La bioraffinerie du chanvre s’enracine dans l’Aube Un exemple concret des apports de l’écologie industrielle et territoriale dont le cinquième congrès s’est tenu à Troyes.

, par Laurent Locurcio

Pour la 5e édition des Rencontres Francophones de l’écologie industrielle et territoriale du 6 octobre 2020 au 7 octobre 2020 à Troyes (10), les deux co-organisateurs - le Club d’Écologie Industrielle de l’Aube (CEIA) et Synapse (réseau national des acteurs de l’écologie industrielle et territoriale) – ne pouvaient rêver mieux que d’un cas très concret de la manière dont l’écologie peut servir les ambitions industrielles d’un territoire.


Pendant deux journées, les 6 et 7 octobre 2020 à Troyes (10), des experts de l’écologie industrielle sont intervenus devant des décideurs publics et privés, bien présents malgré les restrictions liées à la crise sanitaire. Ce cas concret a été développé au cours de l’un des ateliers thématiques proposés par les organisateurs. Il s’agit de la création d’un pôle européen de la bioraffinerie territoriale du chanvre qui va prendre corps autour de la nouvelle usine de la Chanvrière de l’Aube, à Saint-Lyé.

JPEG - 82.5 ko
Pendant deux journées, les 6 et 7 octobre 2020 à Troyes (10), des experts de l’écologie industrielle sont intervenus devant des décideurs publics et privés, bien présents malgré les restrictions liées à la crise sanitaire. (photo : Laurent Locurcio)

« Cette usine sera opérationnelle au printemps 2021 et nous permettra de doubler notre capacité de défibrage pour la porter à 100 000 tonnes par an », précise Benoît Savourat, président de cette coopérative regroupant 400 agriculteurs de l’Aube, mais aussi de la Marne et d’autres départements limitrophes. « Nous atteignons désormais 9500 hectares de chanvre cultivés pour la coopérative, ce qui représente la moitié de la production française et le quart de celle de l’Europe », poursuit-il. Il est vrai que cette plante, portée par les enjeux du développement durable, trouve des débouchés de plus en plus importants dans le bâtiment, la plasturgie automobile et aéronautique, l’alimentation, la santé et aussi le textile. L’objectif de la bioraffinerie du chanvre est de faciliter l’implantation d’industriels qui viendraient transformer sur place la matière première produite par la Chanvrière dont la production est aujourd’hui exportée à 78 %.

JPEG - 72.3 ko
Benoît Savourat, président de La Chanvrière de l’Aube. (photo : Laurent Locurcio)

Transformation dans l’Aube

L’idée serait de développer à terme, autour des douze hectares du nouveau site de La Chanvrière, une zone d’activité de 80 hectares avec des industriels transformateurs, des chercheurs dans une halle technologie ou encore des start-up.

Sur cet aspect, Troyes Champagne Métropole est déjà à la manœuvre afin que ce pôle devienne le territoire de référence en Europe dans le domaine de l’économie du chanvre. « Nous identifions des acteurs qui pourraient être intéressés d’une manière ou d’une autre et les compétences techniques présentes dans les entreprises locales  », précise Grégory Lannou, directeur du Club d’Ecologie Industrielle de l’Aube. L’objectif est de susciter l’émergence de projets industriels qui pourraient éclore dans l’écosystème du pôle européen du chanvre à Saint-Lyé.

D’autant que des marchés nouveaux se profilent à l’horizon, par exemple dans le textile où les avancées techniques récentes sont importantes. Autre point important par rapport à l’enjeu écologique, la culture du chanvre nécessite peu d’eau et de traitements. En outre, la plante est un excellent piège à CO2. « J’ai demandé à l’INRA (l’institut national de la recherche agronomique) des études pour quantifier les capacités de stockage par hectare », ajoute Benoît Savourat, estimant qu’il s’agit là aussi d’un atout à valoriser.

Laurent Locurcio

Publié par Laurent Locurcio le 12 octobre 2020 dans les petites affiches Matot-Braine https://forumeco.fr/


voir aussi FRD (Fibres Recherche Développement)


PDF - 4.4 Mo
Mettez des agro-ressources dans vos composites n°10
11 mai 2016, à Nogent Matinale technologique n°10 « Mettez des agro-ressources dans vos composites »

Pour en savoir plus :

- Rencontre inter-RDT « Exemples de nouveaux matériaux solides à base d’agro-ressources sur le marché » le 19 octobre 2006 à Reims
- Vegeplast lance la production de capsules biosourcées en 2012.
- Le bioplastique, c’est fantastique !
- Laurence Dufrancatel, celle qui allège les matériaux en 2013
- Chimie bois et Woodchem 2017 : le trésor caché des molécules du bois le 06 décembre 2017 à Nancy
- 5ème Colloque Fibres Naturelles et Polymères le 19 septembre 2019 à Troyes
- Le chanvre a la fibre industrielle le 19 septembre 2019 à Troyes.
- La bioraffinerie du chanvre s’enracine dans l’Aube le 7 octobre 2020 à Troyes