Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020 Notre priorité est de produire davantage en France et en Europe

, par christophe Juppin

« Notre priorité est de produire davantage en France et en Europe », a déclaré le président de la République alors qu’il visitait une usine de fabrication de masques près d’Angers, mardi 31 mars 2020. Et d’ajouter que « nous devons retrouver notre indépendance. Nous continuerons à le faire le jour d’après ».

L’histoire retiendra que c’est depuis la filiale d’un groupe canadien qu’Emmanuel Macron a battu le rappel, mardi 31 mars 2020, pour « rebâtir notre souveraineté nationale et européenne  ». Le président de la République s’est rendu à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire), dans l’usine de production de masques FFP2 et chirurgicaux de l’entreprise Kolmi-Hopen. Il a ainsi salué les efforts des industriels en France pour doper la fabrication de masques de protection.

Le chef de l’Etat a également annoncé la constitution d’un consortium autour d’Air Liquide visant à augmenter sa production de respirateurs dans son usine d’Antony (Hauts-de-Seine). Objectif : fabriquer 10 000 équipements dans l’Hexagone d’ici la mi-mai. Air Liquide, PSA, Schneider et Valeo se sont mobilisés après l’appel à l’aide du gouvernement qui remonte au 22 mars 2020.

Précisant que les commandes de masques, de gels hydroalcooliques, de respirateurs et autres médicaments seront couvertes par une dotation publique exceptionnelle de 4 milliards d’euros, Emmanuel Macron a martelé : « Notre priorité est de produire davantage en France et en Europe. » Et d’ajouter que « nous devons retrouver notre indépendance. Nous continuerons à le faire le jour d’après  ». La pénurie de masques ou de respirateurs a, en effet, révélé les failles du modèle sur lequel était bâtie jusque-là l’autonomie stratégique du pays et du Vieux Continent.

JPEG - 103.6 ko
Emmanuel Macron a notamment promis mardi 31 mars 2020 "l’indépendance pleine et entière" d’ici à la fin de l’année 2020 pour la production de masques, lors d’une visite dans une usine de fabrication en Anjou. (Photo Loic VENANCE/AFP) Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020

L’industrie traditionnelle sur le devant de la scène

De l’indépendance énergétique à la sécurité des communications, la France n’a eu de cesse, pourtant, de bâtir les infrastructures essentielles à ses citoyens. Et comme la septième puissance mondiale n’a plus les moyens de financer seule cette politique, elle a poussé l’Union européenne (UE) à la mettre en œuvre à l’échelle des Vingt-Sept. C’est ainsi que sont nés, au fil du temps, le lanceur européen Ariane destiné à garantir l’accès à l’espace ou encore le système de navigation Galileo pour ne plus dépendre du GPS américain.

Selon la lettre de mission du 1er décembre 2019, Thierry Breton, le nouveau commissaire au marché intérieur, est chargé, en tout premier lieu, de «  renforcer la souveraineté technologique de l’Europe  ». Il a ainsi appelé à la montée en puissance des opérateurs et équipementiers européens sur la 5G, afin de desserrer l’emprise du chinois Huawei, et soutenu la création d’un «  Airbus des batteries » pour que l’UE rattrape son retard par rapport à la Corée ou à la Chine.

Supercalculateur, intelligence artificielle, outils d’utilisation des données, énergies renouvelables : les priorités mises en avant faisaient jusque-là la part belle aux technologies de rupture et à « l’économie de demain ». La pandémie due au coronavirus vient rebattre les cartes (géographiques). Elle remet les industries traditionnelles sur le devant de la scène, en intégrant une contrainte qui avait été sous-estimée, celle de la sécurité des approvisionnements. Dans ce contexte, ce n’est pas une entreprise qui s’avère stratégique, mais l’ensemble de la chaîne.

Retisser des filières effilochées tout en préservant la compétitivité des donneurs d’ordre, va nécessiter un fort volontarisme politique

«  Tous les dirigeants, économiques et politiques, se posent la question de savoir s’ils n’ont pas été trop loin dans l’optimisation des chaînes de valeur, souligne Bernard Gainnier, président de PwC pour la France et l’Afrique francophone. Le virus est le symptôme d’une absence de recul par rapport à la vision d’un monde ouvert et stable.  »

Quand les industriels européens ne peuvent plus importer de Chine ou d’Inde d’un claquement de doigt les composants dont ils ont besoin, la question de filières de production locales revient en force. Mais retisser des filières effilochées, exhumer les savoir-faire, tout en préservant la compétitivité des donneurs d’ordre, va nécessiter un fort volontarisme politique.

