« Compétents et opérationnels, soyez innovants et acteurs du changement » le 19 octobre 2018 Cérémonie de fin d’études 2018 des UTTiens nogentais

, par Julie Arnoux

L’antenne nogentaise de l’UTT a célébré la réussite de sa 5e promotion d’ingénieurs et de sa 3e promotion en licence pro*, vendredi soir 19 octobre 2018, au pôle technologique Sud-Champagne à Nogent (52). L’occasion de rappeler l’enjeu de telles formations sur le territoire. Témoignage de Christophe Pinay, directeur des Forges de Froncles et parrain de cette promotion 2018. Samantha et Lina, deux diplômées, vous parlent aussi de leurs trois années à Nogent en Haute-Marne.

Et de 100 ! L’antenne nogentaise de l’UTT a fêté son 100e ingénieur, vendredi soir 19 octobre 2018, à l’occasion de la remise de diplômes aux ingénieurs et licence pro.
Disposer d’un pôle universitaire dans une commune de 4 000 habitants, ce n’était pas gagné.
La persévérance des élus a fait que l’université de technologie de Troyes s’est implantée à Nogent en Haute-Marne. L’investissement des enseignants et encadrants et la collaboration toujours plus forte des industriels ont fait sa notoriété.

Même si une cérémonie officielle aura lieu à Troyes en novembre 2018, il est important pour Frédéric Sanchette, responsable de l’antenne, et son équipe, de recevoir les jeunes diplômés et les entreprises qui les ont accompagnés pendant les trois ans d’apprentissage ou leur année de contrat pro.

JPEG - 29.1 ko
Acteurs du territoire, industriels et UTT : trois piliers d’une collaboration importante pour le territoire.

« L’apprentissage, est une belle voie. Il faut la soutenir, la développer et l’enrichir », souligne Isabelle Héliot-Couronne, conseillère régionale Grand Est en charge du développement économique. « Les jeunes sortent compétents et opérationnels. C’est un outil pour satisfaire les besoins des entreprises. » Elle n’en oublie pas l’atout indéniable que cela représente en termes d’attractivité. « C’est une réelle opportunité de développement économique pour le territoire. » La volonté de la Région est bien de développer ce type d’apprentissage. Elle a donc donné son accord pour que l’antenne nogentaise fasse grimper ses effectifs à 50 apprentis ingénieurs.
« La convention est en cours de finition », a assuré la conseillère. »

Trois ans d’expérience

« Pour nous, élus locaux, ce sera un nouveau challenge, compte tenu de la taille de notre commune, mais c’est ce que j’appelle des problèmes positifs ! », déclare Anne-Marie Nédélec, maire de Nogent et vice-présidente de l’Agglo en charge de
l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.
« Vous avez fait un excellent choix en venant ici et je ne sais pas si vous mesurez bien la chance que vous avez d’avoir une équipe d’enseignants et d’encadrants aussi formidables », lance l’élue aux ex-étudiants présents. « Vous avez un diplôme qui correspond tout à fait aux attentes des entreprises, d’ici et d’ailleurs, car on ne peut pas tous vous garder. Vos trois ans en entreprises sont un atout indéniable par rapport aux autres diplômés qui ont suivi une voie plus classique. »

JPEG - 31.8 ko
Les diplômés 2018 : 28 ingénieurs et 14 jeunes en licence pro.

92% dans l’industrie

Un point important à relever. Si les étudiants passent la moitié de leur temps en entreprise, ils ont bien le même programme que leurs homologues troyens. Pour Frédéric Sanchette, quelques « bonnes » statistiques s’imposaient. « 92% des ingénieurs Pmom* 2 017 ont intégré le secteur industriel contre 45 % en moyenne. Je ne sais pas où vont les autres, mais les nôtres vont dans l’industrie ! 100 % ont le statut cadre. Vingt articles publiés ont été estampillés Nogent et le nombre de doctorants se stabilise à 6 ou 8. Quatre vont soutenir leur thèse en 2018. »

Le responsable est heureux d’agrandir sa famille à la rentrée 2019. En plus de Ioana et Fanny, deux nouvelles embauches sont prévues. Il est aussi très fier de ses petits protégés, une promotion « sagace » et « dynamique ».
A eux maintenant de se créer une belle carrière. Tous n’ont pas trouvé de travail mais le temps de recherche étant « de deux mois », en moyenne, ça ne devrait pas tarder…

Julie Arnoux

*Ingénieur Matériaux et mécanique (ex PMOM) et licence pro Conception et processus de mise en forme des matériaux.

