Le bioplastique, c’est fantastique ! Recherche et valorisation de la biomasse (agromatériaux, biocarburants etc...).

, par christophe Juppin

Depuis une vingtaine d’années, des chercheurs et industriels développent des solutions autour des matériaux issus de matière végétale en Occitanie. Dès 1991, une halle technologique a été ouverte à Toulouse (CATAR) et en 2006 une halle de démonstration à Tarbes (Agromat).

Issus de matières premières végétales, les bioplastiques, biodégradables et compostables, proposent une solution d’avenir pour la gestion des déchets. En effet, face aux nouvelles exigences environnementales et à la raréfaction des ressources fossiles, le développement de produits de substitution aux plastiques conventionnels (issus de la pétrochimie) est devenu, depuis plus d’une vingtaine d’années, un axe majeur dans la recherche d’alternatives au tout pétrole.

Partant du principe que le carbone stocké par les plantes constitue une alternative majeure au carbone fossile, les acteurs de la chimie du végétal ont mis au point des procédés permettant de produire des plastiques à partir des molécules de carbone présentes sous forme d’amidon dans les végétaux tels que le blé ou le maïs.


JPEG - 3 ko
Gérard Vilarem : En 2006, nous avons ouvert une une “halle de démonstration” pour les agromatériaux à Tarbes, soutenue par le CRT CATAR, à Toulouse (Midi-Pyrénées)

« Dès 1991, nous avons ouvert une halle technologique à Toulouse (CATAR) et en 2006 une halle de démonstration à Tarbes (Agromat), dédiées à cette activité : une première en France pour les débouchés non-alimentaires », raconte Gérard Vilarem, directeur du laboratoire de Chimie Agro-industrielle (INPT/INRA), dédié à la recherche et à la valorisation de la biomasse (agromatériaux, biocarburants etc...).

« C’était un double défi, à la fois scientifique et politique, car il fallait convaincre les pouvoirs publics de financer des espaces de travail adaptés, à des fins industrielles ultérieures, pour produire en nombre suffisant des échantillons proches des prototypes commerciaux attendus par les entreprises intéressées. »


JPEG - 10.1 ko
Agromat est une halle de démonstration du Laboratoire de Chimie Agro-industrielle (LCA), rassemblant les différents outils industriels nécessaires à la transformation de matière végétale en "Agromatériaux".
C’est un outil permettant de faire le pont entre les recherches en laboratoire et la phase d’industrialisation. Sa mission première est de promouvoir le développement de nouveaux matériaux d’origine 100% naturelle, à la fois biodégradables et éco-compatibles.
L’intérêt de ces Agromatériaux est multiple : leur coût est moins élevé que ceux issus de l’industrie pétrochimique puisqu’ils ne sont pas soumis à la taxe carbone et aux écotaxes ; ils sont également respectueux de l’environnement car recyclables, biodégradables et compostables.

Un cycle vertueux d’économie circulaire

L’essentiel des travaux prennent leur origine au contact des agriculteurs et collecteurs de céréales. Mais aussi par le biais de dialogues avec les transformateurs, agro-industriels de l’alimentaire, pour proposer de nouveaux types de valorisation à leurs produits. En levant quelques doutes face à l’usage non-alimentaire de productions agricoles…


JPEG - 2.8 ko
Vincent Pluquet : des produits biodégradables pour supprimer les déchets. En 2012, Vegeplast lance la production de capsules biosourcées.

« A l’échelle de la planète, les cultures à l’usage des bioplastiques n’occupent que 0,02 % de la surface agricole. Même si l’on remplaçait les plus de 300 millions de tonnes de plastiques produites à base de pétrole annuellement, on arriverait qu’à 3 % de la surface totale », souligne Vincent Pluquet, président de Vegeplast. Installée depuis 2008 près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), cette société fait partie des pionnières dans le domaine de l’emballage alimentaire : capsules de café compatibles avec les machines du commerce, barquettes pour la grande distribution… Elle propose aussi depuis peu à la vente des agro-matériaux sous forme de granulés à des industriels.

Sacs poubelle, couverts de pique-nique, capsules de café, coques de téléphone portable… Tous ces produits de consommation courante peuvent potentiellement devenir 100 % biodégradables, valorisés par des voies organiques telles que le compostage et la méthanisation. Du producteur de céréales à la filière de compost, en passant par les entreprises de transformation, le cycle des bioplastiques offre alors un exemple concret de «  valorisation en boucle ». Avec de réelles opportunités, à la fois pour l’agriculture, l’industrie et les territoires.

Publié le 27 novembre 2018 sur https://www.ladepeche.fr


Pour en savoir plus :

- Lancement des réseaux de diffusion technologique le 14 décembre 1988
- Rencontre nationale des RDT le 23 novembre 2001 à Troyes.
- Champagne Ardenne Technologie : Soutenir l’innovation dans les PME en janvier 2002
- Rencontre nationale Inter Réseaux à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris le 17 décembre 2002
- Aider les PME à s’ouvrir à l’innovation technologique en décembre 2003
- Rencontre inter-RDT « Exemples de nouveaux matériaux solides à base d’agro-ressources sur le marché » le 19 octobre 2006 à Reims
- Champagne -Ardenne Technologie s’auto-dissout dans Carinna le 16 mai 2007
- L’urgentiste de l’innovation en mars 2010
- Valérie Randé Femme de réseau
- Vegeplast lance la production de capsules biosourcées en 2012.
- Accompagnement : « La région devient la plus attractive de France pour les start-up » le 03 décembre 2018 à Reims
- Yvon Le Hénaff veut faire fructifier le pôle IAR en Europe
- Le bioplastique, c’est fantastique !
- Jean-Marie Mouton, nouveau président de PFT Innovalo le 04 avril 2019.