Covid-19 : Masques, gel, respirateurs : que devient l’« effort de guerre » des entreprises contre le virus ? Avec la généralisation du port du masque, les entreprises visent une commercialisation de masse durable.

, par Bruno Dumortier

Dès le début de la crise sanitaire, de nombreuses entreprises du secteur privé se sont mobilisées afin d’apporter leur aide. Elles ont souvent dû se réorganiser afin de produire des masques, du gel ou des respirateurs afin de lutter contre le virus. À l’heure de la reprise, que devient cet « effort de guerre » du secteur privé ?


En plein confinement, des entreprises s’étaient adaptées pour produire en masse masques, gel hydroalcoolique ou respirateur, les offrant parfois ou les vendant à prix coûtant. À l’heure de la reprise, que devient cet « effort de guerre » du secteur privé ?

Dans l’industrie textile, mobilisée d’abord pour fournir les soignants, souvent gracieusement, les capacités de production sont montées en puissance : avec la généralisation du port du masque, les entreprises visent une commercialisation de masse durable.

« Un marché se crée », reconnaît Charles Odend’hal, patron de la firme normande Lécuyer, fabricant d’élastiques qui produit désormais des masques chirurgicaux et bientôt FFP2.

L’entreprise a commandé sept machines automatisées : « Ce sont des investissements lourds, entre 300 000 et 600 000 euros  » chacune, indique Charles Odend’hal, évoquant un prix de vente avoisinant 35-39 centimes par masque (chirurgical). Il mise aussi sur des « masques lavables personnalisés » avec logos des sociétés.

Le producteur textile Tenthorey dit tâter encore le marché mais table également sur des articles personnalisables. Il a déjà reçu l’importante commande d’un croisiériste.

Dans le luxe, Saint-Laurent, Balenciaga, Gucci et Brioni (groupe Kering) poursuivent la production de masques chirurgicaux et non-chirurgicaux ; Louis Vuitton (LVMH) fabrique toujours des masques en tissu réservés à ses salariés, à des Ehpad et services publics.

JPEG - 46.7 ko
Deux couturieres chez Louis Vuitton confectionnent un modele de blouse qui doit etre porte par des infirmieres, dans leur atelier à Paris.

Gel hydroalcoolique : la production s’intensifie

Le géant des spiritueux Pernod Ricard a fourni jusqu’ici dans le monde 2,5 millions de litres d’alcool pur pour fabriquer du gel hydroalcoolique, produisant lui-même 775 000 litres de gel : ces initiatives se poursuivent sans fin programmée.« Ces volumes sont des dons », insiste un porte-parole.

Sur trois sites dédiés aux parfums, LVMH a produit 360 000 litres de gel depuis mi-mars, offerts aux hôpitaux ou opérateurs publics ; à partir du lundi 18 mai 2020, cette production a été réduite (12 000 litres/semaine), uniquement destinée aux besoins internes. Hermès continue également d’en produire.

Pour beaucoup d’industriels, l’heure est à la commercialisation massive, avec des prix régulés. Chez les spécialistes des détergents, les usines tournent à plein régime.

De même dans l’industrie chimique : une trentaine de groupes en France ont adapté leur appareil productif pour fabriquer du gel, « augmentant encore leur capacité » pour le déconfinement, selon France Chimie. Actuellement, le secteur produit 400 000 litres par jour de plus qu’avant la crise sanitaire… et 100 000 de plus que début avril 2020.

JPEG - 34.1 ko
Chez les spécialistes des détergents, les usines tournent à plein régime.

Le secteur des cosmétiques s’est mobilisé : d’après la Febea (Fédération des Entreprises de Beauté), une cinquantaine d’entreprises (sur 350 adhérents) ont modifié leurs lignes de production pour fabriquer des solutions hydroalcooliques, profitant de dérogations valables jusqu’au 1er septembre 2020.

Aujourd’hui, les entreprises de cosmétiques assurent environ un tiers de la production française de gel hydroalcoolique. Si les trois quarts souhaitent continuer, avertit la Febea, « la logique économique va demander d’arbitrer », notamment pour des TPE fragilisées.

Des entreprises financièrement affaiblies pourraient privilégier leur production habituelle, aux marges plus lucratives que le gel à tarif réglementé, par exemple les produits professionnels pour coiffeurs à l’heure où les salons rouvrent.

Air Liquide promettait de fabriquer 10 000 respirateurs pour aider les hôpitaux dans le cadre d’un consortium d’industriels réunissant PSA, Valeo et Schneider Electric.

Air Liquide maintient une cadence quotidienne d’environ 400 respirateurs assemblés, et en a déjà livré plus de 5 000. Si le consortium industriel « n’a pas vocation à durer », l’entreprise assure qu’elle continuera d’adapter sa production à la demande.

