La Journée Filière Automobile, organisée par la PFA, le 02 décembre 2019 à Paris Bercy. Nous voulons bâtir un nouveau modèle pour l’industrie automobile française en continuant à restaurer sa compétitivité tout en relocalisant la production sur notre territoire.

, par Stéphanie MAUDOUX

A l’initiative de Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA), et président du Comité stratégique de la filière automobile, la #JournéeDeLaFilièreAuto a réuni un demi-millier de dirigeants de PME représentant le tissu industriel du secteur automobile au cœur de nos territoires. Cette journée a notamment été marquée par les interventions de dirigeants de grandes entreprises de la filière tels que Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault, Jacques Aschenbroich, président-directeur général de Valeo ou encore de Félicie Burelle, directrice générale déléguée de Plastic Omnium.


JPEG - 31.2 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· le 02 déc. 2019
Un demi-millier de dirigeants de PME du secteur automobile réunis à @Economie_Gouv
pour relever les défis d’une industrie automobile en pleine mutation.
la #JournéeDeLaFilièreAuto !

JPEG - 46 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ;
Suivez en direct le discours d’ouverture de la #JournéeDeLaFilièreAuto par @LucChatel, président du Comité Stratégique de la Filière automobile

JPEG - 56.5 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ; Suivez en direct le discours d’ouverture de la #JournéeDeLaFilièreAuto par @LucChatel, président du Comité Stratégique de la Filière automobile https://www.pscp.tv/PFA_auto/1lDxLoXpdrvJm

JPEG - 38.4 ko
Discours d’ouverture de la #JournéeDeLaFilièreAuto par @LucChatel, président du Comité Stratégique de la Filière automobile.

JPEG - 43.3 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ;
Suivez le discours de @BrunoLeMaire, introduit par @LucChatel, lors de la #JournéeDeLaFilièreAuto au Ministère @Economie_Gouv https://www.pscp.tv/PFA_auto/1YqGodgyjokJv

Les grandes tendances du marché et de la filière automobile :

Intervention de Xavier MOSQUET (BCG = Boston Consulting Group)
Support de présentation à télécharger


JPEG - 53.1 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ; Direct — Suivez l’intervention de Xavier Mosquet (@BCGinFrance) sur les grandes tendances du marché et de la filière #automobile. #JournéeDeLaFilièreAuto https://www.pscp.tv/PFA_auto/1OdKrLpVayXJX

JPEG - 49.6 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ;
Direct — Suivez l’intervention de Xavier Mosquet (@BCGinFrance) sur les grandes tendances du marché et de la filière #automobile. #JournéeDeLaFilièreAuto
https://www.pscp.tv/PFA_auto/1OdKrLpVayXJX

Xavier Mosquet, co-auteur d’un rapport sur l’avenir de la filière automobile pour le président de la République, est revenu sur les grandes tendances du marché et de la filière automobile.

Se préparer à un retournement de conjoncture après 10 ans de croissance en France. Estimations : (slides 4 et 5)
- 4% de décroissance mondiale en 2018 et 2019, dû à la Chine.
- 9% de baisse pour les USA et 5% en Europe au mieux en 2021, notamment à cause de la guerre commerciale menée par les USA. Il faudrait « prévoir un rééquilibrage des taxations entre les USA et l’Europe  ».

Comment continuer à aller bien, se développer :
- Continuer à chercher des zones de croissance ;
- Continuer à améliorer la rotation du capital ;
- Continuer à améliorer leur marge.

BCG est très confiant pour l’industrie automobile sur le long terme, car stable et attractive.

