Covid-19 : Crise sanitaire : les critiques fusent Le Département de Haute-Marne devra en partie se substituer à l’État sur la démographie médicale.

, par Orianne Roger

Le conseil départemental de Haute-Marne s’est réuni le 2 avril 2021 pour notamment examiner une décision modificative au budget 2021. L’occasion pour Nicolas Lacroix de tirer à boulets rouges sur la gestion de la crise sanitaire.


Ce sont les questions de santé qui ont d’abord retenu l’attention des conseillers lors de cette séance. Surtout en pleine crise sanitaire où les besoins se font cruellement sentir. Nicolas Lacroix a ainsi fustigé la politique du gouvernement en la matière. Le président du Département reproche notamment deux choses à l’État. La première, c’est de créer des territoires de seconde zone où l’on ne trouve quasiment plus de praticiens. La seconde, c’est de déléguer aux collectivités des compétences qui normalement sont du ressort de la nation.

"Est-ce que c’est normal que les collectivités embauchent des médecins ? ", demande ainsi Nicolas Lacroix. L’élu semble réfléchir à des solutions en lieu et place de l’État dont la mission de service public est d’assurer le suivi sanitaire des populations sur l’ensemble de la République. " Il y a des territoires oubliés sur les questions de santé ", rappelle Nicolas Lacroix en citant la Seine-Saint-Denis tout comme la Haute-Marne, et pour lui, c’est une " défaillance de la République ".

Des bourses pour les étudiants en médecine

Le Département de Haute-Marne va-t-il alors une nouvelle fois se substituer au rôle régalien de l’État ? Faute de soutien de ce côté-ci, le conseil départemental envisage de mettre en place une bourse pour les étudiants de 3e cycle avec "obligation d’installation dans le territoire ". Pour le moment, on en est au niveau du diagnostic qui fait l’objet d’une enveloppe de 15 000 €. " Déjà fortement investi dans cette politique de soutien à travers ses compétences obligatoires, le Département a la volonté d’apporter un complément d’actions au service de la santé des Haut-Marnais", assure ainsi la collectivité. Ce diagnostic a pour but d’établir les besoins précis et attentes des habitants, des professionnels de santé. À la suite, des propositions d’actions complémentaires devront être formalisées pour une aide à la décision des élus.

Les nouvelles mesures prises par le chef de l’Etat n’ont pas trouvé grâce aux yeux de Nicolas Lacroix et de plusieurs conseillers départementaux de Haute-Marne. « On a l’impression d’être gouverné à la petite semaine », s’est emporté le président du Département rejoint en cala par Nicolas Fuertes et Paul Fournié. La collectivité a donc l’intention d’agir en votant une aide supplémentaire à la mobilité vaccinale de 100 000 €.

Cette aide de 60€ maximum pour les déplacements en taxi pour les personnes souhaitant se faire vacciner est réservée aux personnes de 75 ans et plus qui vivent à leur domicile ou aux bénéficiaires du RSA. Ce qui a laissé le champ à Nicolas Lacroix pour critiquer vertement les dernières décisions d’Emmanuel Macron.« C’est un fiasco, un pari manqué, il avait promis de ne pas reconfiner, il fait preuve d’un manque de courage, il y a une vraie colère qui commence à monter !  » , a-t-il pointé.

Et à ceux qui n’y verraient qu’un positionnement politicien, Nicolas Lacroix leur répond par anticipation : « Quand on ouvre un centre commercial, on a peut-être la possibilité d’ouvrir un bureau de vote » . Pour lui, en effet, les élections doivent se tenir en juin 2021 même si des rumeurs font état d’un nouveau report du scrutin des départementales et régionales.


Publié par oriane Roger dans la Voix de la Haute-Marne (JHM) n° 9009 en page 15 le 09 avril 2021. https://www.lavoixdelahautemarne.fr

JPEG - 73.4 ko
Publié par oriane Roger dans la Voix de la Haute-Marne (JHM) n° 9009 en page 15 le 09 avril 2021. https://www.lavoixdelahautemarne.fr

JPEG - 48.1 ko
Le conseil départemental de Haute-Marne envisage de mettre en place une bourse pour les étudiants en médecine de 3e cycle .
JPEG - 51.2 ko
La Voix de la Haute-Marne @Voix_H_Marne · 10 avril 2021
« Notre objectif, et je pense qu’il est commun à tous, c’est d’aider les #médecins à s’installer sur le territoire pour compenser les nombreux départs en retraite qui arrivent », a commenté Céline Bernand, vice-présidente à la #santé pour le Grand Langres
=====================================
Lutter contre la pénurie de médecins
Le 25 mars 2021, la collectivité du le Grand Langres, en sud Haute-Marne, a acté la possibilité de subventionner un médecin-stagiaire afin de l’inciter à s’installer sur le territoire. Une première.
https://www.lavoixdelahautemarne.fr/actualite-7411-lutter-contre-la-penurie-de-medecins

Pour en savoir plus :

- « SOS Médecins à la campagne », 8 ème forum des solutionse, à Aignay-le-Duc le 28 février 2020.
- Lutter contre les déserts médicaux : une priorité de la Région Grand Est le 07 décembre 2019
- La Région Grand Est sur le terrain de la santé en Haute-Marne à Langres le 13 octobre 2020
- Un Ségur de la santé pour le centre et le sud Haute-Marne le 07 avril 2021
- Lutter contre la pénurie de médecins le 08 avril 2021
- Covid-19 : Crise sanitaire : les critiques fusent le 09 avril 2021