L’usine PSA à Poissy, qui produit le corps mécanique d’appareils ensuite livrés à Air Liquide, en a assemblé plus de 7 500 sur 8 500 prévus, l’objectif qu’il pense atteindre avant fin mai, ce qui marquera la fin de sa mission. Schneider Electric produira jusqu’à fin mai des embouts spécifiques.

Parallèlement, la filiale française de l’américain Resmed (technologies médicales) poursuivra « tant qu’il y aura de la demande » sa production par impression 3D de raccords pour respirateurs, offerts aux services hospitaliers, après avoir prévu d’en livrer 5 000.

Publié par Julien Girault le mardi 19 mai 2020 dans l’Est Eclair https://abonne.lest-eclair.fr

Publié par Julien Girault, le mardi 19 mai 2020 avec le service économique de l’AFP dans https://www.latribune.fr


JPEG - 79.8 ko
La Tribune @LaTribune · 19 mars 2020
Masques, gel... que devient l’"effort de guerre" des entreprises contre le virus ?
https://www.latribune.fr/economie/france/masques-gel-que-devient-l-effort-de-guerre-des-entreprises-contre-le-virus-848141.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1589876980
JPEG - 90.5 ko
Frédéric NICOLAS @emicfdnicolas · 19 mai 2020
Industrie Apprentissage Formation #Emplois #Réindustrialisation #MadeinFrance #Textile @GarnierThibault
@VosgesTT @AuvergneTT #NordTerreTextile #AlsaceTerreTextile
https://www.usinenouvelle.com/editorial/comment-le-textile-francais-a-retisse-ses-liens-pour-produire-des-masques.N962526
JPEG - 92.4 ko
Philippe Juvin @philippejuvin · 19 mai 2020
Au fond, ce qui nous a manqué le plus, ce ne sont peut-être pas les masques, les surblouses, les médicaments, les tests, les lits de réanimation…
Ce qui nous aura manqué le plus, c’est la vérité.

Pour en savoir plus :

- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : Mobilisation du Pôle textile d’Alsace pour produire des masques protecteurs le 17 mars 2020
- Covid-19 : chez Tismail, « on a tout fermé, comme pour l’été » le 17 mars 2020
- Covid-19 : Opération "Masques" dans le Grand Est le 21 mars 2020.
- Covid-19 : Appel aux masques : un fabricant se lance à Andelot le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Branle-bas de combat des industriels du Grand Est pour produire des « boucliers de protection » par impression 3D le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Troyes : les entreprises textiles mobilisées pour la fabrication de masques le 23 mars 2020
- Covid-19 : Des masques made in Aube pour ceux en première ligne le 30 mars 2020
- Covid-19 : deux entreprises vosgiennes s’unissent pour fabriquer des masques le 30 mars 2020
- Covid-19 : À Bogny-sur-Meuse, Hermès confectionne 10000 masques de protection pour le personnel soignant le 31 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : la mobilisation économique dans l’Est le 09 avril 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le textile troyen va produire des milliers de masques le 15 avril 2020
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le textile troyen va produire des milliers de masques le 15 avril 2020
- Covid-19 : Le Grand Est soutien la fabrication locale de produits de Protection Individuels le 18 avril 2020
- Covid-19 : TSC se reconvertit et s’oriente vers la production de masques et de blouses jetables le 20 avril 2020
- Covid-19 : Covid-19 : TISMAIL-La Chaussette de France réoriente sa production vers la conception de masques. le 22 avril 2020.
- Covid-19 : L’industrie textile vosgienne produit 250.000 masques par semaine le 26 avril 2020
- Covid-19 : Des masques réalisés par Le Coq sportif vont être distribués aux habitants de Romilly-sur-Seine le 27 avril 2020
- Covid-19 : L’Etat veut créer une filière française de matériaux pour la fabrication de masques médicaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : Bugis tricote une filtration à 90% le 28 avril 2020
- Covid-19 : Compositex colle trois matériaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : Le Coq sportif mobilisé comme jamais contre le Covid-19 à Romilly-sur-Seine le 29 avril 2020
- Covid-19 : Dix fabricants recensés dans l’Aube, un en Haute-Marne le 29 avril 2020
- Covid-19 : à Troyes, BioSerenity va mettre en route une “usine de campagne” pour produire des masques en grande quantité à partir du 12 mai 2020
- Covid-19 : 150 postes à pourvoir pour fabriquer des masques à partir du 12 mai 2020
- Covid-19 : Qui sont les quatre producteurs de masques sanitaires que l’Etat va soutenir en France ? le 12 mai 2020
- Covid-19 : Des masques « made in » Aube à 20 centimes ? le 13 mai 2020
- Covid-19 : Tismail lance Mask in France le 12 mai 2020
- Covid-19 : Masques, gel, respirateurs : que devient l’« effort de guerre » des entreprises contre le virus ? le 19 mai 2020
- Covid-19 : Masques, gel, respirateurs : que devient l’« effort de guerre » des entreprises contre le virus ? le 19 mai 2020
- Covid-19 : Emo lance son masque 3D le 19 mai 2020