BCG pense qu’on va continuer l’évolution sur l’électrification au niveau mondial, et constate une diminution du prix des batteries (100$/kWh prévu en 2030 contre plus de 180$/kWh aujourd’hui) ; le consommateur tire les prix sur ce marché. Estimations : (slides 7 et 8)
- En 2030 aux USA : 51% de véhicules électriques, dont 18% de tout électrique et 6% d’hybride rechargeable. BCG constate une satisfaction très élevée aux USA sur les véhicules électriques : 70% de ceux ayant acheté un véhicule électrique se diraient prêts à en racheter un autre.
- En 2030 en Europe : 58% de véhicules électriques, dont 25% de tout électrique et 8% d’hybride rechargeable.

Electronique embarquée : croissance significative de l’aide à la conduite. Les frais liés aux accidents aux USA s’élèvent à 900 milliards de $ ; l’ajout de 3 composants seulement (= maintien dans la voie + angle mort + anticollision) pourrait les réduire de 30%. Le marché sera encore trop cher pour les particuliers pendant quelques années : il sera plutôt pour les véhicules partagés. Mais cela ne changera rien aux volumes de véhicules propriétaires, qui devraient rester les mêmes. NB :
- Environ 1 million de courses effectuées par Uber et Lift à NYC.
- Les grandes villes aux USA représentent 9% des km parcourus dans le pays.
- 1km inutile pour aller chercher un passager pour 1 km utile de course.

L’industrie automobile a besoin de compétences pour progresser ; développer en France des filières de mobilité (formations, etc.).

CONCLUSIONS et points importants :
- Se préparer à un ralentissement des marchés de 5 à 15% d’ici 2020-2021.
- Investir dans l’industrie, car croissance à long terme estimée, notamment à l’étranger.
- Enjeux pour les PME.
- Futur : tout électrique (réglementation, coûts, attrait des consommateurs, etc.), avec l’aide nécessaire du gouvernement d’ici 2022-2023.
- Electronique embarquée + compétences qui vont avec apporterons à l’industrie automobile française un avantage concurrentiel important !
- Nécessité pour les entreprises de la filière de travailler ensemble pour améliorer les compétences et les capacités d’investissements, pour mieux tirer profit des opportunités.


Comment s’adapter à un marché en profonde transformation ?

Dans une période marquée par de très fortes incertitudes, liées autant aux transformations sans précédent auxquelles doit faire face le secteur automobile, qu’aux perspectives du marché, il s’agit de rassembler l’ « équipe de France de l’automobile » (constructeurs, équipementiers, fournisseurs ETI et PME, start-up), pour donner de la visibilité sur les principales évolutions à court et moyen terme de la filière (perspectives de marché, évolution du mix énergétique et des besoins technologiques, politique d’approvisionnement des donneurs d’ordre) et partager les outils qui doivent permettre de relever ensemble les défis d’une industrie en pleine mutation.


JPEG - 51.6 ko
Un entretien avec Jean-Dominique Senard, président du Groupe Renault, a permis de comprendre comment s’adapter à un marché en profonde transformation

JPEG - 64.8 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ; Direct — Comment préparer l’avenir de nos entreprises dans une filière en profonde transformation ?
Table ronde avec J. Aschenbroich (@Valeo_Group), F. Burelle (@PlasticOmnium), F. Liotard (@Lisi_Automotive) et R. Pernat #JournéeDeLaFilièreAuto https://www.pscp.tv/PFA_auto/1ZkJzANevYvGv

Intervention de Jean-Dominique SENARD (Président du Groupe RENAULT)

JPEG - 43.3 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ;
Comment s’adapter à un marché en profonde transformation ? Réponse avec @jdenard, président de @Groupe_Renault. #JournéeDeLaFilièreAuto

JPEG - 33.1 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 02 déc. 2019 ;
Comment s’adapter à un marché en profonde transformation ? Réponse avec @jdenard, président de @Groupe_Renault."Il faut que l’on sorte, par le haut, de cette période insupportable où l’industrie #automobile est accusée de tous les maux." @jdsenard #JournéeDeLaFilièreAuto

Ses réactions par rapport à l’intervention de BCG :
- Il devient compliqué de faire un plan à 3 ans dans l’automobile.
- Il reste prudent sur la vitesse à laquelle les choses vont se mettre en place. L’évolution des différentes chaînes de traction (électrique, mais aussi hydrogènes, etc.) n’est pas encore claire, et le diesel reste favori des consommateurs.