PDF - 4.7 Mo
Reproduction avec l"aimable autorisation de la journaliste et de la photographe Publié par Julie Arnoux le Dimanche 21 octobre 2018 page 14 dans le journal de la Haute-Marne du Journal de la Haute-Marne

Reproduction avec l"aimable autorisation de la journaliste et de la photographe Publié par Julie Arnoux le Dimanche 21 octobre 2018 page 14 dans le journal de la Haute-Marne du Journal de la Haute-Marne

« Soyez innovants et acteurs du changement »

JPEG - 23.6 ko
Retour sur la cérémonie de fin d’études 2018 des UTTiens nogentais avec le témoignage de leur parrain, Christophe Pinay, directeur des forges de Froncles.

« Si vous en êtes arrivés là, c’est que vous avez a priori un cerveau qui fonctionne pas trop mal et que vous êtes désormais équipés d’une bonne boîte à outils. » Christophe Pinay, directeur des forges de Froncles depuis 13 ans, est le parrain de cette promotion de diplômés 2018. Son discours, lors de la cérémonie de fin d’études des Ingénieurs et techniciens supérieurs de la licence pro était empli de félicitations, mais pas que…
« C’est vous qui allez faire votre carrière. Votre génération fera 5 à 7 métiers. Je ne
parle pas d’entreprises mais bien de métiers. Et 50 % des jobs qui existent aujourd’hui auront disparu.
 » La mise en garde est claire. Etudiants, ne vous endormez pas sur vos lauriers. Maintenant, il va falloir remplir votre caisse à outils !
Le secteur de l’industrie évolue constamment et de façon de plus en plus rapide.
Cette formation, il en est sûr, est un formidable atout pour les entreprises mais les jeunes vont devoir continuer leur apprentissage audelà.
« Vous avez tout à apprendre. Soyez curieux. Soyez innovants et acteurs du changement. Vous devez être en capacité de faire progresser l’entreprise. Ne plongez surtout pas dans la routine même si l’existant est confortable. »

Trois ans de savoir-faire et de savoir-être

Le parrain ne mâche pas ses mots. Mais le chef d’entreprise sait de quoi il parle. Il avait deux apprentis, Luc et Mohammed. Qualité, production, maintenance, développement… Les apprentis évoluent à différents postes. « On leur donne réellement de l’autonomie. On les responsabilise. »

Luc, un Chaumontais, a fait la différence. On lui a proposé un poste, il a accepté.
Le voilà ingénieur et cadre. Cette année, Christophe Pinay, reprend trois stagiaires.
« Ce campus est une magnifique réussite. Au-delà de l’aspect académique, ces trois années les font grandir. C’est une richesse. Ils ont un accompagnement formidable ! » Il salue d’ailleurs « l’investissement du couple Sanchette* », qui fait de cette formation, ce qu’elle est aujourd’hui. « C’est un peu comme une deuxième famille pour ces jeunes. » On comprend mieux pourquoi les ingénieurs appellent Sandrine, « maman ».
Une réelle complicité est née entre les jeunes et leurs encadrants.
« Cette formation est indispensable. Une chance pour le territoire. C’est ce que l’on attend. Des jeunes avec un oeil neuf. On a besoin de se faire bousculer pour évoluer.
Sur les 150 diplômés, 15 % sont embauchés en Haute-Marne, c’est un beau résultat, non ?
 »
Selon le professionnel, l’alternance fait gagner trois ans, en savoir-faire mais aussi en savoir-être. C’est souvent ce qui fait toute la différence. « Entre un major de promo qui travaille seul et qui est incapable de s’intégrer et quelqu’un qui a peut-être de moins bonnes notes mais qui est à l’écoute, efficace, dynamique, volontaire… Le choix est vite fait ! »

JPEG - 30.4 ko
Le 100e ingénieur du campus nogentais à l’honneur

Julie Arnoux
http://campus.jhm-blogs.fr/

*Frédéric Sanchette, est le responsable de l’antenne.
Sandrine Sanchette, ingénieur développement, suit les jeunes
tout au long de leur cursus. Une vraie mère poule.

