La ville fortifiée de Langres n’est toujours pas classée au patrimoine mondial de l’ Unesco ! Langres présente un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité

, par christophe Juppin

Incroyable ! La ville fortifiée de Langres (52200), au sud de la Haute-Marne ; célèbre depuis l’antiquité Gauloise, avec ses 3,5 kilomètres de remparts, n’est toujours pas classée au patrimoine mondial de l’ Unesco ! Cela aurait pourtant dû être fait depuis 40 ans. La ville fortifiée de Langres protége des petites rues étroites ou se cachent des trésors architecturaux.

Carcassonne, et ses trois kilomètres de remparts, deux enceintes fortifiées (IVe et XIIIe siècles), quatre portes, 52 tours et barbacanes, est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997.
La cité garantit, longtemps, la frontière entre la France et l’Aragon jusqu’au traité des Pyrénées en 1659. C’est d’ailleurs, en perdant cet intérêt stratégique, qu’elle faillit disparaitre : quand Viollet-le-Duc s’intéresse à Carcassonne au XIXe siècle, la ville est alors au bord de la démolition et sert de carrière de pierre !

C’est pourquoi Carcassonne : c’est Disney ! ...car terriblement remanié et reconstruit par Viollet-le-Duc. Constructions contestées car sans considération historique : à titre d’exemple il couvrit les toits d’ardoise pour faire plus « médiéval » alors que la tuile dominait à 500 km à la ronde ! Il déclencha des polémiques sur ses choix et ses initiatives personnelles assez particulières. C’est très joli, très « médiéval », comme le château de Disney.... Une image sortie tout droit d’un livre d’histoire....mais loin de la vérité historique !

La cité fortifiée de Langres, qui fut la première à obtenir le label « Ville d’art et d’histoire », souffre d’un problème de notoriété et d’image.

La plupart des cours d’eau du réseau du plateau de Langres sont issus de systèmes karstiques, sous forme de résurgences auxquelles les Lingons associèrent des divinités tutélaires.

Le positionnement du plateau de Langres à l’intersection des lignes de partage des eaux entre Mer du Nord, Manche et Méditerranée a largement favorisé son développement économique et culturel en tant que zone d’échanges entre le nord de l’Arc Atlantique, la Rhénanie, l’Europe centrale et le bassin méditerranéen ; la « Lingonie transalpine » étant en outre située à peu près à égale distance de l’embouchure de la Seine et de celle du Rhône.

Haute-Marne s’appuie sur une grande profondeur historique, avec de nombreuses strates successives d’activités et d’implantations depuis l’époque Hallstattienne (époque du fer) entre 600 et 500 années avant notre ère. Un stamnos étrusque avec Canthare attique, Céramique, datant de 430 années avant notre ère a été découvert en 1880 au Tumulus de la « Motte Saint-Valentin », à Courcelles-la-Montagne (Haute-Marne). Cette découverte se situe a proximité des sites du « prince » de Lavau dans l’Aube et de la « Dame de Vix » en Côte-d’Or .

Lors de sa plus grande extension connue (à la fin de la République romaine), le territoire reconnu des Lingons couvre un espace d’environ 18 000 km2, s’étendant sur environ 190 km de Sermaize-les-Bains au nord à Saint-Jean-de-Losne au sud et 170 de Pontigny à l’ouest à La Basse-Vaivre à l’est.

Langres, ville de la Haute-Marne ne manque pas d’atouts à faire valoir. Oppidum gaulois, capitale gallo-romaine, siège de l’évêché depuis plusieurs siècles, Langres est riche aussi d’une puissante citadelle en raison d’une situation géographique particulière.

À l’instar de la plupart des autres peuples gaulois, l’ethnonyme latin des Lingons, en l’occurrence Lingonenses, s’est transmis dans le toponyme actuel de leur civitas en Gaule transalpine, l’ancienne Andemantunnum.

A la suite de la conquête de la Gaule en 52 avant Jésus-Christ, les Romains donnèrent à la ville sa première vocation stratégique. La cité capitale des Lingons, nommée Andematunnum est alors à la tête d’un vaste territoire et constitue le carrefour de nombreuses voies de communication.