Une approche nationale voire régionale

Au niveau européen, bien sûr, puisque c’est l’échelon qui permet de mutualiser les investissements entre différents pays. Sachant que la plupart des Etats européens ont souffert de ruptures d’approvisionnement. Selon une étude d’ING, sur les quinze pays les plus exposés aux pénuries, dix sont européens, à l’image de l’Irlande ou de la Belgique.

L’industrie de la santé va mériter à l’évidence des efforts particuliers

Pour autant, le peu de solidarité qui a marqué les débuts de l’épidémie en Italie montre la limite du partage. Si la première obligation d’un pays est d’assurer les besoins vitaux de ses citoyens, à savoir l’alimentation, la santé, les communications, l’électricité, l’eau, les services financiers, ces sujets sensibles exigent une approche nationale. Voire parfois régionale : « Des régions françaises commencent à réfléchir à la nécessité de reconstruire des filières pour limiter leur dépendance à la Chine sur certaines chaînes de valeur  », indique Bernard Gainnier.

Alors que neuf hôpitaux européens ont alerté, mardi 31 mars 2020, sur le risque d’une pénurie de médicaments essentiels, l’industrie de la santé va mériter à l’évidence des efforts particuliers. Cette crise «  accentue la politique de reconquête industrielle que nous avions lancée il y a deux ans et demi. Nous avions déjà commencé à travailler en France et en Europe sur la relocalisation de chaînes de production de médicaments  », a assuré sur RTL Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’état auprès du ministre de l’économie et des finances.

«  Quand nous serons de l’autre côté du Covid-19, ce sera l’occasion d’encourager l’innovation en Europe, au lieu de la freiner avec des règles très strictes établies après des scandales comme celui sur les implants mammaires PIP  », avance Antoine Papiernik, président du fonds de capital-investissement Sofinnova spécialisé dans les sciences de la vie.

Une certitude : le projet de Sanofi, dévoilé le 24 février 2020, de mettre en Bourse son activité de fabrication de principes actifs, qui comprend six usines européennes, va être scruté de près, de très près.


JPEG - 77.1 ko
Emmanuel Macron en visite à l’usine de masques chirurgicaux Kolmi-Hopen à Saint-Barthélemy-d’Anjou, près d’Angers (Maine-et-Loire), mardi 31 mars. Loic Venance / AP

Publié par Isabelle Chaperon le 02 avril 2020 dans https://www.lemonde.fr


JPEG - 112.1 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 1 avril 2020 [ A lire dans @LesEchos ]
Extrait de l’interview de notre Président, Paul de Montclos :
"Défenseur de longue date de la production en circuit court (les #Vosges), il voit dans la crise actuelle l’occasion de repartir enfin sur des bases plus saines"
Paul de Montclos porte le masque « made in Vosges » le 02 avril 2020

JPEG - 107.1 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 31 mars 2020 [ Article @le_Parisien ]
Les #valeurs qui unissent les usines vosgiennes font le tour de la France grâce notamment au duo Berjac & Le Drap Français ! Eddy Chevrier (Le Drap Français), Brigitte Metz et Fabrice Bizé (Berjac).
bravo et merci à toutes celles et ceux qui nous aident à #confectionner des #masques anti-émission
Deux entreprises vosgiennes s’unissent pour fabriquer des masques le 30 mars 2020

JPEG - 87.6 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 2 avril 2020 [ Fantastique Chaîne de #Solidarité ]
Dans les #Vosges, ce sont 13 ateliers de confection qui se sont organisés pour confectionner des #masques anti-émissions
Bravo et Merci aux couturier(e)s qui se #mobilisent quotidiennement et #bravent leur peur du #virus !!

JPEG - 119.6 ko
Manuel Bompard @mbompard · 31 mars 2020
Jusqu’à sa fermeture il y’a 2 ans, l’entreprise Sperian à Plaintel (22) pouvait produire presque 1 million de masques par jour. Elle a été rachetée par l’américain Honeywell puis délocalisée. Les machines ont été détruites. Alertés à l’époque, #Macron et #Lemaire n’ont rien fait.
Covid-19 : Une usine de masques fermée dans les Côtes d’Armor en 2018 : un crève-coeur pour l’ex-directeur

JPEG - 113.8 ko
Lionel COSTES @COSTESLionelEr · 1 avril 2020
"L’histoire retiendra que c’est depuis la filiale d’un groupe canadien qu’@EmmanuelMacron a battu le rappel, mardi 31 mars 2020, pour « rebâtir notre souveraineté nationale et européenne »" :
https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/01/emmanuel-macron-veut-rebatir-l-independance-economique-de-la-france_6035160_3234.html

