entrées en phase opérationnelle. Le papetier suédois Stora Enso utilise des dérivés de pâte à papier dans la fabrication de couches pour bébés ou de serviettes hygiéniques. Le lorrain Salvéco introduit des molécules végétales dans les détergents. Le limousin Pearl fabrique des tapis bioabsorbants à base d’écorces de résineux pour piéger les métaux lourds disséminés dans l’eau. « La filière bois ne se rend pas encore compte de la valeur ajoutée que constitue la chimie. Cette prise de conscience demandera du temps, mais nous sommes d’ores et déjà preneurs de dossiers qui associent scientifiques et forestiers  », assure François Vusler, directeur de Forinvest.

En sept ans, ce club de business angels créé par et pour les forestiers a injecté 7,5 millions d’euros dans des entreprises de transformation, dont 2 millions d’euros dans le développement de quatre start-up spécialisées dans la chimie du bois. La participation à Woodchem des pôles de compétitivité IAR (bioéconomie), Xylofutur (filière bois-papier-chimie) et Cosmetic Valley démontre également un intérêt croissant pour cette nouvelle ressource forestière.

Pascale Braun (Correspondante à Nancy)


Publié par Pascale Braun le 14 décembre 2017 sur le site de https://www.lesechos.fr

Pour en savoir plus :

- Rencontre inter-RDT « Exemples de nouveaux matériaux solides à base d’agro-ressources sur le marché » le 19 octobre 2006 à Reims
- Vegeplast lance la production de capsules biosourcées en 2012.
- Le bioplastique, c’est fantastique !
- Laurence Dufrancatel, celle qui allège les matériaux en 2013
- Chimie bois et Woodchem 2017 : le trésor caché des molécules du bois le 06 décembre 2017 à Nancy
- Accompagnement : « La région devient la plus attractive de France pour les start-up » le 03 décembre 2018 à Reims
- Yvon Le Hénaff veut faire fructifier le pôle IAR en Europe
- Jean-Marie Mouton, nouveau président de PFT Innovalo le 04 avril 2019.
- De l’utilisation de la pomme de terre pour fabriquer des bioplastiques en février 2019
- Sylvain Mathieu de Bourgogne Franche Comté est convaincu de l’importance de miser sur la chimie du bois le 03 juin 2019
- 5ème Colloque Fibres Naturelles et Polymères le 19 septembre 2019 à Troyes
- De Nancy à Strasbourg , trois lauréat de l’action « Territoire d’Innovation de Grande Ambition » en Grand Est le 13 septembre 2019 .