Le Groupement d’intérêt public (GIP) de préliguration du Parc national tire sa révérence le 31 décembre 2019. Une forte attente des porteurs de projets

, par Lionel Fontaine

Alors que la phase d’adhésion des communes à la charte du Parc est lancée, le consei ! d’administration du Groupement d’intérêt public (GIP) de préliguration du Parc national s’est réuni jeudi 19 décembre 2019 pour la dernière fois, après dix ans d’existence.

C’était le dernier rendez-vous institutionnel du Groupement d’intérêt public (GIP) de préliguration du Parc national. Préfiguration, un mot appartenant désormais au passé, puisque le Parc national de forêts a été créé le 07 novembre 2019.

Pour le conseil d’administration, réuni jeudi soir 19 décembre 2019 à Recey-sur-Ource (Côte-d’Or), il s’agissait donc d’acter la dissolution de la structure, à compter du 31 décembre 2019. Et de transférer actifs et passifs à l’établissement public, qui prendra Ie relais le 1"’ janvier 2020.

« L’assemblée a salué une gestion en bon père de famille, du budget comme du matériel, amorti à 77 % », se félicite le directeur Hervé Parmentier, qui quittera le territoire à la fin du mois pour prendre la direction de Montpellier.

Avant de partir de Leuglay, Hervé Parmentier aura exprimé un souhait « L’Etat sera très exigeant sur les aspects connaissance et préservation. Mais la charte, c’est un contrat passé avec le territoire, qui devra, lui aussi, être exigeant vis-à-vis de l’Etat et vis-à-vis de l’établissement public. » Et d’ajouter : « Le rôle du GIP, c’était de créer le Parc, avec 80 % de procédures et 20 % d’actions. Désormais, ça devra être 80 % d’actions, 20 % de procédures. »

JPEG - 110.9 ko
Dernière assemblée générale pour le GlP, présidée par Marcel Jurien de La Gravière. (Photo d’archives de L.F.).

Adhésion à la charte

Pendant ce passage de flambeau - qui sera symbolisé par une remise de clés, fin décembre 2019, une consultation des 127 communes du périmètre a été lancée, depuis le 18 novembre 2019. Il s’agit pour elles d’adhérer ou non à la charte. Mais d’abord, les communautés de communes devaient émettre un avis sur ce "contrat".

Pour l’heure, les deux EPCI haut-marnais concernés (Vingeanne, Auberive. Monsaugeonnais et Trois-Forêts) se sont montrés favorables, le Pays châtillonnais défavorable.

« Mais une commune membre de la communauté de communes peut dire oui » indique Hervé Parmentier, qui précise que cette phase durera jusqu’au 18 mars 2020, donc avant le renouvellement des conseils municipaux. .« On peut penser obtenir un résultat de 75 % d’adhésions », estime le directeur du GIP, qui relève, depuis la diffusion de nombreux reportages sur les chaînes nationales, « une forte attente » du Parc, de la part de porteurs de projets, de la part de candidats à des emplois.

« Nous avons reçu plus d’une centaine de demandes de stages ou de postes », précise-t-il.

L.F.


Publié par L.F. le dimanche 22 décembre 2019 dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) http://www.jhm.fr


Historique :

2014.

- Février : Hervé Parmentier succède à Christophe Gallemant comme directeur.
- Septembre : alors que les élections sénatoriales en Côte-d’Or n’ont pas vraiment aidé le projet, les FDSEA et Jeunes agriculteurs des deux départements manifestent à Chalmessin. Ils refusent la présence de terres agricoles dans le cœur de parc (ce qui n’était pas le cas dans la feuille de route initiale). C’est le début d’une opposition farouche.
- Octobre-décembre : consultation du territoire sur le dossier de prise en considération. Il est approuvé par 79 % du territoire (mais seulement 48 % des communes de Côte-d’Or). Le projet peut se poursuivre.

2015. Février

Assemblée générale houleuse à Chaumont (les forces de l’ordre emploient du gaz lacrymogène face aux opposants). C’est dans ce contexte très tendu que le conseil d’administration valide à 78 % le dossier de prise en considération qui est aussitôt transmis au gouvernement.

2016. Mars

Signature, plus tôt qu’attendu, du décret de prise en considération par le Premier ministre. Le travail de rédaction de la charte du parc national peut commencer. Guy Durantet ne briguant pas un troisième mandat, Marcel Jurien de La Gravière (Côted’Or) est élu président du GIP.

2017. Février

Manifestation houleuse qui empêche la tenue d’une assemblée générale à Montigny-sur-Aube.

2018

Alors qu’une nouvelle manifestation est organisée à l’extérieur par les agriculteurs et opposants, adoption à Nogent de la version 3 du projet de charte, validée à 78,8 %. Si un accord a été trouvé avec les fédérations de chasseurs, le texte ne satisfait toutefois ni les acteurs économiques ni les naturalistes. Il est présenté au ministère qui l’accepte (le Premier ministre apporte également son soutien). Parallèlement, Jean-Claude Volot se voit confier une mission sur le volet économique. À ce moment, le projet concerne 127 communes, représente 241 000 ha (dont 57 000 dans le cœur, et une réserve intégrale, en forêt d’Arc-et-de Châteauvillain, de 3 100 ha

2019.

- Juin : Adoption définitive du projet de charte.
- Juillet : le ministère de la Transition écologique annonce que le siège du parc sera à Arc-en-Barrois, ce qui n’est pas du goût de tout le monde au sein du GIP.
- Octobre : ultime oral devant le Conseil d’État, signature du décret de création du parc national de forêts.


Pour en savoir plus :

- Salle comble pour la dernière AG du GIP parc National de forêts Bourgogne Champagne le 26 septembre 2019 à Châteauvillain.
- À la veille de la naissance du Parc national de forêts le 26 septembre 2019
- Un Parc national de forêts et des réjouissances lors de l’AG du 26 septembre 2019
- Création d’un 11e parc national dédié à la forêt en Bourgogne Champagne le 07 novembre 2019
- Un onzième parc national dans les forêts de feuillus de Champagne et Bourgogne
- La cigogne noire pour emblème
- « Mission accomplie, exploit collectif »
- « Un vrai coup de foudre et un vrai pincement » pour Herve Parmentier, directeur du GIP le 07 novembre 2019
- Le Pays Châtillonnais défavorable à la charte du Parc National de forêts
- Le Groupement d’intérêt public (GIP) de préliguration du Parc national tire sa révérence le 31 décembre 2019.