JPEG - 50.2 ko
Courvoisier Avocat @JuliaCourvoizzz · 7 avril 2020
Notre système de santé, financé par des taxes et impôts parmi les plus élevés du monde, dépend donc de la Chine à 80%. Que ce soit pour les masques ou les médicaments. Et j’en passe ! Je vous assure qu’après le confinement, ça va valser à l’Elysée. #DehorsLesRomano #Voyous

JPEG - 112.9 ko
Arnaud Montebourg @montebourg· 13 avril 2020
Les Échos concluent dans « Les Français font des relocalisations la priorité de l’après-crise », qu’il s’agirait de ma « revanche politique ». Je n’ai aucune revanche à prendre, et n’éprouve que tristesse pour la France qui n’a pas su prendre le bon chemin.
https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/coronavirus-les-francais-font-des-relocalisations-la-priorite-de-lapres-crise-1194424

JPEG - 108 ko
Fabienne Keller @fabienne_keller · 16 avril 2020
#DirectPlénière - Unis autour d’une même résolution, nous demandons un grand #PlanMarshall européen avec pour objectif de mutualiser les investissements pour relocaliser en #Europe les productions stratégiques : médicaments, masques, etc..

JPEG - 104 ko
Agence France-Presse @afpfr · 19 avril 2020
La France va produire "17 millions" de masques "grand public" par semaine, avec pour objectif de pouvoir "équiper les Français qui le souhaiteront", a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran. "8 millions de masques ont été produits la semaine écoulée", a-t-il déclaré #AFP

JPEG - 79.4 ko
RMC @RMCinfo · 20 avril 2020
Il faut désormais confectionner des masques pour l’ensemble des Français. La France produira "17 millions" de masques "grand public" par semaine a annoncé le ministre de la Santé le 19 avril 2020.
RMC le lundi 20 avril 2020 : Nos enfants devront ils porter des masques ? 17 millions seront produits en France d’ici le 11 mai 2020. Ils seront probablement rendus obligatoires dans les transports publics. Ce matin sur RMC,
Marc Pradal, président de l’Union française des industries mode et habillement (UFIMH), nous a expliqué que la donne avait changé et qu’il fallait confectionner de plus en plus de masques possibles pour tous les Français. Nous avions des recommandations d’affecter ces masques pour le public de professionnels qui était en contact, comme les caissières de supermarché. C’était l’objectif numéro un il y a maintenant quelques semaines. Nous avons eu des réunions pour élargir ce champ et nous dire : "attention, il faut s’armer encore plus, il faut mobiliser encore plus parce qu’il va falloir équiper toute la nation". Alors, on ne sera pas tout seuls, heureusement, mais le chalenge est élevé.


JPEG - 83.3 ko
L’Usine Nouvelle @usinenouvelle · 28 mars 2020
[Exclusif] Pour développer la fabrication de masques médicaux en France, l’État veut lever un premier frein : la fourniture en matière première #Covid19
https://www.usinenouvelle.com/editorial/l-etat-veut-creer-une-filiere-francaise-de-materiaux-pour-la-fabrication-de-masques-medicaux.N958266

JPEG - 94.3 ko
CABIROL MICHEL @MCABIROL · 28 avril 2020
Quel avenir pour la nouvelle filière de fabricants de masques ? #MadeInFrance #Industrie @FR_Industrie
@medef @GifasOfficiel @BrunoLeMaire @AgnesRunacher @GFI_Industrie @Economie_Gouv #Industrie #PacteProductif https://latribune.fr/entreprises-finance/industrie/quelle-perennite-pour-la-nouvelle-filiere-de-fabricants-de-masques-846194.html
via @latribune

Pour en savoir plus :

- Le textile parmi les secteurs les plus touchés par la perte d’emplois en France en février 2018
- Covid-19 : Une usine de masques fermée dans les Côtes d’Armor en 2018 : un crève-coeur pour l’ex-directeur
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : La filière textile vosgienne au secours de la pénurie de masques le 20 mars 2020
- Covid-19 : Branle-bas de combat des industriels du Grand Est pour produire des « boucliers de protection » par impression 3D le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : les Français font des relocalisations la priorité de l’après-crise le 13 avril 2020
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : la mobilisation économique dans l’Est le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le Grand Est soutien la fabrication locale de produits de Protection Individuels le 18 avril 2020
- Covid-19 : L’Etat veut créer une filière française de matériaux pour la fabrication de masques médicaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : "On a préféré acheter en Chine plutôt que de défendre l’outil industriel français" le 10 mai 2020
- Covid-19 et Souveraineté : et si la France se dotait enfin d’une stratégie industrielle ? le 11 mai 2020