Au IVème siècle, sous les temps troublés du Bas-Empire, la ville rebaptisée Langres voit apparaître ses premières fortifications au Nord et devient le siège de l’un des plus puissants évêchés du Royaume de France.

Sous les dynasties mérovingiennes et carolingiennes, les terres haut-marnaises sont soumises aux aléas de l’Histoire, la partie nord relevant de la Champagne de 575 à 751 et la partie sud du Diocèse de Langres adossé à la Burgondie. Après avoir été incorporé à l’empire de Charlemagne, l’actuel territoire de la Haute-Marne est intégré au royaume de Francie occidentale lors du Partage de Verdun en 843.

Fondée plus tardivement que Langres, la métropole méridionale de Divio, est devenue la capitale historique de la Bourgogne : l’actuelle Dijon.

À partir du XIe siècle, la Haute-Marne est comprise dans le comté de Champagne. Cependant, le Diocèse de Langres reste une terre bourguignonne. Les vallées de l’actuelle Haute-Marne apparaissent alors comme une marche, adossée à la Lotharingie et éloignée des centres de pouvoir. Des seigneurs locaux y mènent une politique quasiment indépendante grâce à des forteresses stratégiques : Chaumont, Vignory, Joinville, Montigny, Clefmont, Bourmont, Andelot et Reynel.

L’abbaye Notre-Dame de Cîteaux fondée en 1115 est l’abbaye fondatrice de l’ordre de Cîteaux (sur le diocèse de Langres, près de Laferté-sur-Aube).

Langres présente un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité

Aux XIIIème et XIVème siècles, les murailles s’adaptent à la croissance de la ville, englobant les nouveaux quartiers qui se sont étendus vers le Sud.

JPEG - 100.1 ko
Située en haute marne, la ville de Langres retrace 17 siècles de fortifications qui font de cette ville la plus vaste enceinte fortifiée d’Europe.

Durant la guerre de Cent Ans, la plupart des seigneurs locaux et les villes de Chaumont et Langres se soumettent au duc de Bourgogne, alors allié aux Anglais. Pendant les luttes intérieures qui ensanglantèrent le règne de Charles VI, Langres embrassa le parti du duc de Bourgogne, Jean-sans-Peur.

En 1433, elle retomba entre les mains du roi de France ; les habitants, en se soumettant à Charles VII, stipulèrent la conservation de leurs priviléges.

Fondation de l’entreprise de coutellerie en 1610 par Guillaume Beligné auquel succède son fils, François (1625-1697) qui est reçu « Maître Coutelier » à Langres en novembre 1654, un titre qu’il transmettra de père en fils. Il prend pour devise « Virtus et labor patrum fasti » (La vertu et le labeur des ancêtres portent bonheur).

L’occupation de la Lorraine (1670-1698) et l’intégration de la Franche-Comté (1678) procurèrent une paix durable, mais sonna le glas de la place forte langroise.

Jusqu’en 1731 Langres était un puissant évêché, mais son territoire fut diminué pour créer le Diocèse de Dijon. Cette création du diocèse de Dijon aux dépens de celui de Langres, contribua au déclin de la ville qui vit alors sa population stagner.

A Langres s’était développée une importante corporation des couteliers. Des difficultés d’accès à l’eau (on est sur une butte), des installations intra-muros bruyantes et des corporations très rigides conduisirent toutefois à interdire l’installation de nouveaux couteliers à moins de quatre lieues du bourg au XVIIe siècle (Savouret, 1983). Dès lors, les fabricants s’expatrient, à l’image des Belligné, une grande famille de la coutellerie de Langres.

À la suite du concordat de 1801, le pape Pie VII supprime même le diocèse de Langres et partage son territoire entre celui de Dijon et celui de Troyes. En 1822 Pie VII rétablit le diocèse, mais il restera plus petit que celui de Dijon.

Intégrée au sein du système défensif de l’Est de la France, Langres est classée place forte de première catégorie en 1840. Elle retrouve ainsi son ancienne vocation défensive. De grands travaux sont réalisés par le Génie : construction d’une vaste citadelle au Sud de la cité, restauration de l’enceinte urbaine et construction de forts et d’ouvrages détachés dans un rayon de 13 km.

