La bioéthique, un débat brûlant le 12 octobre 2018 Conférence « La bioéthique : un garde-fou nécessaire » le 12 octobre 2018 à 20h au Théâtre de Langres

, par Nicolas CORTE

Le président du Rotary-club de Langres, Christophe Juppin, ne pouvait cacher une certaine déception, vendredi 12 octobre 2018, en introduction de la conférence gratuite “La bioéthique : un garde-fou nécessaire”, organisée par le club-service au Théâtre de Langres .

Une cinquantaine de personnes seulement se sont rendues au théâtre Michel-Humbert pour écouter, sur le sujet, Dominique Aubert-Marson, maître de conférences honoraire, en bioéthique et en biologie cellulaire, à l’université Paris-Descartes et ancienne observatrice au Comité international sur la bioéthique de l’Unesco. Les recettes récoltées - la participation étant libre - ont néanmoins été reversées à l’Institut médico-éducatif (IME) de Langres, en vue de l’achat de jeux adaptés.

Après avoir défini la bioéthique, qui est « une réflexion éthique sur la vie humaine, et regroupe trois grands domaines, à savoir l’éthique médicale, la recherche fondamentale et la biosphère », Dominique Aubert-Marson a passé en revue certains des débats bioéthiques les plus prégnants du moment, d’autant plus qu’un projet de loi sur la bioéthique doit être prochainement adopté en France. L’initiative n’emballe d’ailleurs pas la conférencière qui a estimé que les lois actuelles « sont très équilibrées et très bien conçues ».

L’extension de la PMA en projet

Elle s’est notamment montrée dubitative quant au projet - qui fait l’objet de grandes critiques dans les milieux conservateurs - d’extension de la Procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes non-mariées. Non pas sur le principe mais sur ses conséquences pratiques : « Actuellement, il n’y a déjà pas assez de donneurs et les délais de demande sont très longs. Cette extension augmentera ce nombre, alors que celui des donneurs va diminuer car le projet prévoit en parallèle la levée de leur anonymat. »

D’un point de vue bioéthique, la Gestation pour autrui (GPA) a été vivement critiquée par Dominique Aubert-Marson, qui craint une « marchandisation du corps humain », en citant notamment les conditions épouvantables de pratique de la GPA en Inde. Enfin, elle a estimé peu probable la mise en place, à brève ou moyenne échéance en France, d’une aide au suicide assistée ou d’une euthanasie active, ce qui doit conduire, à ses yeux à une augmentation significative des moyens en soins palliatifs, actuellement « pas assez rentables pour les hôpitaux, donc délaissés... ».

N. C.



PDF - 1.4 Mo
conférence sur la Bioethique

Retrouvez le programme dès à présent en version numérique.
http://www.accustica.org/tlgt/ProgrammeFDS2018-CAweb.pdf
et l’intégralité des actions sur www.fetedelascience.fr

Pour en savoir plus sur la Fête de la Science :

- Cinétech n°34 : « L’énigme de la tombe celte » le 10 octobre 2018 à Nogent (52)
- Conférence « La bioéthique : un garde-fou nécessaire » au Théâtre de Langres le 12 octobre 2018
- La bioéthique, un débat brûlant le 12 octobre 2018