Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020 Il faut faire du « Grand Est inside », sortir des productions de proximité, de notre territoire.

, par christophe Juppin

Le président du Grand Est a réunis vendredi 03 avril 2020 en visioconférence d’anciens ministres de la région pour réfléchir « au jour d’après ». Jean Rottner souhaitait réunir des personnalités qui étaient ou sont encore en responsabilité politique pour connaître leur analyse de la situation.


Anciens ministres issus du Grand Est : onze (dont Catherine Vautrin et Benoist Apparu) personnalités politiques ont répondu à l’appel de Jean Rottner pour une heure de discussion, vendredi 3 avril 2020, autour de la crise actuelle provoquée par le Covid-19. Pourquoi cette initiative et qu’en est-il ressorti ? Le président de la Région nous explique.

Pourquoi avez-vous souhaité réunir ces anciens ministres de la région ?

Il s’agit de femmes et d’hommes politiques, quel que soit leur bord, qui ont été en responsabilité et qui restent pour beaucoup très actifs, comme Luc Chatel, par exemple, président de la Plateforme automobile, une filière qui nous concerne particulièrement. L’idée était de les réunir pour les écouter sur leur analyse de la situation. Il s’agissait de voir comment prévoir l’avenir au sein de la région, savoir quels chantiers travailler en priorité, établir les solutions pour traiter la crise de façon immédiate et tracer les perspectives pour le futur en soutien de certaines filières en première ligne.

Lesquelles ?

Par exemple la filière textile, qui est actuellement très sollicitée et qui répond admirablement en produisant des masques et des blouses. Dans la journée (du vendredi 03 avril 2020 en question, NDLR), des contacts et commandes fermes ont d’ailleurs été établis.

Est-ce la mise en place d’un « think tank » ? Comptez-vous renouveler le procédé ?

Non, beaucoup de choses ont été exprimées déjà. J’étais surtout très à l’écoute. Je précise aussi que j’ai eu cet après-midi (dimanche) Catherine Trautmann qui ne pouvait nous « rejoindre » vendredi. Elle a une expérience européenne très intéressante pour nous. C’est profitable. Et puis, je vais réunir, dans le même esprit, les chambres de commerce et d’industrie (CCI), les chambres des métiers, les chambres d’agriculture. La semaine prochaine se tiendra la commission permanente de la Région. Il y aura aussi les commissions techniques car la vie démocratique se poursuit.

Pourquoi avoir choisi ce moment-là ?

C’était intéressant car il s’agit d’un moment charnière. Il y aura un avant la crise et il faut penser l’après. Nous allons devoir prendre des solutions et des arbitrages difficiles, notamment économiques, pour être au rendez-vous de cette transformation.

Quelles sont, justement pour vous, les étapes prioritaires de cette transformation, de ce « jour d’après » ?

Se dire, déjà, qu’on n’a pas fait que de mauvais choix dans le passé. Notamment en renforçant notre industrie. Même s’il va y avoir des pertes, elle tient le coup. La filière de la santé va indéniablement devenir éminemment stratégique.

De quelle manière pouvez-vous justement, en tant que médecin urgentiste et président de région, homme politique, appuyer cette démarche ?

En affirmant déjà que la production médicamenteuse doit être relocalisée en Europe. Nous manquons de drogues de base. Il faut que nous retrouvions une forme non pas d’indépendance mais de production française à recréer. Il y a un sujet sur les tests également. Le réseau des laboratoires privés est fortement concerné. On pense toujours aux médecins, aux soignants qui manquent mais les laboratoires sont essentiels et on ne les intègre pas assez. C’est l’ensemble de la filière, avec toutes ses composantes qu’il faut redémarrer. En commençant par se poser les bonnes questions.

Quelles autres filières vous semblent indispensables pour penser l’avenir ?

La filière agricole, bien sûr, que nous soutenons dans sa transition qui est actuellement largement confortée et accélérée. Regardez la distribution : à travers le numérique et les petits distributeurs, on vend de manière différente. Cela rapproche mais oblige aussi la grande distribution à se poser des questions, ce qu’elle fait déjà.

Pourquoi certains hypermarchés valorisent les producteurs locaux ou maintiennent les prix ? Pourquoi ce n’est pas fait tout le temps ? Pour chercher le meilleur prix ? Il faut faire du « Grand Est inside », sortir des productions de proximité, de notre territoire. De la même manière que la filière textile s’est très bien adaptée aux besoins de masques, que ce soit dans l’Aube, les Ardennes, la Marne, l’Alsace, les Vosges… Tous ont su être réactifs.

Publié le 05 avril 2020 sur https://www.lunion.fr/


JPEG - 77.5 ko
BFMTV @BFMTV· 5 avrIL 2020
Jean Rottner : "Aujourd’hui, c’est le confinement qui doit être d’actualité"

JPEG - 70.2 ko
Claire Hohweyer @ClaireHohweyer · 05 avril 2020
Filières de la santé, du textile, de l’agroalimentaire... @JeanROTTNER a réuni d’anciens ministres, issus de la @regiongrandest, pour réfléchir au "jour d’après" à l’échelle de la collectivité mais aussi de la France et de l’Europe. #covid19


JPEG - 84.6 ko
PoleTechnologique 52 @poleTechno52 · 22 avril 2020
La @regiongrandest lance la plateforme "barrière-Covid19" pour aider votre organisation disposant d’un n° de SIRET, à se fournir en équipements de protection individuelle (masques, gels hydroalcooliques..) auprès des fabricants du #GrandEst @JeanROTTNER
http://regions-france.org/actualites/en-direct-des-regions/barriere-covid19-une-plateforme-inedite-de-mise-en-relation-de-fabricants/

Pour en savoir plus :

- Le textile parmi les secteurs les plus touchés par la perte d’emplois en France en février 2018
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : La filière textile vosgienne au secours de la pénurie de masques le 20 mars 2020
- Covid-19 : Branle-bas de combat des industriels du Grand Est pour produire des « boucliers de protection » par impression 3D le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : les Français font des relocalisations la priorité de l’après-crise le 13 avril 2020
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : la mobilisation économique dans l’Est le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le Grand Est soutien la fabrication locale de produits de Protection Individuels le 18 avril 2020
- Covid-19 : L’Etat veut créer une filière française de matériaux pour la fabrication de masques médicaux le 28 avril 2020