Autres propos tenus pendant cet échange avec l’animateur des conférences :
- On a sous-estimé les transformations à venir et les suppressions d’emplois qui vont avec. Il ne faut pas rater cette étape, aujourd’hui, de retravailler sur les formations.
- Il faut être proactifs et se faire entendre. Et redorer l’image de l’industrie automobile ! « Arrêtons de nous dénigrer, les modèles de véhicules qui sortent sont bons ! […] On manque de communication […] Il faut que nous ouvrions nos usines pour montrer ce que nous faisons.  » On montrera ainsi que nous ne sommes pas les ennemis ou les pollueurs que certains nous accusent d’être, sans forcément savoir de quoi ils parlent.
- Il faut maintenir le CIR : les chercheurs français sont les 2e meilleurs mondiaux derrière les USA, mais aussi les 2e plus chers. Les charges sociales sont élevées en France, nécessité d’y travailler et de réduire les impôts de production. Il faut maintenir l’avantage que nous avons sur l’innovation en France.
- Les véhicules chinois arriveront bientôt en Europe, il ne leur manque pas grand-chose.

Table ronde : Comment préparer l’avenir de nos entreprises dans une filière en profonde transformation ?

Interventions de Jacques ASCHENBROICH (PDG de VALEO), Félicie BURELLE (DG déléguée de PO), François LIOTARD (DG de LISI AUTOMOTIVE) et Roger PERNAT (PDG de PERNAT EMILE)

JPEG - 39.6 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
"On doit faire face à cette problématique conjoncturelle tendue, mais on doit faire le pari de l’investissement, se projeter dans le futur. Voilà la dynamique qu’il nous faut expliquer à nos collaborateurs." Félicie Burelle (@PlasticOmnium) #JournéeDeLaFilièreAuto

JPEG - 50.5 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
Félicie Burelle (@PlasticOmnium) #JournéeDeLaFilièreAuto

Félicie BURELLE :
- PO se porte bien, car ils se sont bien internationalisés après la crise de 2008. Ont 130 usines dont 24 en Chine.
- Table sur une croissance nulle en 2020, suivie d’une stabilité. Mettent actuellement en place un 3ème plan d’économie pour réduire les dépenses.

Roger PERNAT  :
- Petite entreprise résiliente depuis la crise économique, comme l’ensemble des entreprises de la vallée de l’Arve qu’il représente pour la conférence.
- Sont confrontés à un problème de cotation de la Banque de France : ont été décotés car la filière automobile dans son ensemble a été jugée « à risque » ; nécessité d’obtenir un meilleur soutien des banques.

Jacques ASCHENBROICH :
- Remet en doute les chiffres de BCG disant qu’à court terme, l’Europe va subir une baisse de 15%. Selon lui, il n’y a pas de crise à venir en Europe en 2020 : tout le danger viendrait de l’Europe (baisse de 8% depuis l’été 2018) et ses obligations de baisse d’émissions de CO2. Problème initié par de nombreuses grandes villes qui, sans s’appuyer sur des réglementations, ont pesé en faveur de cette baisse imposée.
- Il croit au déclic d’achat des consommateurs sur les véhicules électriques en 2022. Mais il n’en est pas certain, et pense qu’il y a un risque que les consommateurs achètent en fonction des amendes sur les émissions de CO2.

JPEG - 48.2 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
Comment préparer l’avenir de nos entreprises dans une filière en profonde transformation ? réponse avec F. Liotard (@Lisi_Automotive)

François LIOTARD :
- LISI : 70% de leur chiffre d’affaires est réalisé en Europe.
- Leur activité fixations pour l’environnement moteur est déjà en baisse de 10% (-20€/voiture). Ils passent de 1400 fixations dans un moteur thermique à seulement 200 dans un moteur électrique…
- Il souligne aussi l’importance du soutien des banques. LISI a fait entrer du FAA pour renforcer ses fonds propres : ils ont pu ainsi se diversifier et racheter une entreprise de l’aéronautique.
- Il souligne aussi l’importance de la réduction des impôts de production.

