Jancovici : "On peut réindustrialiser la France dans une économie décarbonée" Par refus de l’atome, l’Allemagne a conservé sa dépendance au charbon et au gaz.

, par christophe Juppin

Jean-Marc Jancovici, membre du Haut Conseil pour le climat, planche sur un plan de transformation de l’économie française compatible avec les enjeux climatiques. Polytechnicien franc tireur, consultant fondateur de Carbone 4, Jean-Marc Jancovici, à l’initiative du Shift Project, planche sur un plan de transformation de l’économie française qui ne mise pas sur une croissance, incompatible avec la lutte contre le réchauffement climatique.


Jean-Marc Jancovici, vous affirmez que nos sociétés doivent décroître, de gré ou de force. Parce que les réserves mondiales de pétrole – le sang des machines qui ont permis leur industrialisation, s’épuisent. Parce que nous devons diviser par quatre nos rejets de CO2 pour limiter le réchauffement de la planète. D’où tirez-vous ces certitudes, quand d’autres prospectivistes, tel l’américain Jérémy Rifkin misent sur une production d’énergie à partir d’hydrogène ? Parient sur la recherche, les sciences pour nous sortir de l’impasse climatique ?

Cela vient des règles de trois ! Cela fait un siècle et demi que le progrès technique est censé résoudre nos problèmes, mais en réalité il les déplace. Par exemple, pour satisfaire notre consommation d’énergie actuelle avec essentiellement du solaire et du vent, il faudrait une quantité de métaux, d’espace et de capitaux qui restera hors de portée.

Certes, le début de notre histoire énergétique a été très agréable. L’exploitation du charbon, du pétrole et du gaz a permis, grâce aux machines, de multiplier notre production – donc notre pouvoir d’achat – par 50 à 100, et de rassasier les populations de mégapoles. Las, nos désirs insatiables, nous ont conduits à rejeter dans l’atmosphère tant de CO2, gaz inerte, que la planète se réchauffe beaucoup trop vite. D’ici à 50 ans, selon la dernière étude de l’Académie nationale des sciences américaine, un tiers de l’humanité pourrait subir des températures aussi élevées qu’au Sahara. Un été caniculaire en pleine récession nous donnera un avant goût de la tenaille infernale qui nous attend…

JPEG - 40.1 ko
Evolution des émissions mondiales quotidiennes % de CO2 fossile.
Source : Le Quéré et al. Nature Climate Change (2020). Global Carbon Projet.

D’où l’urgence à respecter les Accords de Paris.

Pour « tenir » la limite des 2°C, il faut que nos rejets de CO2 diminuent de 4% par an. Si l’efficacité énergétique reste limitée, et la décarbonation de l’énergie aussi, cela revient à diminuer nos achats à la même vitesse. Cela revient, au fond, à supporter une hausse des prix de 4% par an sans hausse de revenus. On peut assurément commencer par tondre les plus riches et les rentiers, mais ça ne suffira hélas pas à épargner les « modestes ». Si nous devrons décroître volontairement, cela doit être la contrepartie d’un projet où il y a aussi de l’espoir…

La pandémie du Covid-19 a stoppé l’activité de la moitié de la planète. En son genre, sanitaire, c’est un exercice inédit de décroissance contrainte ! Nos émissions mondiales de CO2 ne reculeront en 2020 que de 8%. Quel maître à penser est le Coronavirus pour vous ?

Cette pandémie me conforte dans la conviction que nos sociétés sont hyper efficientes… dans leur zone de confort. Qu’un virus et, demain, des accidents climatiques à répétition, s’abattent sur elles, les voilà disruptées. Au XIXème Siècle, les sociétés aux deux tiers paysannes, et peu dépendantes « d’ailleurs », étaient plus résilientes : l’épidémie actuelle se serait à peine vue. Pendant le confinement, en revanche, notre économie interconnectée et urbaine s’est mise à l’arrêt. Il serait donc sage de dégonfler nos grandes villes, trop dépendantes d’importations, afin de raccourcir les distances entre le champ et l’assiette.

Dans les motifs de satisfaction, on notera nécessairement que la population accepte des mesures douloureuses si la pédagogie du problème est faite avec une large place à la parole scientifique. Cette aptitude doit encourager nos gouvernants à articuler un langage de vérité et des décisions cohérentes sur les questions climatiques.

Vous participez, auprès du Premier Ministre au Haut Conseil pour le climat. Cette pandémie a-t-elle convaincu nos dirigeants que l’on ne peut pas repartir comme avant ? Ou sont-ils tétanisés par la crainte de perdre des millions d’emplois ?

