Cinétech n°39 « L’oeuil et la pierre » Fête de la science le mercredi 09 octobre 2019 à 19h à Nogent

, par christophe Juppin

Cinétech n°39 « L’oeuil et la pierre » Fête de la science le mercredi 09 octobre 2019 à 19h à Nogent. Ce film retrace le parcours de Muriel Labonnelie, spécialiste de l’ophtalmologie gréco-romaine, dans le cadre de ses propres recherches sur les cachets à collyres, au sein du Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (LAMS). Découvrez l’histoire étonnante de ces petits objets qui ont longtemps dérouté les archéologues ; et ouvrez la porte sur le monde du dispositif médical dans le monde Egyptien et le monde Romain Antique, à l’époque où science et magie s’entremêlait....

Dans l’Antiquité gréco-romaine, les « collyres » se présentent parfois sous la forme de petits pains de forme oblongue. Les « cachets à collyres » sont le plus souvent des petites pierres parallélépipédiques destinées à estampiller les collyres lorsque ceux-ci sont encore malléables. Sur leurs quatre petites faces, ces sceaux comportent généralement des indications gravées en caractères rétrogrades, plus ou moins bien dessinés, en latin et sous une forme abrégée. Ces inscriptions peuvent être perçues comme des signes ésotériques tant elles sont énigmatiques. Pourtant, elles constituent des sortes de notices médicales puisqu’elles comportent un ou plusieurs des renseignements suivants : un nom propre, un nom de collyre, une indication thérapeutique et un mode d’application.

Mme Labonnelie est maître de conférence à l’université de Bourgogne, chercheuse en histoire de la médecine gréco-romaine au Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (LAMS), spécialiste de l’ophtalmologie gréco-romaine, dans le cadre de ses propres recherches sur les cachets à collyres.

Trente-huit minutes pour découvrir l’histoire étonnante de ces petits objets qui ont longtemps dérouté les archéologues.

Pour mémoire, « Les collyres se présentaient sous forme de “petits pains solides” : on dissolvait une petite portion de ces “petits pains” au moment de les administrer. Les cachets à collyres présentent des inscriptions gravées en caractères rétrogrades sur leurs petites faces : ils servaient à estampiller les remèdes. »

Dans le monde romain, les cachets à collyres servaient à estampiller les collyres. Ces derniers désignent des préparations pharmaceutiques à action locale, appliquées sur la conjonctive pour soigner des affections oculaires. Les cachets à collyres donnent de précieuses informations sur la médecine romaine. Ils ont été recensés, dès le XVIIe siècle, dans des registres de collectionneurs. Ces documents constituent de précieuses sources d’informations pour l’étude et la reconstitution des cachets à collyres. À travers plusieurs entretiens avec des chercheurs de diverses disciplines (histoire, archéologie, chimie…) et les résultats des ses propres recherches, Muriel Labonnelie présente l’histoire de ces singuliers outils qui révèlent les liens étroits qui unissent les conceptions gréco-romaines et égyptiennes de la médecine.

Un film de Marcel DALAISE

Produit par CNRS Images

2017

« Ça peut paraître étonnant aujourd’hui, mais je suis passionnée par la civilisation gréco-romaine. C’est comme ça que de fil en aiguille j’ai découvert de toutes petites pierres gravées qu’on appelle des cachets d’oculistes ou des cachets à collyres.
Ces petites pierres peuvent paraître insignifiantes mais leur étude m’a permis de découvrir tout un pan de l’histoire de la médecine romaine des premiers siècles de notre Ere
 ».

Ce film suit Muriel Labonnelie, spécialiste de la médecine gréco-romaine, pendant ses recherches sur les cachets à collyres appelés aussi cachets d’oculistes.
Des recherches qui nous feront voyager à la fois dans le temps et en des lieux surprenants.

Mme Labonnelie est maître de conférence à l’université de Bourgogne, chercheuse en histoire de la médecine gréco-romaine au Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (LAMS), spécialiste de l’ophtalmologie gréco-romaine, dans le cadre de ses propres recherches sur les cachets à collyres.

Pour mémoire, « Les collyres se présentaient sous forme de “petits pains solides” : on dissolvait une petite portion de ces “petits pains” au moment de les administrer. Les cachets à collyres présentent des inscriptions gravées en caractères rétrogrades sur leurs petites faces : ils servaient à estampiller les remèdes. »

Marcel DALAISE est réalisateur. De 1988 à 2005, il a travaillé comme journaliste réalisateur à la Cité des Sciences et de l’Industrie. Depuis mars 2005, il travaille comme réalisateur au sein de CNRS Images.
Parmi ses derniers films réalisés au CNRS : « L’hypovigilance, un danger si bien simulé » (15 minutes), « Le sens de la Glisse » (52 minutes), « Cyclones en laboratoire » (13 minutes), « Cyclotronistes du Collège » (26 minutes), « Une vague d’énergie » (13 minutes), « La calebasse et le pluviomètre » (60 minutes), « Guérir en nanos » (15 minutes), « Stomoxes en Réunion » (15 minutes), « L’autisme, d’aujourd’hui à demain » (26 minutes), « Jean Tirole, Médaille d’Or du CNRS » (13 minutes), « Les télescopes de l’invisible » (24 minutes), « Concordia, sciences australes » (33 minutes)..

Le 6 juin 2018, Muriel Labonnelie remportait le Prix Grand Est de la médiation scientifique au festival Sciences en Lumière.

https://www.associationciras.fr/2017/12/30/conf%C3%A9rence-vendredi-12-janvier-2018-les-cachets-d-oculistes/

Pour en savoir plus :

- Cinétech n°36 : « Voyage en Haute-Marne, au cœur de la Prosthesis Valley » le 06 mars 2019 à 19h à Nogent (52)
- Cinétech n°37 : « Parcs nationaux – Quand la nature fait recette » le mercredi 17 avril 2019 à 19h à Nogent (52)
- Cinétech n°38 « Tiques, la grande traque » le mercredi 22 mai 2019 à 19h à Nogent
- Cinétech n°39 « L’oeuil et la pierre » Fête de la science le mercredi 09 octobre 2019 à 19h à Nogent