Connecté pour rester en bonne santé Des badges connectés pour respecter la distanciation sociale dans les lieux publics

, par Patricia Charmelot

Une toute jeune start up vient de voir le jour à Rolampont, portée par Anne-Catherine Milleron et Guillaume Bellin. Son objectif : produire et développer des badges connectés pour respecter la distanciation sociale dans les lieux publics. Rencontre.


Il est bien difficile, dans la pratique, de respecter la distanciation sociale. Anne-Catherine Milleron (photo ci-contre), originaire de Chaumont et Guillaume Bellin, natif de Grenoble, sont partis de cette constatation pour essayer de mettre au point un système qui permettrait de répondre à ce problème. Et de leurs réflexions est né “Keep me safe”, un boîtier connecté qui sonne dès qu’il en croise un autre à moins de 2 m.

L’idée est simple, mais ingénieuse en revanche sa conception a demandé beaucoup de travail. « Le calibrage de la distance et sa réactivité immédiate sont les facteurs essentiels dans la pertinence du produit. Il nous fallait être très rigoureux sur ces points et cela nous a demandé beaucoup de temps et de travail », explique Anne-Catherine Milleron, ingénieur en informatique qui s’est associée à Guillaume Bellin dans cette aventure. Un challenge qui a séduit la jeune femme qui, par ailleurs travaille à l’Institut national de la protection intellectuelle (INPI). «  J’ai déjà une expérience dans le monde de ce monde de l’innovation, j’ai moi-même monté une start up il y a maintenant une quinzaine d’années et c’est une belle aventure. Là, je suis juste associée, mais je crois réellement en ce projet. » Effectivement, “Keep me safe” a un réel potentiel.

Une très belle collaboration

Ce petit boîtier, qui en est encore au stade de prototype, pourrait très bien être une réponse à l’ouverture des lieux culturels encore fermés.

JPEG - 36.9 ko
Ce petit boîtier, présenté par Anne-Catherine Milleron, qui en est encore au stade de prototype, pourrait très bien être une réponse à l’ouverture des lieux culturels encore fermés. ( photo : Patricia Charmelot)

«  Si on distribue des badges à l’entrée d’un musée, par exemple, les visiteurs peuvent déambuler, équipés de leur masque, sans avoir à se soucier d’autre chose que de l’exposition qu’ils sont venus voir », affirme Anne-Catherine. Un petit boîtier qui pour l’heure n’existe qu’en cinq exemplaires et qui est d’aspect neutre. « On l’a conçu comme cela, mais ensuite on pourra le personnaliser soit via des stickers soit en faisant des coques répondant aux codes du client.  » Un véritable outil de sécurité publique qui sera, de plus, produit en Haute-Marne. «  J’ai appris l’installation de Codium à Langres et je me suis rapprochée d’eux. Ils sont en capacité de les produire si les commandes n’excèdent pas 20 000 exemplaires. » Voilà qui augure d’une très belle collaboration et qui prouve, s’il le fallait encore, que la Haute-Marne a bien des ressources.

Patricia Charmelot
p.charmelot@jhm.fr


Publié par Patricia Charmelot dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) mardi 16 mars 2021 n° 9703 en page 5 https://www.jhm.fr/

PDF - 159 ko
Publié par Patricia Charmelot dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) mardi 16 mars 2021 n° 9703 en page 5 https://www.jhm.fr/
JPEG - 36.1 ko
FrenchTechSudChampagne @FrenchProsthesi · 24 mars 2021
@jhm Une toute jeune start up vient de voir le jour à Rolampont, portée par Anne-Catherine Milleron et Guillaume Bellin. Son objectif : produire et développer des badges #connectés pour respecter la distanciation sociale dans les lieux publics.
https://poletechno52.fr/Connecte-pour-rester-en-bonne-sante.html

Pour en savoir plus :

- La communauté French Tech Troyes a réunis son Board le 28 novembre 2019 à Troyes
- Codium : aider les entreprises à innover le 08 décembre 2020
- Codium, un vent de nouveauté langrois le 14 janvier 2021
- Connecté pour rester en bonne santé du 16 mars 2021