Covid-19 : Les CCI en première ligne pour soutenir les entreprises Grâce à leur réseau, les chambres consulaires sont des relais utiles de l’État auprès des entrepreneurs.

, par christophe Juppin

Pour limiter les répercussions du Covid-19 sur l’activité des entreprises, la mobilisation de tous les acteurs économiques, à commencer par les chambres de commerce et d’industrie (CCI), est indispensable. Dès le 17 mars 2020, les CCI ont ainsi été missionnées par le gouvernement comme interlocutrices de premier rang dans la crise. Une tâche qu’elles mènent avec d’autant plus d’ardeur et de sérieux qu’elles ont été malmenées depuis 2017 par l’exécutif qui, pour dégager des économies, a taillé dans leurs recettes affectées… Et l’occasion rêvée de démontrer leur utilité à un pouvoir qui en doute.

Certains services déconcentrés du ministère du Travail (les Direccte, qui gèrent les demandes de chômage partiel) ont ainsi basculé leurs standards téléphoniques sur les CCI, où 2000 collaborateurs en télétravail sont sur le pont et se relaient sept jours sur sept. « On répond aux questions des entreprises, on fait de la pédagogie sur les différents dispositifs mis en œuvre. Nous assurons aussi un rôle de courroie de transmission entre Bercy et les dirigeants qui nous font remonter certains dysfonctionnements », indique Pierre Goguet, le président de CCI France.

Comme les dirigeants du Medef et des autres organisations professionnelles, le patron des CCI a donc alerté très tôt Bercy sur les mesures mal paramétrées de son plan d’urgence et donc à côté des besoins des TPE ou des PME. Il en va ainsi du seuil des 70 % de perte de chiffre d’affaires en mars 2020, finalement ramené mardi à 50 %, pour déclencher l’aide promise de 1500 euros. « Mais il y a encore des trous dans la raquette. Pour les travailleurs non salariés indépendants, les 1500 euros versés par le fonds de solidarité ne suffiront pas », prévient Pierre Goguet. Ses services planchent également avec ceux de Bercy sur le lancement d’une plateforme permettant d’accéder à des commandes de masques homologués et au juste prix, afin que les entrepreneurs qui en ont besoin puissent équiper leur personnel.

Soutien psychologique

Les CCI sont également en liaison avec la Fédération bancaire française (FBF) et veillent à la bonne exécution des demandes de nouvelles lignes de crédit. « Alors que les entrepreneurs ont besoin de réponses immédiates et concrètes, des agences bancaires réclament à certains un prévisionnel de trésorerie, qu’ils sont évidemment dans l’impossibilité de fournir compte tenu de la situation, pointe Pierre Goguet. Ces pratiques sont intenables. »

Au 30 mars 2020, plus de 80.000 contacts émanant de TPE-PME, commerçants, micro-entrepreneurs et indépendants ont ainsi été traités par les cellules d’accompagnement du réseau des CCI, dont certaines antennes ont mis en place des cellules de soutien psychologique. Les initiatives des chambres dans les territoires sont d’ailleurs multiples et les bonnes pratiques infusent rapidement. À Marseille, par exemple, un système de géolocalisation des commerces encore ouverts a été lancé pour en informer les habitants.

Les CCI, comme toutes les organisations professionnelles, tentent enfin de préparer le rebond, à la fin du confinement. Un groupe de réflexion est en cours de constitution pour être force de propositions auprès du gouvernement.

Délais de paiement : l’explosion se confirme

Plus que jamais, le non-respect des délais de paiement, qui représente pour les PME un défaut de trésorerie de 13 milliards d’euros par an, est une menace pour l’économie. Et ce d’autant que cette pratique est à l’origine d’un quart des défaillances dans le pays… Pour éviter un dérapage préjudiciable, l’exécutif a monté en urgence un « comité de crise » sur ce sujet codirigé par Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises, et Frédéric Visnovsky, celui du crédit. En deux semaines, l’équivalent de trois mois de signalements leur a ainsi été remonté. Les grandes entreprises fautives, sur lesquelles le comité va se pencher, ne bénéficieront pas des aides de l’État.

Publié par Corinne Caillaud le 01 avril 2020 sur https://www.lefigaro.fr/


Pour en savoir plus :

- La Région Grand Est et la CCI de région Grand Est signent une convention cadre de partenariat le 15 février 2018
- Chambres de commerce : le chambouletout de Bercy le 07 juin 2018
- Le Maire met les chambres de commerce au pied du mur le mardi 10 juillet 2018
- Jean-Paul Hasseler nouveau patron de la nouvelle CCI Meuse/Haute-Marne le 11 décembre 2018
- Les chambres de commerce amorcent une réforme de grande ampleur le 15 avril 2019
- Soirée événement sur l’attractivité des territoires du Grand Est : "Apprenons à travailler ensemble intelligemment" le 12 septembre 2019 à Saint-Dizier
- Pierre Goguet : "La transformation des CCI est assortie de fortes contraintes financières" en septembre 2019
- CCI 52-55 : une fusion naturelle et efficiente
- Covid-19 : "Certains services sont saturés par les demandes de chômage partiel", Pierre Goguet (CCI France) le 02 avril 2020
- Covid-19 : Les CCI en première ligne pour soutenir les entreprises le 02 avril 2020