Réserve plus qu’intégrale

La plus grande réserve pour la faune sauvage signé dans le Vercors le 19 février 2020 Laisser les écosystèmes se régénérer et trouver les solutions eux-mêmes, en cessant d’interférer.

, par christophe Juppin

Le mercredi 19 février 2020 a été signé un acte de vente pas comme les autres. ASPAS, Association pour la Protection des Animaux Sauvages, a acheté 500 hectares au cœur du parc du Vercors, pour en faire une réserve où arbres, plantes, insectes, loups, cerfs renards sangliers aigles et vautours pourront vivre sans aucune pression d’activités humaines : ni coupe de bois ni chasse. Pour y arriver, l’association a fait appel aux dons et a réussi à réunir en 14 mois plus de 2 millions d’euros.
L’association a déjà créé trois réserves de vie sauvage qui sont les seuls espaces français à avoir été acceptés dans le réseau Rewilding Europe, basé sur la gestion non intrusive et cherchant à faire le lien entre protection de la nature et développement des économies locales.

ASPAS se spécialise dans la gestion non intrusive des espaces, qui a déjà donné de très bons résultats dans le monde. L’association a déjà créé trois réserves de vie sauvage qui sont les seuls espaces français à avoir été acceptés dans le réseau Rewilding Europe, basé sur la gestion non intrusive et cherchant à faire le lien entre protection de la nature et développement des économies locales

JPEG - 342.1 ko
Le mercredi 19 février 2020, l’ASPAS, Association pour la Protection des Animaux Sauvages, a acheté 500 hectares au cœur du parc du Vercors.

Réserve plus qu’intégrale

Le principe est de laisser les écosystèmes se régénérer et trouver les solutions eux-mêmes, en cessant d’interférer. Les espèces se rééquilibrent et s’ajustent, réparent les dégâts et restaurent les paysages.

Cette méthode lente et presque passive, demandant toutefois un haut niveau de vigilance et d’étude, n’est pas la plus commune dans la protection des espaces sauvages. Dans cette perspective, le rôle de l’humain est de créer les conditions pour que les écosystèmes aient tout le potentiel de s’autogérer : faire tomber les barrages qui limitent les mouvements des rivières, réintroduire des espèces disparues et les laisser se débrouiller, cesser les activités perturbatrices de la vie sauvage.

Cette association souhaite également rester indépendante et ainsi ne perçoit aucune aide de l’État, ce qui lui permet de ne pas se soumettre aux politiques de gestion des territoires.

L’association s’occupera de défaire tout d’abord les enclos qui subsistaient dans ce parc. Car même dans les réserves naturelles en France, la chasse reste autorisée, dépendant des arrêtés municipaux. Dans les parcs privés, elle se fait en enclos toute l’année. C’est la moitié du parc acquis par l’association qui était un enclos de chasse. Puis il s’agira de délimiter les contours de la réserve en mettant des panneaux de sensibilisation et la mise en place d’un sentier découverte. Créer des écrins comme celui du Vercors peut sembler dérisoire et infime, mais la force de régénération du vivant est telle qu’il se pourrait bien qu’à force de multiplier ces écrins, quelque chose soit sauvé.

Publié par Sarah Roubato le 03 décembre 2019 sur [https://lareleveetlapeste.fr
https://lareleveetlapeste.fr/la-plus-grande-reserve-pour-la-faune-sauvage-va-etre-creee-dans-le-vercors/]


Pour en savoir plus :

- Création d’un 11e parc national dédié à la forêt en Bourgogne Champagne le 07 novembre 2019
- Un onzième parc national dans les forêts de feuillus de Champagne et Bourgogne
- Côte-d’Or et Haute-Marne : les retombées économiques attendues du Parc national de Forêts, le 07 novembre 2019
- Découverte du 11e Parc National dans les forêts de Champagne et Bourgogne
- La plus grande réserve pour la faune sauvage signé dans le Vercors le 19 février 2020