Covid-19 : L’union sacrée face à la crise à Chaumont (52) Donner envie aux consommateurs d’aller vers les commerces de proximité et aux commerçants de jouer collectif au profit de Chaumont

, par Emilie MOLIN-REMY, Frédéric Thévenin

Face à la crise sanitaire et aux difficultés économiques, l’UCIA de Chaumont préconise une union sacrée des commerçants. Tous seront recensés sur son site Internet et bénéficieront de bons d’achat bonifiés en remplacement des animations. L’idée est de favoriser les commerces de proximité chaumontais.


Avec la crise sanitaire liée au Covid-19 et le confinement qui en a découlé, le commerce chaumontais, comme celui des villes similaires, est en grande souffrance. L’UCIA, la Ville de Chaumont et la CCI se sont alors interrogés sur la meilleure manière pour sauver ce secteur d’activité. Christine Guillemy, maire de Chaumont, résume la situation par une question : « comment, après le confinement, faire revenir nos concitoyens dans les commerces de proximité et du centre-ville ? »

Or, la Ville et l’UCIA signent, année après année, une convention qui est principalement concentrée autour des animations. Hier, les circonstances étant totalement inédites, cette nouvelle convention a été revue, corrigée et signée. Elle prend en compte le fait que la majeure partie des animations de 2020 ont été annulées jusqu’en juillet 2020 voire plus loin. Même les Automnales d’octobre sont menacées.

Du coup, la Ville et l’UCIA ont eu l’idée de convertir les aides à l’animation en aide à la consommation pour les commerces de proximité. L’espoir de Christine Guillemy est de voir ainsi changer les modes de consommation avec des ménages qui favoriserait Chaumont plutôt qu’Internet ou les grandes villes autour. Pour le commerce de centre-ville a « beaucoup souffert  » mais il reste debout.

Sylvain Mussy, le président de l’UCIA, parle, avec le Covid, d’un «  cataclysme » qui s’est abattu sur les commerces lorsqu’il a fallu tout fermer. Seuls quelques-uns ont continué, dans l’alimentaire. Il évoque, de leur part, « un service rendu à la clientèle et à la ville de Chaumont et qui a permis de conserver un minimum de fréquentation au centre-ville  ».

Aujourd’hui, face à cette situation qui sort totalement de l’ordinaire et pour s’en sortir, Sylvain Mussy préconise une union sacrée de tous les commerçants en allant au-delà des adhérents. Le premier résultat concret de cette décision est le site Internet de l’UCIA qui servira d’annuaire aux 350 commerces de Chaumont et dans les environs proches. Il est en cours de construction avec, pour chaque commerce, sa catégorie, son identité, ses heures d’ouverture et sa géolocalisation. Le second sera la distribution de bons d’achat sur le site de l’UCIA qui bénéficieront à tous les commerçants de Chaumont qui emploient moins de 12 salariés ou 12 salariés c’est-à-dire ceux qui ont été directement impactés par la fermeture. Pour les personnes qui n’ont pas Internet, ils pourront retirer les bons au siège de l’UCIA, rue Pasteur.

Sylvain Mussy entre dans les détails : « la somme normalement réservée aux animations sera reversée en bonification sur les bons d’achat. Ces derniers seront disponibles à partir du 1er juin et ne seront utilisables qu’à Chaumont ». Quant à la bonification, elle sera, dans un premier temps, de 20 % et pourra monter à 50 %. Autrement dit, un consommateur qui prend un bon d’achat de 10 €, il pourra dépenser 12 €. Un bon d’achat de 100 € permettra de dépenser 120 €.
Ainsi, l’UCIA et la Ville injecteront 32 000 € dans les commerces de la ville voire 72 000 € si les Automnales n’ont pas lieu. Ces sommes liées à l’engagement de la clientèle représentent une somme globale de 200 000 € à plus de 400 000 € pour les commerces de proximité.

A noter que l’UCIA a une pensée toute particulière pour les bars et commerçants qui souffrent encore davantage de cette crise sanitaire. Pour eux, la règle des 12 salariés ne s’applique pas. Ils peuvent en avoir davantage et bénéficier des bons.
Pour Christine Guillemy, cette première action en appelle d’autres, « sans doute ». Pour elle, elle préfigure même de nouveaux genres de partenariats avec l’UCIA. « Cette crise pousse à nous réinventer, à penser autrement  ». Elle en profite pour saluer la réactivité de l’UCIA qui va «  donner envie aux consommateurs d’aller vers les commerces de proximité et aux commerçants de jouer collectif au profit de Chaumont  ».

Frédéric Thévenin
f.thevenin@jhm.fr

Publié par Frédéric Thévenin dans le journal de la Haute-Marne (JHM) n° 9505 du lundi 18 mai 2020 en page 10http://www.jhm.fr


Pour en savoir plus :

- Emilie Molin-Remy et Simon Puget, nouveaux arrivés en décembre 2017
- Haute-Marne : des sapins de Noël écoresponsables vendus jusqu’au 19 décembre 2019
- 1,3 million d’euros pour soutenir le commerce et l’artisanat du Pays de Chaumont grâce au FISAC le 21 janvier 2020
- Covid-19 : L’union sacrée face à la crise à Chaumont (52)