Pour le moment, ils ne donnent pas l’impression de penser que la « reprise à l’identique » est impossible. Bruno Le Maire a volé au secours d’Air France, sans poser de contreparties climat crédibles. Or, puisqu’il s’agit d’argent public, et que l’état a promis de décarboner, Bercy aurait du, en contrepartie, supprimer les vols intérieurs si le train permet un trajet en moins de 4h30, ce qui ne laisse que Paris Nice. Au niveau européen, le climat sera aussi « pour plus tard ». La Commission ne précise pas les efforts qu’elle imposera aux secteurs qui profiteront de la manne de son « Green deal ». Nos politiques imaginent sauver des emplois de manière pérenne ; en réalité, ils freinent les changements nécessaires sans avoir le courage d’expliquer à leurs concitoyens, qu’ils devront se passer de croissance. Le décalage se creuse entre une société civile souvent consciente des limites et des élus qui procrastinent.

90 grands patrons appellent tout de même le gouvernement à mettre l’écologie au coeur de son plan de relance…

C’est malheureusement une Nè pétition de principe, sans plan pour baisser les émissions de 4% par an. Nombre de PDG comprennent que nos ressources naturelles s’épuisent. De là à annoncer que leurs entreprises vont devoir réduire la voilure, produire moins, embaucher moins, il y a un pas de géant ! Les entreprises, Marianne inclus, sont des projets de conquête…

Comment on repart alors ? On taxe l’énergie carbonée ? On satisfait différemment nos besoins ? On s’attaque aux inégalités ?

C’est exactement à ces questions que « The Shift Project » tentera de répondre dans un « plan de transformation de l’économie française » qui permettra des décarboner sans miser sur la croissance.

Nous devons décarboner nos transports, l’industrie, l’agriculture, et l’usage des bâtiments. Inutile d’en rajouter dans l’électricité, où le nucléaire avait « fait le job » depuis longtemps. Mais avant d’engager des milliards d’investissements, il faut réfléchir, car nous n’avons pas le temps de faire 2 essais. Au « Shift Project », notre plan de transformation de l’économie française se déploie autour de deux lignes directrices : s’affranchir des combustibles fossiles… en proposant des jobs, peut-être moins payés, à tous nos actifs.

Secteur par secteur, nous regardons comment bâtir ces filières d’économie compatibles avec les limites de la planète. Il faut que nos objets soient réalisés dans des fabriques polyvalentes, avec une exigence de compétitivité moindre, et réparable chez nous. A ce compte là, « réindustrialiser » la France ne poserait pas de problème. Nos projets d’avenir sont pour le moment à rebours. Notre pays a-t-il avant tout besoin d’une 5G qui augmente les importations, l’empreinte carbone du système, et la consommation électrique ? Je ne crois pas.

Il faut remettre du monde et de l’environnement dans l’agriculture. Pour les transports, e soutenais en 2005 le principe de la taxe carbone. Mais en 2020, nous n’avons plus le temps d’utiliser uniquement la taxe – qui est un instrument « lent » – pour orienter les comportements des particuliers, la réglementation devra être l’axe structurant. La taxe carbone reste un outil pertinent pour réguler les échanges entre entreprises, qui elles anticipent leurs dépenses sur 20-30 ans.

En Europe, pour sauver le climat, vous enjoignez à faire sans l’Allemagne, et même à la contourner avec les pays scandinaves, l’Espagne, l’Italie. Justifiez cette offensive.

L’Allemagne est aujourd’hui un pays qui freine beaucoup sur la baisse des émissions. Par refus de l’atome, ils ont conservé leur dépendance au charbon et au gaz, alors que le nucléaire est le plus gros parachute ventral disponible pour amortir une part des gigantesques efforts qui seront demandés aux citoyens. L’Allemagne veut aussi garder son industrie lourde et ses constructeurs de grosses voitures.

L’Allemagne est un pays romantique, alors que nous avons besoin de pragmatisme, ce qui oblige, en 2020, à reclasser ses priorités. Nous pourrions partager une approche de décarbonation pragmatique avec les britanniques, les pays nordiques, certains pays de l’Est, et les pays d’Europe du sud. Nous n’avons plus de temps à perdre.

Publié par Laurence Dequay le 31 mai 2020 dans le magazine Marianne n°1211 du 29 mai au 4 juin 2020 https://www.marianne.net/

Publié par Jean-Marc Jancovici le 31 mai 2020 sur https://jancovici.com

Interview parue dans Marianne du 29 mai au 4 juin 2020. Jean-Marc Jancovici a publié le texte amendé qu’il a renvoyé au magazine (le texte publié est légèrement différent, mais sans grand contresens d’après Jean-Marc Jancovici).