« L’alternance, c’est vraiment un plus »

A peine diplômées et déjà embauchées. « En période d’essai… » Tous les voyants semblent au vert pour Samantha et Lina qui ont toutes les deux trouvé un emploi dans l’industrie, respectivement dans le Doubs et à Paris.
« Avec ce diplôme, on est plus facilement employable », indique Lina. « J’ai été embauchée grâce à mes trois années d’expérience », poursuit Samantha qui ne
regrette ni son passage à Nogent, ni son choix de l’alternance. Bien au contraire.
« J’étais chez Marle pendant trois ans. C’est une équipe dynamique qui veut faire bouger les choses. J’ai vraiment été à bonne école. » De la métallurgie, elle passe à la plasturgie mais ses trois ans, en “amélioration et résolution de problèmes” chez Marle, ont fait la différence au moment de l’embauche. « Si j’avais su, j’aurais également fait mon DUT en alternance, c’est vraiment un plus. »

Côté vie étudiante, on ne va pas se mentir, il y a encore des progrès à faire mais les
filles ne s’en plaignent pas outre mesure. Lina étant en stage à Grenoble, c’était plus facile. « Ça passe très vite et on arrive à s’occuper. L’école met des choses en place. On a une association d’étudiants dynamiques et j’ai pu trouver des activités comme la salle de sport à Biesles. En plus Chaumont, Langres ou Saint-Dizier ne sont pas très loin ». A la question, auriez-vous préféré être à Troyes, Samantha est catégorique. « Ah non. Il y a trop de distractions et de tentations, trop de sorties ! » Les deux jeunes femmes apprécient cette petite structure et la proximité avec les enseignants qui répondent toujours présents. « A Troyes on aurait été noyé dans la masse, un simple numéro… Pas ici ! »

JPEG - 45.8 ko
Samantha et Lina ont toutes les deux trouvé un emploi dans l’industrie, respectivement dans le Doubs et à Paris.
PDF - 605.6 ko
Publié par Julie Arnoux le lundi 25 octobre 2018 page 12 dans le journal de la Haute-Marne du Journal de la Haute-Marne

Reproduction avec l"aimable autorisation de la journaliste et de la photographe
Publié par Julie Arnoux le lundi 25 octobre 2018 page 12 dans le journal de la Haute-Marne du Journal de la Haute-Marne


Pour en savoir plus :

- Chloé Lerin, étudiante de l’UTT Nogent nominée au prix académique le 21 novembre 2015
- Célébration de la fin des études Vendredi 20 octobre 2017 à Nogent
- Le Pôle techno grandit bien
- Caroline Husson a fait le choix de rester en Haute-Marne pour la densité de son écosystème industriel et son cadre de vie.
- Célébration de la fin des études Vendredi 20 octobre 2017 à Nogent
- Lucille Duport est lauréate du Prix Bernard Bolle de la SF2M
- Le Pôle techno grandit bien
- Imane BOUABIBSA, un Doctorat pour une étudiante de Nogent le 22 juin 2018
- Cérémonie de fin d’études du 19 octobre 2018 à l’antenne UTT de Nogent
- « Compétents et opérationnels, soyez innovants et acteurs du changement » le 19 octobre 2018
- 744 diplômes de l’Université de technologie de Troyes ont été remis le samedi 17 novembre 2018
- Certains partent…D’autres arrivent…en novembre et décembre 2018.
- Inauguration de la vitrine des Savoir-Faire le 13 décembre 2018 à Nogent
- Florent UNY, nouveau docteur de l’UTT le 20 décembre 2018 à Nogent.
- Trois docteurs à l’UTT de Nogent fin 2018
- Newsletter du cluster Nogentech n°1 d’octobre 2018.