(Texte de CJ)

JPEG - 353.5 ko
Avec plus de 3,6 km de remparts, faisant le tour de l’ancienne ville avec ses sept tours fortifiées, ses six portes et la porte gallo-romaine, Langres est la plus grande enceinte d’Europe.

Située en haute marne, la ville de Langres occupe un promontoire et retrace 17 siècles de fortifications qui font de cette ville la plus vaste enceinte fortifiée d’Europe.
Avec ses 3,5 kilomètres de remparts, elle est classée la plus belle ville fortifiée de France. Et comme la ville n’a jamais été conquise, elle est authentique !

Le célèbre philosophe et écrivain Denis Diderot a vu le jour dans cette ville. Les habitants de Langres lui ont consacré une place et une statue en plein centre ville conçue par Frédéric Auguste Bartholdi, (né à Colmar, il est le sculpteur de la statue de la liberté), ainsi qu’un lycée et un collège situé également en centre ville.
La Maison des Lumières, installée l’ancien hôtel particulier Du Breuil de Saint-Germain (XVIe et XVIIIe siècles), est le seul Musée de France consacré à Denis Diderot et au siècle des Lumières.

Jeanne Mance, également née à Langres (1606) et connue pour avoir été co-fondatrice de Montréal, voit son nom porté sur un square et un collège.
Cette ville festive, ludique et vivifiante regorge d’espaces naturels au centre-ville et aux alentours. En effet, deux squares, endroits arborés, frais et reposant sont situés de part et d’autre de la ville. Le square Jeanne Mance est situé en face de la Cathédrale Saint-Mammès, au toit atypique de style bourguignon, au dessus de laquelle un accès est donné pour avoir une vue panoramique sur Langres, et qui voit sa cours accueillant la bibliothèque, à l’entrée gratuite.

La promenade sur les remparts offre la possibilité d’avoir une vue panoramique et gratuite sur l’horizon. Situés à seulement quelques kilomètres, quartes lacs viennent s’ajouter à la beauté du paysage. Le lac de la liez, avec son école de voile, ses pédalos et ses plages, est lui, visible des remparts, tandis que les lacs de la Mouche, de Charmes et de Villegusien ne le sont pas mais regorgent eux aussi d’activités diverses idéales en famille comme la pêche, les promenades et la plage. La promenade sur les remparts donne aussi accès à un funiculaire.

Des festivités vous sont proposées tout l’été comme les « Festi Mardi », les spectacles des Hallebardiers, les marchés tout les jeudis en nocturne, le festival du chien à plumes situé à Villegusien, ou encore ses Rosalie et son petit train qui vous feront découvrir les rues et l’histoire de Langres.

Mais la ville des lumière propose des activités diverses toute l’année. Parmi elles, vous pouvez retrouver les locations de vélos à assistance électrique, le centre aquatique Aqualangres proposant trois différents bassins pour tout les niveaux, y compris pour les enfants. Cet établissement propose plusieurs animations, parmi elles on retrouve Aquagym, Aquadéouverte (pour les enfants de 6 mois à 5 ans), Aquakid l’école de natation, Aquadulte et un club de plongée.
Les divers restaurants proposés vous feront revisiter chacun à leur façon le célèbre fromage de Langres accompagné de vins de petit coteaux hauts marnais.
(Texte de Capucine Chaal publié par Patricia Parisot)


Pour en savoir plus :

- La ligne de partage des eaux sur le plateau de Langres
- De la tradition artisanale coutelière aux implants chirurgicaux et au Cluster Nogentech.
- La Haute-Marne compte deux « Henokiens », des entreprises de plus de 200 ans d’âge.
- Plastic Omnium mise sur la carrosserie intelligente et sur l’hydrogène le 03 octobre 2018 à Paris.
- Activité historique du groupe : Plastic Omnium se déleste de ses célébres poubelles
- Gutenberg en version créateur de start-up
- La ville fortifiée de Langres n’est toujours pas classée au patrimoine mondial de l’ Unesco !
- Le regard amoureux d’Eric Girardot sur la cité fortifiée de Langres.
- Inès Jannot ouvre son nouveau chapitre le 2 mai 2019 à Langres