HDPR (Andelot) : Dr Housse ou l’éloge de la polyvalence

, par Dominique PIOT

Christophe Bernaud est un cas. Il est discret. Il travaille - pour l’instant – chez lui, à Andelot, il ne fait pas de bruit ; et pourtant, il exporte partout dans le monde : Chine, Japon, Amérique du Nord etc.


À 40 ans, originaire de Chaumont, ce garçon a eu plusieurs vies professionnelles : dans l’informatique, dans la robotique. Et lorsqu’il ne sait pas quelque chose, ses neurones bien rangés se débrouillent pour trouver l’information, quelle que soit la langue de l’interlocuteur, pour en faire un client satisfait.

Christophe Bernaud fabrique et commercialise des housses de protection pour les robots industriels. Que du sur-mesure.

JPEG - 3.9 Mo
Christophe Bernaud fabrique et commercialise des housses de protection pour les robots industriels. Photo : Dom Piot

Les robots industriels présentent plusieurs caractéristiques intéressantes : tous sont différents. Il faut les protéger de toutes sortes d’agressions liées au milieu dans lequel ils travaillent : de l’huile, de l’acide, du chaud, du froid etc. Un robot installé dans une chambre froide doit être maintenu à une température positive pour que son lubrifiant ne se fige pas. Il lui faut un “petit manteau” qui l’habille d’air chaud et prévienne toute fuite d’huile, de peinture ou de quoi que ce soit sur les aliments qui l’entourent. Chaque cas est unique. Pour chaque cas, Christophe Bernaud cherche et propose une solution. Les tissus sont adaptés : kevlar, PVC, certifiés agroalimentaire ou ignifugés etc.

À l’aide d’un logiciel professionnel, Christophe Bernaud modélise en 3D la housse idéale. Il obtient ensuite un fichier en 2D (à plat) qu’il imprime sur un traceur. Le patron sert à la découpe du tissu qui est cousu ou soudé à l’air chaud.

Dit comme ça, tout paraît simple. Si ça l’était, il y aurait sans doute plus que dix fabriquant dans le monde. Il fait partie des dix. Or, dans l’atelier andelotien, ils ne sont que deux : une salariée et lui.

Lorsqu’il s’est installé, en janvier 2015, il a investi près de 100 000 euros. Il a rassuré les banquiers, avec son expertise, et convaincu le GIP et Haute-Marne Initiative de le suivre.

Christophe Bernaud est polyvalent : à lui tout seul, il fait le commercial, le bureau d’études et l’installateur.

HDPR sera naturellement présent au Salon des savoir-faire industriels qui aura lieu les 15 et 16 juin 2018 au Cosec à Nogent.


Publié par Dominique Piot le mardi 24 mai 2017 en page 7 "JHM Economie" dans Le Journal de la Haute-Marne

Pour en savoir plus :

- Christophe Juppin valorise et développe l’écosystème innovant de Haute-Marne
- Start-up made in Haute-Marne
- Le Pôle techno grandit bien
- Biocetis (Nogent) se substitue à l’os
- HDPR (Andelot) : Dr Housse ou l’éloge de la polyvalence

La 6e édition du Salon des savoir-faire industriels de Haute-Marne se déroulera à Nogent, au Cosec, les 15 et 16 juin 2018. 70 entreprises seront présentes, dont 15 start-up parmi les plus performantes des deux grandes régions. On peut citer les locales comme Biocetis, 3A ou HDPR (qui fabrique des housses pour robots), mais aussi RB3D à Monéteau dans l’Yonne, fabricant d’Exosquelette, Needabot à côté de Châlons-en-Champagne, qui utilise des robots pour assister les personnes âgées, et...
À cette occasion le cluster Nogentech lancera un nouveau logo pour valoriser le territoire de Haute-Marne dans la French Tech. Les entreprises qui ne sont pas dans le médical ne seront pas oubliées.