Le problème des contrats de garantie comme pratique abusive de certains constructeurs est également évoqué, et les déséquilibres qu’il créé !

Jean-Dominique SENARD reprend la parole aux questions/réponses de la table ronde :
- Il faudrait réussir à charger les usines françaises à 100%. RENAULT a délocalisé un certain nombre de ses usines car il y avait des perspectives et des marchés dans ces pays étrangers (la Turquie est citée).
- Depuis sa prise de poste à la Présidence de RENAULT, il découvre des choses. Il compte mettre en application son expérience de direction d’un équipementier, et va regarder de plus près les problématiques clients/fournisseurs évoquées.
- Il insiste sur la proactivité, sur ce que chacun peut et doit faire pour contribuer à la pérennité et au développement de l’industrie automobile.
- Hydrogène : le problème de décarboner les solutions reste à lever (trouver les bonnes technologies), et produire des piles à combustibles pas chères.

Conclusion de la matinée : Intervention de Bruno LEMAIRE (Ministre de l’Economie et des Finances)

Propos personnels introductifs : «  J’aime la voiture », « La voiture, c’est la France et des milliers d’emplois », « Pas question de laisser cette industrie », « C’est notre culture  ».

Il y a des transformations radicales à faire dans un contexte compliqué. Le Ministre dit qu’il veut se battre pour une industrie automobile plus forte.

Il faut réagir pour ne pas subir de déclassement, faire des choix :
- Pari des nouvelles technologies = accélérer les transformations technologiques pour être leader en Europe sur l’industrie automobile, la France ne peut être que 1ère.
- L’Etat va pérenniser ses aides en 2020. Veut donner de la visibilité à la filière. Elisabeth BORNE va donner le calendrier de ces aides sur le long terme, afin de permettre aux entreprises de mieux savoir où on va.
- Développer les bornes électriques (100 000 en 2022 avec 1 million de véhicules électriques).
- Filière batteries électriques : inauguration d’une usine pilote à Angoulême en janvier 2020, puis création d’une 1ère usine en France en 2022 (région restant à définir), avant une 2ème en Allemagne en 2024.
- Investissements supplémentaires sur les technologies hydrogènes, plutôt sur véhicules lourds et flottes : travail en cours avec Emmanuel MACRON, pour annonce à venir dans quelques semaines ou mois.

Décision de déplafonner au-delà de 173g CO2/km pour plus de justice et par souci de l’environnement. Les 50 millions d’euros de recettes sur les malus écologiques générés pour l’Etat seront entièrement redistribués aux sous-traitants français, avec la création de deux fonds :
- a) Transformation écologique de la filière = aide pour savoir sur quelles technologies aller et comment se diversifier.
- b) Trésorerie pour aider les TPE/PME = 25 millions d’euros placés dans un fonds de garantie de prêts : création de 200 millions d’euros de prêts disponibles.

JPEG - 45.4 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
Beaucoup de sous-traitants seront en difficulté l’année prochaine : nous ne les laisserons pas tomber !"
Annonce de @BrunoLeMaire lors de la #JournéeDeLaFilièreAuto :
➜ 25 millions d’euros abonderont un fonds dédié aux sous-traitants.

Il faut aussi restaurer la compétitivité en France, le modèle actuel étant obsolète (pertes d’emplois, délocalisations, augmentation des émissions de CO2, etc.) ; relocaliser notre industrie en France.

