10 octobre 2018
Cinétech n°34 : « L’énigme de la tombe celte » le 10 octobre 2018 à Nogent (52)

L’industrie métallurgique en Haute-Marne s’appuie sur une grande profondeur historique, avec de nombreuses strates successives d’activités et d’implantations. Un stamnos étrusque avec Canthare attique, Céramique, datant de 430 années avant notre ère a été découvert en 1880 au Tumulus de la « Motte Saint-Valentin », à Courcelles-la-Montagne (Haute-Marne).

Cinétech n°34 : « L’énigme de la tombe celte » le 10 octobre 2018 à Nogent (52) La métallurgie en Haute-Marne il y a 2500 ans.

, par christophe Juppin

L’industrie métallurgique en Haute-Marne s’appuie sur une grande profondeur historique, avec de nombreuses strates successives d’activités et d’implantations. Un stamnos étrusque avec Canthare attique, Céramique, datant de 430 années avant notre ère a été découvert en 1880 au Tumulus de la « Motte Saint-Valentin », à Courcelles-la-Montagne (Haute-Marne). Le "prince de Lavau" a été découvert fin 2014 dans une petite commune champenoise de la banlieue de Troyes. Un film d’ Alexis de Favitski de Durée 90 mn, produit en 2017, une Co-production : Eléazar, Inrap, Arte, C2RMF.

Mercredi 10 Octobre 2018 à Nogent CINE n°34 L’énigme de la tombe celte
Fête de la science

La métallurgie en Haute-Marne il y a 2500 ans.

L’industrie métallurgique en Haute-Marne s’appuie sur une grande profondeur historique, avec de nombreuses strates successives d’activités et d’implantations. La littérature décrit assez bien la métallurgie depuis les ordres religieux cisterciens (XIIé siècles), mais assez peu l’époque Hallstattienne (époque du fer) entre 600 et 500 années avant notre ère.

Un stamnos étrusque avec Canthare attique, Céramique, datant de 430 années avant notre ère a été découvert en 1880 au Tumulus de la « Motte Saint-Valentin », à Courcelles-la-Montagne (Haute-Marne).
Un fabuleux voyage en quête de l’ancienne et mystérieuse civilisation celtique, qui part de la découverte, en 2014 dans la banlieue de Troyes, de la tombe du "prince de Lavau". Qui était ce dignitaire pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Comment des pièces venant d’aussi loin ont-elles pu arriver en Champagne ?

Fin 2014 : à Lavau, près de Troyes, en Champagne française, une équipe d’archéologues met au jour une ancienne nécropole dans laquelle ils font une découverte extraordinaire : sous un tumulus immense, dans une chambre funéraire de 14 mètres carrés, git un squelette paré de magnifiques bijoux. Son corps est entouré d’objets luxueux, dont un char et un service de vaisselle qui contient de magnifiques pièces grecques et étrusques. La tombe de ce riche celte mort au Vème siècle avant notre ère, désormais surnommé « le prince de Lavau », constitue l’une des découvertes les plus importantes que l’archéologie européenne ait connu ces dernières années.

Le "prince de Lavau" a été découvert fin 2014 dans une petite commune champenoise de la banlieue de Troyes, gisant sous un tumulus. Son squelette était paré de riches bijoux et entouré d’objets luxueux, notamment de magnifiques pièces de vaisselle grecques et étrusques.

Cette découverte, l’une des plus importantes de l’archéologie européenne ces dernières années, soulève beaucoup de questions : qui était ce dignitaire pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Comment des pièces venant d’aussi loin ont-elles pu arriver en Champagne ? Que signifie la mise en scène de la tombe ? Les analyses indiquent que le prince de Lavau était un Celte du Ve siècle av. J.-C. Or, la civilisation celte de l’âge de fer n’ayant laissé aucune trace écrite, elle garde une grande part de son mystère. Grâce notamment à deux autres tombeaux princiers précédemment mis au jour, l’enquête révèle son organisation géopolitique, au cœur d’un réseau fluvial et routier favorisant le commerce. De fait, les objets retrouvés dans les tombes, qu’il s’agisse de bijoux en ambre de la Baltique ou de coraux de la Méditerranée, révèlent l’étendue des échanges européens pratiqués par les Celtes. "Un monde déjà globalisé", commentent les archéologues.

L’Énigme du prince celte se propose de faire un voyage dans l’Europe de l’époque où vécut ce mystérieux personnage. Qui était-il pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Quelles relations entretenait-il avec les peuples de la Méditerranée ? Comment s’est constituée toute cette richesse ? En quoi croyait-il ? Que signifie le dépôt funéraire de sa tombe ? En partant des objets trouvés dans la tombe, leur analyse, leur comparaison avec d’autres tombes, et en compagnie des archéologues, sur d’autres lieux de fouilles et de découvertes, nous raconterons cette période énigmatique et troublée nommée par les historiens et les archéologues « le phénomène princier », ce moment d’une centaine d’année où les Celtes rencontrent les Grecs et échangent avec eux commercialement, artistiquement et culturellement.

Drones et dessins

Pour explorer le monde mystérieux de ce fascinant peuple et de son prince défunt, le documentaire d’Alexis de Favitski alterne les interviews d’archéologues, des reconstitutions criantes de réalisme et d’époustouflantes prises de vue des paysages, captées grâce aux nouvelles caméras embarquées sur drones. L’utilisation judicieuse du dessin complète cette pédagogie très visuelle. Un palpitant voyage dans le temps de l’Europe celte.

https://openagenda.com/fetedelascience2017/events/cinetech-n-34-l-enigme-de-la-tombe-celte


Pour en savoir plus :

- Histoire des Celtes : qui sont-ils ? quand sont-ils arrivés en Gaule ?
- Les derniers secrets du vase de Vix
- Cinétech n°34 : « L’énigme de la tombe celte » le 10 octobre 2018 à Nogent (52)