L’incubatrice prise d’assos le 15 juin 2019 à Saint-Dizier. Patricia Rechaigui suit les projets de l’incubateur depuis le 15 juin 2019 à Saint-Dizier

, par Nicolas Frisé

Déjà deux mois, le 15 juin 2019, que Patricia Rechaigui a pris ses fonctions d’incubatrice de projets à l’espace créateurs d’entreprises de l’incubateur de Saint-Dizier en Haute-Marne. Un poste qui sied à la jeune femme, qui bouillonne d’idées, notamment pour le suivi des projets associatifs. Etablie en Haute-Marne et dans le sud-Meusien depuis une dizaine d’années, Patricia Rechaigui connaît bien le territoire.

Le hasard fait drôlement les choses. Alors qu’elle avait rendez-vous à la pépinière d’entreprises avec l’incubateur de projets, afin de trouver un local pour son entreprise fraîchement créée, Patricia Rechaigui a bien été hébergée dans ces murs, mais pour prendre sa succession*. « Il y avait une vingtaine de candidats, ça s’est fait comme ça.  » Ainsi, la jeune femme (elle a 33 ans), auparavant directrice d’une association dans la Meuse, dans le domaine de l’économie sociale et solidaire (ESS), a pris ses fonctions le 15 juin 2019 à Saint-Dizier.

« On est là pour aider les gens à concrétiser des idées »

Le temps pour elle d’accueillir déjà quatorze porteurs de projets d’entreprise ou d’association ou personnes déjà établies afin d’assurer leur suivi. Dont Puissance Télévision, une association donc. « Les porteurs de projets associatifs n’ont pas de guichet  », indique l’incubatrice qui, en accord avec l’Agglomération, a ajouté cette corde à son arc. Pour le monde associatif comme pour celui de l’entreprise, Patricia Rechaigui fait dans « l’émergence de projet, le coaching et la performance ». C’est sa « vision des choses  », celle d’accompagner à tous points de vue, dès lors que la personne qu’elle accueille a ne serait-ce qu’une idée. En suivi régulier ou pour des demandes particulière de «  coaching », « je m’adapte aux besoins des porteurs de projets. L’incubateur c’est du coaching, c’est comme ça que je le ressens. Incubateur, c’est la personne, on ne succède pas à quelqu’un, on fait avec sa personnalité. Je prends beaucoup de temps avec les personnes, des fois, on sait que ça ne va pas aller au bout, mais au moins, je pourrai les orienter sur autre chose. On n’est pas un guichet de création d’entreprises, on est là pour aider les gens à concrétiser des idées. J’aime bien les suivre régulièrement, il y a une proximité qui s’installe, j’ai même envie de les accompagner après !  », confie la jeune femme.

JPEG - 2.5 Mo
Etablie en Haute-Marne et dans le sud-Meusien depuis une dizaine d’années, Patricia Rechaigui connaît bien le territoire.

Des associations donc. Des entreprises, qu’il s’agisse de micro-entreprises pour lesquelles « le dossier avance rapidement » ou d’autres avec une forme juridique plus classique, Patricia Rechaigui « apprécie une telle diversité  ». Elle l’espérait même. Et depuis qu’elle a commencé, « ça n’arrête pas et j’en suis ravie ! » C’est avec passion qu’elle parle de son poste. A tel point qu’elle suit ses dossiers même pendant cette semaine de vacances. « Mes enfants m’ont dit de laisser le téléphone de côté. OK pour les mails, mais je ne peux pas être complètement déconnectée ! »

N. F.
n.frise@jhm.fr

* L’incubateur de projets est salarié d’Auxilia, qui collabore avec l’Agglomération Saint-Dizier, Der et Blaise depuis la création de la pépinière de Saint-Dizier. Le premier incubateur de la structure, remplacé par Patricia Rechaigui, était Mathieu Paquin.

Une communauté à créer

Un des dossiers qui tient à cœur à l’incubatrice est celui de créer une communauté d’anciens incubés, ou d’entreprises passées par la pépinière. «  Je cherche des mentors, pour créer une communauté qui fait du transfert de compétences. » Des gens qui se réunissent de temps en temps et étudient les projets présentés à l’incubatrice, qui a pour objectif de constituer ce groupe à la rentrée. Elle compte notamment s’appuyer sur le Malte (Mouvement des acteurs locaux pour un territoire entreprenant, association née dans les murs de la pépinière, ndlr) pour y parvenir. Parallèlement, la jeune femme entend travailler davantage avec la CCI Meuse Haute-Marne et la Chambre des métiers. «  il faut créer des passerelles, nous sommes complémentaires, pas en concurrence !  » Elle souhaite aussi créer des synergies avec la pépinière (là où elle est hébergée) et de facto, avec l’Agglomération Saint-Dizier, Der et Blaise.

Contact Pour contacter l’incubatrice ou prendre rendez-vous avec elle :
tél. 06.33.10.68.93,
mail : contact@incubateur-saint dizier.fr,
page Facebook : Saint-Dizier Incubateur.

PDF - 338.4 ko
Publié par Nicolas Frisé le 19 août 2019 dans le journal de la Haute-Marne (JHM)

Publié par Nicolas Frisé le 19 août 2019 dans le journal de la Haute-Marne (JHM)

Reproduction du texte et photos avec l’autorisation de l’auteur Nicolas Frisé

Pour en savoir plus :

- La Région emménage à Saint-Dizier le 16 septembre 2016
- Christophe Juppin valorise et développe l’écosystème innovant de Haute-Marne
- Start-up made in Haute-Marne
- Valopneu démarre fort
- Team 3A aux manettes
- L’incubatrice prise d’assos le 15 juin 2019 à Saint-Dizier.