JPEG - 48.5 ko
Bruno Le Maire @BrunoLeMaire· 2 déc. 2019
Nous voulons bâtir un nouveau modèle pour l’industrie automobile française en continuant à restaurer sa compétitivité tout en relocalisant la production sur notre territoire. Ce modèle créera des emplois et fera baisser les émissions de CO2.#JournéeDeLaFilièreAuto #PacteProductif

Pour cela, il faut être attractif, et continuer à diminuer les coûts du travail : le gouvernement va voir comment réduire les impôts de production, car cela est « vital » :
- Ouverture d’une discussion avec l’association des Maires de France, à laquelle les entreprises peuvent participer.
- Lancement d’une étude pilotée par Hervé Guyot (ancien patron de Faurecia) pour évaluer d’ici avril 2020 l’impact économique et les conditions de réussite d’une relocalisation des usines automobiles en France.

JPEG - 49.4 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019 Annonce de @BrunoLeMaire lors de la #JournéeDeLaFilièreAuto :
➜ Mise en place d’un fonds de garantie de prêts : 25 millions d’euros de fonds publics pour générer jusqu’à 200 millions d’euros de prêts garantis

Il faut consolider l’alliance Renault-Nissan, et le gouvernement suit de près la fusion PSA-FCA ; fierté à la perspective d’avoir 2 grands groupes automobiles français.

Atelier 2 : Améliorer sa performance industrielle avec l’usine 4.0, enjeux, freins, retours d’expérience :

Interventions de Eric MARCHIOL (Directeur Industrie 4.0 de l’Alliance RENAULT-NISSANMITSUBISHI), Jean-Louis PECH (Président du Directoire d’ACTIA) et Romain REROLLE (CEO de BRONZE ALU).
Support de présentation à télécharger

JPEG - 70.8 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
Atelier — Améliorer sa performance industrielle avec l’usine 4.0 : enjeux, freins et retours d’expérience... toutes les réponses lors de la #JournéeDeLaFilièreAuto

Eric MARCHIOL (Directeur Industrie 4.0 de l’Alliance RENAULT-NISSANMITSUBISHI) :
- Ont mis en place des écrans pour tous les employés en production  vision globale et paramétrable localement. Accessible aussi via smartphone (pose de congés, etc.).
- Souhaitent pouvoir produire plusieurs types de chaînes de traction sur une même ligne.
- Sont en train de tenter de faire parler toutes leurs machines plus ou moins récentes entre elles.
- Impact positif de la maintenance prédictive sur la diminution des goulets.
- Chacun dans l’usine doit savoir manipuler le digital et toutes les infos qui en ressortent. Mais attention à l’info insignifiante, ne pas re-synthétiser une info alors qu’on l’a déjà et perdre du temps.

Romain REROLLE (CEO de BRONZE ALU) : « Digital help chain (Andon) » = système qu’ils ont mis en place et dont ils sont très fiers, qui vient de l’hôtellerie restauration = 1 tablette sur chaque poste de travail, on clique sur le service que l’on souhaite contacter, on tape un message prédéfini ou personnalisé, et le message arrive par onde radio sur la montre connectée de la personne en question. Ces montres sont étanches, ont une portée jusqu’à 4 km, et équiper toute l’usine (soit environ 150 personnes) a coûté seulement 5 000 €.

Feuille de route technologique :

Interventions de Jean-Luc BROSSARD (Directeur R&D de la PFA), Christophe AUFRERE (CTO de FAURECIA) et Anne LALIRON (VP Business Lab du GROUPE PSA)
Support de présentation à télécharger

JPEG - 51.6 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
IA, connectivité, autonomie, électrification : de la visibilité sur l’innovation pour ne pas être disrupté.
Avec JL Brossard, directeur R&D de @PFA_auto, C. Aufrere, CTO de @Faurecia, et A. Laliron, VP Business Lab @GroupePSA Plus d’infos : https://pfa-auto.fr/recherche-et-developpement/

Business Lab de PSA = analyse de start-ups qui travaillent sur un véhicule, et établissement de collaborations (à ce jour, 1582 start-ups analysées, dont 10% travaillent avec PSA) = business.

