Covid-19 : Bugis tricote une filtration à 90% Bugis vise la qualité de filtration des FFP2.

, par Bruno Dumortier , Sylvia MAUCORT

Bugis, le spécialiste aubois des tricotages techniques, a mis au point une association de tissus (les qualités du polyester pour la filtration et celles du coton pour la peau) qui permet de fabriquer des masques lavables, et confortables, de catégorie 1.


Avec le confinement, Bugis, l’entreprise de bonneterie de La Rivière-de-Corps, a failli arrêter sa production. Ses deux grandes catégories de clients, la mode pour les tissus classiques et l’industrie pour les tissus techniques, ont fermé leurs portes. « Avec Chanteclair (l’atelier de confection de Saint-Pouange), on a très vite engagé une réflexion sur la fabrication d’un masque lavable », explique Bruno Nahan.

Après avoir fait le tour des solutions déjà disponibles, les équipes de Bugis ont mis au point un système de filtration original : « On avait un tissu matelassé qui existait déjà. On l’a amélioré. Deux couches sont tricotées en une seule fois ». Ce filtre en fil de polyester a la particularité de devenir plus efficace lavage après lavage. Les fibres se désorganisent et deviennent encore plus filtrantes. Ce fil est ensuite enfermé entre deux couches 100 % coton, Oeko-Tex classe 1.

JPEG - 96.8 ko
Après avoir fait le tour des solutions déjà disponibles, Bruno Nahan et les équipes de Bugis ont mis au point un système de filtration original : « On avait un tissu matelassé qui existait déjà. On l’a amélioré. Deux couches sont tricotées en une seule fois ».

«  Ce qui assure une parfaite innocuité pour la peau. C’est le coton que l’on utilise pour la puériculture. »

Côté extérieur, chez Chanteclair, on ajoute un tissu chaîne-et-trame (tissu tissé type chemise) qui assure une première barrière. Avec ce complexe technique, avec le soutien de la Sotratex, une des deux dernières teintureries indépendantes de Troyes, Chanteclair a pu lancer la production de ses masques, qui ont été classés catégorie 1 (plus de 90 % de filtration) par la Direction générale de l’armement.

Petit Bateau à la rescousse pour augmenter la production

Les cinq métiers à tricoter de Bugis capables de produire ce tissu technique tournent jour et nuit.

Pour faire face à la demande, Bugis a cherché d’autres bonnetiers capables de produire la même matière. « En fait, plus personne n’a les métiers. Sauf Petit Bateau qui a pu libérer des métiers pour nous. On a vraiment la chance d’avoir à Troyes une filière textile toujours complète », se félicite Bruno Nahan.

Pour ses autres clients historiques, notamment Saint-James mais aussi les CHU de Normandie, Bugis produit aussi un molleton, un tissu du type de ceux du sweat-shirt. « Un tissu gratté au dos pour dynamiser les fibres » qui permet de faire un masque de catégorie 2 (plus de 70 % de filtration).

Les autres métiers de Bugis tournent, là aussi, à plein régime pour répondre à la demande.

Vingt-deux des vingt-cinq salariés sont sur le pont douze heures par jour, en deux équipes, et travaillent même le week-end. «  On ne répond toutefois qu’à 50 % de la demande », observe Bruno Nahan qui se félicite de l’engagement de ses salariés. « Ce sont eux qui ont mis au point les solutions techniques », souligne-t-il.

JPEG - 41.3 ko
« Avec Chanteclair (l’atelier de confection de Saint-Pouange), on a très vite engagé une réflexion sur la fabrication d’un masque lavable », explique Bruno Nahan.

La demande n’est pas appelée à faiblir. Si les masques sont lavables et réutilisables, il en faudra nécessairement plusieurs par personne pour pouvoir travailler, se déplacer dans les transports publics, si l’obligation du port du masque se confirme.

Bugis est prêt à relever le défi. Il dispose des matières premières pour tenir. « On a toujours un stock tampon. Parce que, dans la mode, les clients veulent les produits en quatre ou cinq semaines. Si on doit commander le fil, on perd trois à quatre semaines. Ce n’est pas possible », observe Bruno Nahan. À moyen terme, pas d’inquiétude non plus : « On travaille avec des filateurs européens, qu’il soit allemands, espagnols, portugais ou italiens. Je n’ai jamais voulu aller trop loin pour garantir la provenance et la qualité de nos tissus. On paie 20 à 25 % plus cher, mais on offre un vrai suivi à nos clients ».

Une démarche vertueuse qui permet aujourd’hui de leur proposer des tissus pour basculer sur une production massive de masques.

Bruno Dumortier


JPEG - 263.1 ko
Publié par Bruno Dumortier le mardi 28 avril 2020 sur https://abonne.lest-eclair.fr/

Publié par Bruno Dumortier le mardi 28 avril 2020 sur https://abonne.lest-eclair.fr/


JPEG - 85.6 ko
L’ Est-éclair @lesteclair · 28 avril 2020
Avec Bugis et Compositex, des masques aubois innnovants pour lutter contre l’épidémie
https://abonne.lest-eclair.fr/id147552/article/2020-04-28/avec-bugis-et-compositex-des-masques-aubois-innnovants-pour-lutter-contre?utm_medium%3DSocial%26utm_source%3DTwitter

Pour en savoir plus :

- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : Mobilisation du Pôle textile d’Alsace pour produire des masques protecteurs le 17 mars 2020
- Covid-19 : chez Tismail, « on a tout fermé, comme pour l’été » le 17 mars 2020
- Covid-19 : Opération "Masques" dans le Grand Est le 21 mars 2020.
- Covid-19 : Appel aux masques : un fabricant se lance à Andelot le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Branle-bas de combat des industriels du Grand Est pour produire des « boucliers de protection » par impression 3D le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Troyes : les entreprises textiles mobilisées pour la fabrication de masques le 23 mars 2020
- Covid-19 : Des masques made in Aube pour ceux en première ligne le 30 mars 2020
- Covid-19 : deux entreprises vosgiennes s’unissent pour fabriquer des masques le 30 mars 2020
- Covid-19 : À Bogny-sur-Meuse, Hermès confectionne 10000 masques de protection pour le personnel soignant le 31 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : la mobilisation économique dans l’Est le 09 avril 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le textile troyen va produire des milliers de masques le 15 avril 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le textile troyen va produire des milliers de masques le 15 avril 2020
- Covid-19 : Le Grand Est soutien la fabrication locale de produits de Protection Individuels le 18 avril 2020
- Covid-19 : TSC se reconvertit et s’oriente vers la production de masques et de blouses jetables le 20 avril 2020
- Covid-19 : Covid-19 : TISMAIL-La Chaussette de France réoriente sa production vers la conception de masques. le 22 avril 2020.
- Covid-19 : L’industrie textile vosgienne produit 250.000 masques par semaine le 26 avril 2020
- Covid-19 : Des masques réalisés par Le Coq sportif vont être distribués aux habitants de Romilly-sur-Seine le 27 avril 2020
- Covid-19 : L’Etat veut créer une filière française de matériaux pour la fabrication de masques médicaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : Bugis tricote une filtration à 90% le 28 avril 2020
- Covid-19 : Compositex colle trois matériaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : Le Coq sportif mobilisé comme jamais contre le Covid-19 à Romilly-sur-Seine le 29 avril 2020
- Covid-19 : Dix fabricants recensés dans l’Aube, un en Haute-Marne le 29 avril 2020
- Covid-19 : Tismail lance Mask in France le 12 mai 2020