Gorges Le Magnan (CRITT-Mdts) : « Nous sommes condamnés à innover » le 04 avril 2007. Georges Le Magnan a reçu un hommage unanime lors de son départ en retraite.

, par christophe Juppin

Le CRITT-MDTS, a été créé en 1984, c’est un centre de recherche et d’expertise, spécialisé dans les matériaux, dépôts et traitements de surface. Plus de vingt ans après la création du Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie, le 04 avril 2007, son fondateur et directeur, Georges Le Magnan, laisse à son successeur, Jean-Marc POPOT, le plus important Critt de France, qui compte 52 salariés et un total cumulé de 1 500 entreprises clientes.

Il dit lui-même qu’il a démarré l’aventure avec une feuille blanche et un stylo. Plus de vingt ans après, à l’heure de la retraite, Georges Le Magnan laisse à son successeur le plus important Critt de France. Entretien.

Comment est né le centre régional d’innovation et de transfert de technologie ?

Georges Le Magnan : « J’ai vraiment démarré avec une feuille blanche. Il y avait un stylo et il fallait remplir la feuille. Il y a eu une première année de montage de dossiers. Il fallait convaincre les institutions locales et régionales de s’engager dans la création d’une interface entre les PME-PMI et la recherche fondamentale. On a été un des tout premiers Critt en France. Aujourd’hui, nous sommes le plus important par la taille, avec 52 salariés et un total cumulé de 1.500 entreprises clientes ».

Quelles ont été les grandes orientations qu’a connues le Critt depuis sa naissance ?

« Au début, on avait une politique de l’offre : on cherchait et, ensuite, on allait offrir ce qu’on avait. Il y a eu un premier virage à 180 degrés pour être en adéquation avec les besoins des PME. Nous avons relevé un deuxième pari en 1984 en décidant d’aller jusqu’à la présérie industrielle. En mettant au point une pièce réelle, on pouvait montrer sa fiabilité et sa rentabilité technico-commerciale. On allait de l’idée jusqu’à la conception ».

Ouverture européenne Quelles sont les complémentarités que vous pouvez développer avec les pôles de compétitivité ?

« Nous nous intéressons actuellement à la fabrication de pièces par injection de poudre métallique. En France, dix entreprises travaillent sur ce procédé-là. Le secteur automobile s’y intéresse, mais il y a le problème du prix. Avec le pôle de compétitivité agro-ressources, nous pourrions peut-être trouver un polymère d’origine végétale qui viendrait remplacer le polymère que nous utilisons et qui est d’origine pétrolière. Nous sommes également associés au pôle de compétitivité consacré aux procédés de mise en œuvre de matériaux innovants. On a voulu faire de ce pôle quelque chose d’original puisqu’il est piloté à 70 % par des industriels. On veut également l’ouvrir au niveau européen en travaillant avec le CRIF de Liège et avec l’Allemagne. Jacques de Saint-Gilles, qui préside ce pôle, m’a demandé d’en être le premier vice-président ».

Près d’un quart de siècle après sa naissance, comment voyez-vous l’avenir du Critt ?

« Nous sommes à un carrefour. Il va falloir faire une veille technologique constante au niveau mondial. On est condamné à innover. D’autant plus que nous sommes la locomotive. Un programme de recherche industriel, aujourd’hui, il ne faut pas qu’il dépasse trois ans ».

Une belle aventure Comment le nouveau retraité que vous êtes, va-t-il occuper son temps ?

« Je vais pouvoir me consacrer davantage à ma famille et notamment à mes deux enfants et à mes trois petits-enfants qui sont en Chine. Même si je conserve d’autres responsabilités, comme la présidence de l’association française des centres de ressources technologiques, qui regroupe 42 centres. Je suis aussi membre du conseil supérieur de la recherche et de la technologie et membre de la commission nationale de labellisation. Mais quitter le Critt ne se fait pas sans un petit pincement au cœur. Ca a été une belle aventure. Le plus difficile, ce sera de tirer la porte une dernière fois derrière moi ».

Propos recueillis par Bernard Giraud pour le journal L’ARDENNAIS du vendredi 06 avril 2007 en page 03

JPEG - 398.1 ko
Le 05 juillet 2007 inauguration de la pose de la première pierre du pôle technologique à Nogent (52) : (de Gauche à droite) De dos : Luc Chatel, Député de la 1re circonscription - Haute-Marne de 2002 à 2007, et ministre de l’Éducation nationale en 2009, Jacques de Saint-Gilles, le Président du CRITT MDTS accompagné de Georges Le Magnan, le directeur du CRITT MDTS jusqu’en Mai 2007. (Photo CJ)

Un hommage unanime

En sa qualité de président du Critt, c’est Jacques de Saint-Gilles qui a ouvert, mercredi soir 04 avril 2007, la série de discours rendant hommage à Georges Le Magnan. Pour souligner le « remarquable parcours » d’un directeur dont il a salué l’énergie, le talent, la pugnacité et la compétence. Monique Bonneau, qui représentait le ministère de la Recherche, a relevé pour sa part « l’ampleur du travail accompli  », tandis que Claudine Ledoux, maire de Charleville-Mézières, évoquait « une magnifique épopée », indiquant que le Critt était « une référence  » et « un symbole ».

Michel Brocard, maire de Nogent, en Haute-Marne, où se trouve l’antenne du Critt, est venu également au micro témoigner de la «  clairvoyance  » de Georges Le Magnan, qualifié de « travailleur infatigable ».

Benoît Huré, président du conseil général, a reconnu, quant à lui, qu’une page importante se tournait avec le départ à la retraite d’un homme qui avait su insuffler au Critt son « enthousiasme inlassable ». Pour finir, Jean-Paul Bachy, président du conseil régional, a comparé Georges Le Magnan à un coureur de fond et la naissance puis l’essor du Critt à « une belle leçon d’aménagement du territoire ». Il a aussi mis l’accent sur des qualités pouvant parfois apparaître contradictoires (ambition et humilité, rigueur et imagination) avant de rendre hommage à « l’humanité » du nouveau retraité. L

L’ARDENNAIS du vendredi 06 avril 2007 en page 03


Pour en savoir plus :

- La technologie forge l’avenir en 2006
- Gorges Le Magnan (CRITT-Mdts) : « Nous sommes condamnés à innover » le 04 avril 2007.
- Le CRITT-MDTS à la pointe des traitements des prothèses orthopédiques, en novembre 2013
- Un simulateur d’usure multi-stations pour prothèses articulaires de hanche et de rachis
- En juillet 2016, le CRITT mdts a rejoint le cercle fermé des instituts de référence
- Antenne du CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) à Nogent
- Le CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) : le laboratoire des PME-PMI
- Forte affluence pour la visite de l’antenne du CRITT MDTS à Nogent le 21 décembre 2017
- Le CRITT Mdts prépare son AG le 13 avril 2018
- Julien BOUARD, Directeur de l’antenne du CRITT Mdts de Nogent depuis le 20 septembre 2018