Le CRITT-MDTS à la pointe des traitements des prothèses orthopédiques, en novembre 2013

, par christophe Juppin

Unique laboratoire en France à offrir toute une panoplie de prestations complètes aux fabricants des prothèses orthopédiques, le Centre régional d’innovation et de transfert de technologie (CRITT) Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS ) menait, en novembre 2013, deux programmes de recherche et de développement dans le domaine médical, afin d’être encore plus performant.

A Charleville-Mézières dans les Ardennes et à Nogent en Haute-Marne, le CRITT-Mdts travaille actuellement sur deux grands projets.

D’abord le « Plas’Ster » dont l’objectif est de mettre en place un système permettant de stériliser des dispositifs par la technique de plasma froid. Et de répondre ainsi aux besoins de certains industriels qui développent de nouveaux matériels en vue de fabriquer des dispositifs médicaux implantables. Freinés dans leur démarche par l’incompatibilité de leur nouveau matériel avec les procédés de stérilisation traditionnels, les fabricants des prothèses se tournent vers ce centre de recherche et ses partenaires, l’Université de Reims Champagne-Ardenne et l’université d’Orléans.

« Nous cherchons à développer un procédé complètement différent des procédés actuels  », confie Jean-Marc Popot, Directeur général du Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie (CRITT) spécialisé dans les Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS). Le nouveau procédé permettrait de « stériliser des matériaux qui, jusqu’aujourd’hui, sont difficilement ou pas du tout stérilisables ».

Le second programme, « Nanotribo », développé en collaboration avec l’Université technologique de Troyes (UTT) et financé par la Région Champagne-Ardenne, permettra d’augmenter la durée des prothèses articulaires. Les travaux ont démarré cette année et se poursuivent sur les différentes machines surveillées en permanence par les techniciens et ingénieurs qui entourent Jean-Marc Popot.
« Implanter des sujets plus jeunes »

L’idée est née à l’UTT qui avait mis au point un traitement de surface un peu particulier, dans un programme exploratoire dénommé « Nanosurf  ». « Nous avions voulu tester cette invention pour voir ce que ça donnait sur différents matériaux  » explique le Directeur général du CRITT. « Après plusieurs tests nous nous étions aperçus que sur un alliage métallique qui sert énormément dans les prothèses, notamment dans les parties qui frottent entre elles, on parviendrait – en appliquant ce traitement sous certaines conditions – à réduire au minimum l’usure des prothèses des hanches et des genoux. »

La réduction des risques d’usure augmenterait la durée des prothèses et éviterait à ceux et celles qui les portent une nouvelle opération. Selon M. Popot, «  si on réussit ce programme, on pourra en plus implanter des sujets plus jeunes ». Les fabricants des prothèses suivent avec beaucoup d’intérêt l’évolution de ce programme.

Parallèlement à ces deux projets, en l’occurrence le « Nanotribo » et le « Plas’Ster », le Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie poursuit son activité traditionnelle. «  Nous réceptionnons les prothèses envoyées par les industriels, nous les contrôlons pour voir si elles résistent à un certain nombre de choses. Notamment à la fatigue, première cause de rupture d’une prothèse implantée. La fatigue est un phénomène contre lequel on lutte sans cesse. Elle résulte du fait que si vous avez un matériau qui est sollicité même avec des forces relativement faibles et que vous multipliiez les sollicitations, il se crée de petites fissures qui s’agrandissent et la prothèse finit par se rompre » argumente Jean-Marc Popot.

3 000 études chaque année

Les Ardennais/ Haut-Marnais ont un savoir-faire différencié dans ce domaine. Chaque année, ils réalisent 3 000 études pour plus de 200 sociétés situées en France, en Suisse, en Italie, en Irlande et aussi aux Etats-Unis qui occupent la première place au niveau mondial dans le domaine des prothèses. En Europe, la France arrive en deuxième position derrière l’Allemagne où se trouve le principal concurrent du CRITT-Mdts. Puis suivent l’Angleterre, l’Italie, la Suisse et l’Irlande.

Avec ses 45 salariés, ce centre de recherche réalise un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros par an. «  Le coût d’une analyse simple est », selon M. Popot, « de quelques centaines d’euros. Pour des tests et des essais, il faut compter 20 000 voire 30 000 euros. On peut aller au-delà lorsqu’il s’agit des projets de recherche et de développement ».

Au CRITT Mdts, le foisonnement d’idées déclenche une avalanche de projets parmi lesquels le développement des prothèses de genoux, celles du rachis, ainsi que les prothèses de petites dimensions pour les doigts, les dents, les chevilles, les épaules, etc. Ces appareils de petite taille semblaient marginaux. Maintenant ils commencent à…croître de façon phénoménale. Jean-Marc Popot et son équipe affichent clairement leur volonté de continuer d’accompagner les industriels qui développent leurs activités.


Publié le 22 novembre 2013 sur businessin (le lien n’est plus valide)


Pour en savoir plus :

- La technologie forge l’avenir en 2006
- Le CRITT-MDTS à la pointe des traitements des prothèses orthopédiques, en novembre 2013
- Un simulateur d’usure multi-stations pour prothèses articulaires de hanche et de rachis
- En juillet 2016, le CRITT mdts a rejoint le cercle fermé des instituts de référence
- Antenne du CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) à Nogent
- Le CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) : le laboratoire des PME-PMI
- Forte affluence pour la visite de l’antenne du CRITT MDTS à Nogent le 21 décembre 2017
- Le CRITT Mdts prépare son AG le 13 avril 2018
- Julien BOUARD, Directeur de l’antenne du CRITT Mdts de Nogent depuis le 20 septembre 2018