Covid-19 : Des masques made in Aube pour ceux en première ligne Dans les ateliers troyens, la filière textile auboise s’organise pour répondre à la pénurie de masques dans le Grand Est.

, par Laurent Locurcio, Sylvia MAUCORT

Les ateliers de confection de l’Aube qui étaient fermés depuis le début de la crise ont réouvert pour pour répondre à la pénurie de masques dans le Grand Est. C’est le cas de Lacoste, Petit Bateau et EMO, qui sont sur le pont, sur la base du volontariat. La société auboise Bugis, a associé ses compétences à celles de Chanteclair, Saint-James ou encore Lafitte.


La filière textile auboise s’organise et rouvre les ateliers pour répondre à la pénurie dans le Grand Est.

La filière textile auboise est en première ligne dans la fabrication de masques de protection en tissu. Les ateliers de confection qui étaient fermés depuis le début de la crise ont même réouvert pour permettre cette production.

C’est le cas de Lacoste où une trentaine de personnes, sur la base du volontariat, ont repris du service sur le site des Gayettes depuis le 23 mars 2020 pour fabriquer des masques en tissu lavables et réutilisables. Avec une production quotidienne de 700 masques, un premier objectif de 20 000 masques est fixé, en utilisant les matières premières disponibles.

JPEG - 73.6 ko
Dans les ateliers troyens de la rue des Gayettes, les salariés de Lacoste fabriquent désormais des masques en tissu. ( photo : Laurent Locurcio)

L’autre grand fleuron du textile aubois, Petit Bateau, est lui aussi sur le pont, toujours sur la base du volontariat. Une trentaine d’ouvrières confectionnent des masques dans les ateliers. «  Nous allons aussi apporter des machines à celles qui voudraient travailler à domicile, toujours sur la base du volontariat », annonce Brice Rocher, patron du groupe Yves Rocher, dont Petit Bateau est une des filiales. Des entreprises textile de taille plus modeste comme Lafitte, fabricant d’articles de sport et de maillots de bain, où cinq ouvrières fabriquent 400 masques par jour.


«  Au total nous avons déjà cinq entreprises textile de confection qui fabriquent des masques de protection en tissu dans l’Aube sous couvert de l’ARS, l’agence régionale de santé  », souligne Denis Arnoult, président de l’Union des industries textiles de Champagne-Ardenne.

Au niveau du Grand Est, le 30 mars, 14 entreprises textile se lancent dans la démarche avec un objectif de production de 150 000 à 200 000 masques en tissu par jour, dans le cadre d’une démarche partenariale avec l’ARS Grand Est et la préfecture de région. D’autres entreprises vont s’y mettre très vite.

Aprés la crise

« C’est un effort important car il a fallu remettre en route les ateliers et s’organiser pour travailler en respectant les consignes de protection mais nous ne pourrons pas mettre en place une production véritablement industrielle  », regrette Denis Arnoult. Les conditions particulières de production mais aussi le nombre limité de salariés des ateliers de confection dans l’Aube peuvent l’expliquer.

« il faudra que nos gouvernants se posent la question de la nécessaire réindustrialisation et de notre dépendance économique »

« Une fois la crise passée, il faudra que nos gouvernants se posent la question de la nécessaire réindustrialisation et de notre dépendance économique  », fait remarquer Denis Arnoult, qui rappelle au passage que la situation économique des entreprises textile auboises risque d’être compliquée dans les mois à venir. « J’espère seulement que les milliards d’euros promis iront bien jusqu’aux entreprises  », conclut-il.

Bugis à l’écoute en matière d’innovation

Face à la grave pénurie de masques de protection, des entreprises textiles ont misé sur l’innovation et trouvé des solutions à court terme. La société auboise Bugis, spécialisée dans le tricotage et les tissus techniques a ainsi associé ses compétences à celles de Chanteclair ou encore de Saint-James. Et ce, afin de répondre à l’appel à projets du ministère des Armées, lancé dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 par l’Agence de l’Innovation de Défense.

« Avec nos équipes, on a recherché dans nos archives de tissus une matière à la fois respirante – la maille répond parfaitement à ce critère-, et permettant la filtration. On a pu identifier deux matières répondant à ces deux objectifs, tels qu’ils étaient déclinés dans les cahiers des charges transmis par la DGA (Direction Générale de l’Armement) ou l’ARS (Agence Régionale de Santé) », explique Bruno Nahan, le PDG de Bugis.

Des masques validés

JPEG - 36.4 ko
Masque anti-gouttelettes ( photo : Laurent Locurcio)

L’ entreprise a ensuite envoyé ces deux matières à ses clients, quant à eux spécialisés dans la confection, dont, localement, l’entreprise Chanteclair. Les deux sociétés ont noué un partenariat pour travailler sur un concept de masque réutilisable, résistant à de nombreux lavages à 90°C. Chanteclair a conçu et confectionné un prototype de masque qu’elle a déposé à la DGA pour homologation, avant d’en obtenir le feu vert le 24 mars 2020 pour une utilisation médicale (le niveau de filtration n’étant pas le même qu’un masque FFP2).

« Le partenariat avec la société Saint-James a permis de concevoir un autre masque, avec une autre maille de Bugis, là aussi en multicouche, avec un jersey sur la paroi extérieure. Sa production en série a également été validée », ajoute le chef d’entreprise.

Publié par Laurent Locurcio le 30 mars 2020 dans les Petites Affiches Matot Braine - https://forumeco.fr/


JPEG - 111.9 ko
Ville de Troyes @VilledeTroyes · 15 avril 2020 Covid-19
Nous sommes fier de nos fabricants locaux :
- Adova,
- L’Atelier d’Ariane,
- Bonneterie Chanteclair
- @Bugis_Groupe
- EMO
- @LACOSTE
- @lecoqsportif
- @petitbateau
- Lafitte Textile
— 
MERCI
— 
#FierdeTroyes #FierdenosEntreprises #MadeinAube #MadeinFrance #Troyes #masques
https://poletechno52.fr/Covid-19-Le-textile-troyen-va-produire-des-milliers-de.html
JPEG - 124.2 ko
Le Parisien @le_Parisien · 25 avril 2020
A Troyes, les habitants reçoivent gratuitement leurs masques cousus par Lacoste, Petit Bateau…
http://www.leparisien.fr/societe/a-troyes-les-habitants-recoivent-gratuitement-leurs-masques-cousus-par-lacoste-petit-bateau-25-04-2020-8305656.php#xtor=AD-1481423553

Pour en savoir plus :

- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : 5 choses à savoir sur le covid-19 avec l’expert des virus à Reims le 10 mars 2020
- Covid-19 : Mobilisation du Pôle textile d’Alsace pour produire des masques protecteurs le 17 mars 2020
- Covid-19 : La filière textile vosgienne au secours de la pénurie de masques le 20 mars 2020
- Covid-19 : Petit Bateau s’est associé à d’autres industriels textiles de l’Aube pour la réalisation de masques de protection le 21 mars 2020
- Covid-19 : Opération "Masques" dans le Grand Est le 21 mars 2020.
- Covid-19 : Appel aux masques : un fabricant se lance à Andelot le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Branle-bas de combat des industriels du Grand Est pour produire des « boucliers de protection » par impression 3D le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Troyes : les entreprises textiles mobilisées pour la fabrication de masques le 23 mars 2020
- Covid-19 : Des masques made in Aube pour ceux en première ligne le 30 mars 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020