NB : le chapô est de la journaliste qui a interviewé Jean-Marc Jancovici et n’est pas soumis à relecture ; il reflète donc la seule opinion de la journaliste, comme d’usage en pareil cas.


JPEG - 67.2 ko
Marianne @MarianneleMag · 31 mai 2020
Jancovici : "On peut réindustrialiser la France dans une économie décarbonée"
https://www.marianne.net/societe/jancovici-peut-reindustrialiser-la-france-dans-une-economie-decarbonee?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1590914153
JPEG - 60.4 ko
Manicore @Maanicore · 02 juin 2020
Interview Marianne Jancovici - juin 2020
"A quelque chose malheur pourrait être bon : le coronavirus - ou plus exactement le confinement qui y fait suite - pourrait-il nous permettre de repartir d’un bon pied ? Et de toute façon avons nous le choix du... "
https://www.linkedin.com/posts/jean-marc-jancovici_un-entretien-dans-marianne-en-juin-2020-activity-6673994950352367617-4Ng0/
JPEG - 119.7 ko
Guillaume Maréchal @marechalgui · 30 mai 2020
Ceux qui félicitaient l’Allemagne de la sortie du nucléaire... sont maintenant scandalisés de l’ouverture d’une centre au charbon ! C’était pourtant inévitable !
=========================================
Amis de la Terre FR @amisdelaterre
SCANDALE CLIMATIQUE ET SANITAIRE
Aujourd’hui, à 400 km de Paris en Allemagne, une nouvelle centrale à #charbon Datteln IV sera mise en service.
Un projet honteux et dangereux vieux de 13 ans, qui menace désormais d’émettre 8,4 millions de tonnes de CO2 chaque année #StopDatteln4
JPEG - 75.3 ko
Le Monde Planète @lemonde_planete · 03 juin 2020
En Allemagne, une sortie du charbon toute en contradictions : le pays veut abandonner la filière d’ici à 2038, pour atteindre ses objectifs climatiques, mais vient d’inaugurer une centrale flambant neuve d’une capacité de production de 1 100 mégawatts.
https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/03/en-allemagne-une-sortie-du-charbon-toute-en-contradictions_6041601_3234.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1591170260
JPEG - 79.2 ko
France Inter @franceinter · 28 juin 2020
Hubert Védrine : "Le meilleur exemple de manque de courage, c’est de ne pas avoir dit depuis 20 ou 30 ans que l’on ne peut pas se passer du nucléaire pour le moment (…) D’avoir raconté qu’on pouvait se passer du nucléaire sans relancer le charbon, donc le CO2." #QuestionsPol
https://twitter.com/i/status/1277190845909872641
JPEG - 86.3 ko
Marianne @MarianneleMag · 29 juin 2020
Fessenheim​ va fermer dans la nuit de ce lundi 29 juin 2020. L’argument invoqué ? L’écologie.
Une "imposture" pour Jean-Marc Jancovici : nous republions un entretien dans lequel il expliquait pourquoi l’énergie nucléaire est la plus respectueuse de l’environnement.
https://www.marianne.net/politique/jean-marc-jancovici-fermer-fessenheim-au-nom-du-climat-l-imposture-du-gouvernement?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1593421195

Pour en savoir plus :

- Conférence de Jean-Marc Jancovici pour l’ADEME Ile de France le 13 avril 2018
- "Décarboner l’économie c’est un projet extrêmement noble" Jean-Marc Jancovici le 27 novembre 2018
- « On n’a pas trouvé mieux que le nucléaire pour produire de l’électricité sans trop polluer »
- Remise du Rapport 2019 du Haut Conseil pour le Climat le 26 juin 2019
- La révolution énergétique allemande dans l’impasse en décembre 2019
- Climat, nucléaire, homéopathie… Pourquoi nous maltraitons la science
- Jean-Marc Jancovici : « L’Allemagne est le contre-exemple absolu en matière de transition énergétique »
- Jean-Marc Jancovici : "Fermer une centrale nucléaire au nom du climat : l’imposture du gouvernement le 22 février 2020."
- Jean-Marc Jancovici : « Le temps du monde fini commence » le 24 février 2020.
- Covid-19 : Sortie de crise : et le nucléaire le 10 avril 2020 ?
- En pleine crise, l’exécutif entérine sa volonté de réduire le nucléaire dans la production d’électricité le 23 avril 2020
- « La fermeture anticipée de 14 réacteurs nucléaires est un non-sens total »le 23 avril 2020
- Jancovici : "On peut réindustrialiser la France dans une économie décarbonée"le 31 mai 2020