Cigéo : un projet d’utilité publique ? Deux kilomètres de galeries souterraines ont été atteints dans le sous-sol de Bure.

, par Pierre-Julien PRIEUR

Avec quelques mois de retard sur le planning initial, l’Andra a déposé, le 3 août 2020, sa déclaration d’utilité publique. Une étape importante pour l’agence nationale, qui célèbre cette année, les 20 ans de son laboratoire de recherches souterrain.


« La déclaration d’utilité publique (DUP) était prévue au printemps, on l’a finalement déposée le 3 août 2020 », se réjouit David Mazoyer, directeur du centre Meuse-Haute-Marne de l’Andra, qui gère le projet Cigéo. « Dans le cadre de notre feuille de route de concertation, que nous avons lancée en 2018, on avait prévu de faire une pause pour les élections municipales. Donc le confinement ne nous a pas trop impactés. »

JPEG - 42.8 ko
David Mazoyer, directeur du centre Meuse-Haute-Marne de l’Andra, qui gère le projet Cigéo, a annoncé que l’Andra avait déposé son dossier de déclaration d’utilité publique lors de l’été 2020.

Les réunions de concertation doivent reprendre dès la fin du mois de septembre 2020, autour de grands thèmes : le chantier de Cigéo et ses nuisances pour les riverains, la ligne SNCF qui permettra d’acheminer les colis de déchets nucléaires jusqu’au centre de stockage et la gouvernance et la phase pilote. « Ce qu’on va mettre dans la phase pilote, sa durée, doit être concerté. Ça reste assez ouvert. Chacun doit pouvoir donner sa vision », estime David Mazoyer.

La demande de création du stockage en 2021

Pour le projet Cigéo, la DUP est une étape importante, qui mènera rapidement à la demande d’autorisation de création (DAC) du stockage. « Toute cette concertation nous permet de préparer l’enquête publique de la DUP, qui sera menée au printemps 2021. La DAC suivra. Puis viendront deux ans d’instruction de la demande, puis une nouvelle enquête publique. On n’attend donc pas le décret d’autorisation de création du stockage avant 2024. Il faut passer les étapes une par une. Si toutes les conditions sont réunies, on pourra tenir ce calendrier », détaille David Mazoyer.

En parallèle de toutes ces étapes administratives, l’opérationnel reprend aussi petit-à-petit. « On avait mis en veille le labo jusqu’au 11 mai 2020, date à laquelle on a tenu à reprendre les activités, dans le respect total des règles sanitaires, afin de ne pas pénaliser les entreprises qui travaillent sur le site », souligne le directeur du centre. Ainsi, dans la nuit du 6 août, les deux kilomètres de galeries souterraines ont été atteints dans le sous-sol de Bure. Les travaux ont également repris sur les démonstrateurs des alvéoles de stockage et ceux pour la fermeture des alvéoles. « Tout ceci nous permet de préparer la phase pilote », glisse David Mazoyer.

JPEG - 65.7 ko
Dans la nuit du 6 août 2020, la longueur des galeries creusées dans le sous-sol de Bure a atteint les 2 km. (photo d’archines P.-J. P.)

A Froncles, le funiculaire avance

Mais l’Andra, ce n’est pas qu’un laboratoire souterrain. D’autres travaux sont menés un peu partout sur le territoire. Eux aussi ont repris après le confinement. A Froncles, par exemple, sur la maquette à l’échelle 1 du funiculaire qui doit prendre place dans la descenderie. « Les travaux ont repris début juin. La rampe de 37 m, dont 20 m en sous-sol est terminée et un pont roulant de 16 t a été installé. Malgré quelques semaines d’arrêt à cause de la Covid ça suit bien son cours », se félicite David Mazoyer. Des travaux ont également été menés à la station atmosphérique d’Houdelaincourt (Meuse). « En revanche, je tiens à rassurer, les travaux menés actuellement entre le laboratoire et l’Espace technologique ne sont pas les prémices du chantier de Cigéo. Il s’agit juste de remplacer la fibre optique un peu ancienne ! »

P.-J. P.
pj.prieur@jhm.fr

Le calendrier du projet.

Septembre 2020 : reprise de la concertation

Printemps 2021 : enquête publique sur la déclaration d’utilité publique.
Eté 2021 : dépôt de la demande d’autorisation de création du stockage.
2024 : Décret d’autorisation de construction de Cigéo.
Entre 2025 et 2030 : construction du centre de stockage pour la phase pilote et la première tranche
A partir de 2035 : évaluation de la phase pilote et demande d’autorisation de mise en service de Cigéo

2000 - 2020 : Le laboratoire en chiffres.

- 490 m : C’est la profondeur à laquelle les galeries sont creusées.
- 2 km : En 20 ans, 2 km de galeries ont été creusées. Elles abritent 22 démonstrateurs d’alvéoles de stockage, sur une longueur totale de 904 m.
10 631 483 : C’est le nombre d’heures de creusement depuis 20 ans. 90 000 m3 de terre ont ainsi été excavés. Les galeries sont soutenues par 1 636 cintres métalliques et 248 voussoirs
- 1 815 forages ont été réalisés, sur une longueur cumulée de 53,8 km.
- 25 859 points de mesure sont mis en place dans la roche argileuse. Ils donnent chaque jour 2,6 millions de données, soit 5,85 milliards de données collectées depuis les années 2000.
- 30 459 visiteurs sont descendus dans les galeries du laboratoire depuis 2000, dont 1 500 visiteurs étrangers.

Publié par Pierre-Julien Prieur dans le journal de la Haute-Marne (JHM) n°9520 p 5 du samedi 12 septembre 2020. http://www.jhm.fr

JPEG - 134 ko
Publié par Pierre-Julien Prieur dans le journal de la Haute-Marne (JHM) n°9520 p 5 du samedi 12 septembre 2020. http://www.jhm.fr
JPEG - 200.6 ko
Publié par Pierre-Julien Prieur dans le journal de la Haute-Marne (JHM) n°9520 p 5 du samedi 12 septembre 2020. http://www.jhm.fr

Pour en savoir plus :

- Le GIP Haute-Marne veut réhabiliter les friches industrielle le 8 mars 2018 à Chaumont
- GIP Haute-Marne : où est passé tout l’argent ?
- « On n’a pas trouvé mieux que le nucléaire pour produire de l’électricité sans trop polluer »
- Le Comité de haut niveau de Cigéo : des décisions pour poursuivre l’insertion territoriale du projet le 6 mars 2019
- Argent de Bure : les dessous de l’amendement Abba
- Cigéo : un projet d’utilité publique ? le 12 septembre 2020