Emplois et compétences – enjeux et outils :

Interventions de Emmanuelle PERES (DG adjointe de la PFA en charge des enjeux RH de la filière), Tristan LORMEAU (DRH France du GROUPE RENAULT) et Frédérique JEANTET (DG du GROUPE JEANTET)
Support de présentation à télécharger

JPEG - 59.4 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
Au cœur des défis de la filière automobile, l’enjeu considérable des emplois et des compétences
Avec @EmmanuellePeres, DGA de @PFA_auto en charge RH de la filière, Tristan Lormeau, DRH France du @Groupe_Renault et Frédérique Jeantet, DG du Groupe Jeantet #JournéeDeLaFilièreAuto

Emmanuelle PERES :

Beaucoup de métiers en développement, notamment dans la conception et l’innovation. Beaucoup de métiers en recul, notamment en production. Beaucoup de métiers en mutation, en rapport avec l’usine 4.0 et l’automatisation ; polyvalence du personnel.

Il faut :
- Anticiper les nouveaux besoins en compétences et mettre en place des solutions pédagogiques. - Renforcer l’attractivité de la filière.
- Développer l’alternance.
- Accompagner les entreprises et les emplois exposés aux mutations.

Réalisé : signature d’un EDEC, projet PIA « ACE » avec 8 campus déjà créés en France.

03/12/2019 : officialisation d’une plateforme interactive www.monfuturjobauto.fr

Conclusion de la journée Intervention de Luc CHATEL, Président de la PFA

Retravailler l’impôt de production était inimaginable il y a quelques mois : la table ronde organisée par la PFA avec des PME et le Ministre il y a quelques semaines a été fructueuse en ce sens.

L’annonce sur la création des fonds annoncée par le Ministre n’existait pas il y a deux semaines.

On doit renouveler cette journée et conserver les liens créés dans la filière industrielle automobile française

JPEG - 39.6 ko
Plateforme automobile @PFA_auto· 2 déc. 2019
Suivez le discours de @LucChatel en clôture de la #JournéeDeLaFilièreAuto

Publié le 18 décembre 2019 sur https://pfa-auto.fr/
complété par les notes de Stéphanie MAUDOUX prises pendant les conférences.


JPEG - 34.9 ko
L’Usine Nouvelle @usinenouvelle
"Tout le monde ne survivra pas" à la transformation de l’auto, selon Luc Chatel https://usinenouvelle.com/article/pour-la-pfa-tout-le-monde-ne-survivra-pas-a-la-transformation-de-l-automobile.N908484

JPEG - 47.6 ko
BFM Business @bfmbusiness· 2 déc. 2019
Secteur automobile : "Nous anticipons un retournement conjoncturel. Ainsi que les 3 révolutions auxquelles l’automobile est confrontée, (technologique, numérique, sociétale) - @LucChatel, Président @PFA_auto


Contact :

Stéphanie MAUDOUX – Déléguée Générale ARIA Champagne-Ardenne
CCI Meuse Haute-Marne
55 rue du président Carnot - CS 52012
52115 Saint-Dizier Cedex
M. 06 33 31 85 83 - T. 03 25 07 32 02


Pour en savoir plus :

- Forges de Courcelles : partir loin pour être plus fort ici
- Renfortech, concepteur-fabricant de pièces de renfort en bois et matières végétales pour l’industrie automobile
- Plastic Omnium mise sur la carrosserie intelligente et sur l’hydrogène le 03 octobre 2018 à Paris.
- Selon une étude allemande, les voitures électriques polluent plus qu’une voiture diesel : leur empreinte carbone pourrait être 28% supérieure
- Les Forges de Courcelles sont le premier producteur de vilebrequin des voitures à moteur thermique en France
- La Journée Filière Automobile, organisée par la PFA, le 02 décembre 2019