28 novembre 2018
Cinétech n°35 : « Cinétech n°35 : Un an dans la peau d’un bébé » le 28 novembre 2018 à 19h à Nogent (52)

Cinétech n°35 : « Cinétech n°35 : Un an dans la peau d’un bébé » le 28 novembre 2018 à 19h à Nogent (52)

Pôle Technologique Sud-Champagne bat B 26 rue Lavoisier
52800 Nogent

Cinétech n°35 : « Un an dans la peau d’un bébé » le 28 novembre 2018 à 19h à Nogent (52)

, par christophe Juppin

De sa naissance à ses un an, la vie d’un bébé est étudiée sous tous les aspects au fil des 365 premiers jours de son existence. Les différentes étapes de la croissance et de l’éveil sont notamment présentées du point de vue de l’enfant en caméra subjective mais également grâce à des images de synthèse, qui illustrent les moments clés au coeur de son métabolisme.

A travers Mathilde, à qui la comédienne Audrey Lamy prête sa voix, vous découvrez les joies, épreuves, réussites et défaites d’un nourrisson. Les pédiatres Lyonel Rossant et Catherine Gueguen apportent leur expertise à ce projet, qui a également bénéficié des dernières avancées de l’institut français du « Baby Lab » de Grenoble.

Naître et s’éveiller au monde : l’expérience la plus évidente et pourtant la plus fabuleuse qui soit. Cette première année d’existence, dont nous ne gardons aucun souvenir, est cruciale dans le développement de nos facultés sensorielles et intellectuelles. Elle influe même sur le restant de notre vie. La petite Mathilde, alors qu’elle souffle sa première bougie, a déjà vécu, aux côtés de ses parents et de sa sœur jumelle, 365 jours d’une aventure unique durant laquelle elle n’a pas simplement triplé son poids et pris 25 centimètres de hauteur. Une stupéfiante métamorphose s’est opérée dans tout son être, sous l’action conjuguée de la nature et des stimuli extérieurs. Un périple qui commence dès la naissance, moment exceptionnel et déroutant, et se poursuit mois après mois, entre joies, doutes, petites défaites et formidables progrès.

L’entrée dans l’existence, si elle s’avère brutale pour le bébé jusqu’ici à l’abri du ventre maternel, marque la mise en route d’un processus d’évolution ébouriffant. L’humain est doté, dès l’origine, d’un patrimoine biologique immense constitué de milliards de cellules. Au premier souffle du nouveau-né, pas moins de 200 millions d’alvéoles se gonflent dans les poumons en quelques secondes. Les fonctions essentielles se mettent en place : le bébé va apprendre à s’alimenter, son cerveau se développe peu à peu (500 000 synapses ou connexions par seconde). Des réflexes surgissent, issus d’un savoir archaïque et inné propre à l’espèce, remontant à des millions d’années. L’hormone de croissance s’active... Progressivement, le « petit d’homme » s’élance, tel un découvreur, à l’assaut du monde qui l’entoure. Son goût s’aiguise ; il parvient peu à saisir les objets, les dents poussent, sa vision s’ajuste enfin, les mécanismes neurologiques qui mèneront à la parole s’enclenchent. Le système immunitaire s’affute et se renforce.

La construction est aussi affective : c’est lors de cette première année que l’enfant prend conscience de son individualité et vit les premières situations de sociabilité. Les interactions avec le monde extérieur se multiplient. Il ressent ses propres émotions, emmagasinant telle une éponge chaque instant de bien-être, chaque déconvenue, façonnant l’édifice psychologique en devenir. Bientôt en équilibre sur ces deux pattes, prêt à avancer, le bébé se frotte à la vie, et ce n’est pas de tout repos.

Mettons-nous, le temps d’un documentaire, « dans la peau d’un bébé », vivons chaque étape de son périple et naviguons au cœur de ses cellules, avec l’aide de spécialistes et de pédiatres, pour mieux comprendre ce passionnant voyage qui fut, un jour, le nôtre.