Le groupe Charlois transforme le chêne en produits cosmétiques le 30 mars 2017 Le groupe Charlois commercialiser des cosmétiques exclusivement tirés du chêne.

, par christophe Juppin

Dans la Nièvre, le travail du bois, de l’exploitation forestière à la seconde transformation, est une activité économique de poids. Dans ce secteur, à Murlin, le groupe Charlois, leader sur le marché du merrain, est une entreprise emblématique.

Le groupe Charlois, dont la saga familiale, qui en est à sa sixième génération, remonte à 1928 avec Eugène Charlois, merrandier, s’est spécialisé dans la sélection des chênes, la fente et l’élevage naturel du merrain. Il est devenu le premier exploitant forestier en volume de chêne de France et le leader incontesté sur le marché du merrain français. C’est là son cœur de métier.

Depuis 2000, c’est Sylvain Charlois qui conduit le développement des activités du groupe, toujours autour du chêne et en inscrivant l’entreprise familiale dans son époque. Ce développement a pris encore plus de force à partir de 2006 avec des activités complémentaires liées au chêne, «  le roi de la forêt », comme il aime le souligner. Au nombre de ces activités, il y a la création et la commercialisation d’une gamme de produits cosmétiques, à partir du propre laboratoire du groupe, à Murlin, près de La Charité-sur-Loire.

JPEG - 37.5 ko
Sylvain Charlois n’avait que 23 ans lorsqu’il a pris les commandes du groupe, qu’il a développé. Photo Christophe Deschanel

« Nous partons de l’infiniment grand pour aller à l’infiniment petit, à savoir les molécules qui agissent sur le corps. » Par ces mots, Érik Nastorg, responsable du département recherche et développement, résume l’une des activités du groupe Charlois, à savoir celle de son laboratoire Exact. « La recherche et développement gère autant l’œnologie que la cosmétique  », poursuit-il. « Nous partons du même organe biologique qu’est le chêne et cette activité cosmétiques est valorisée par la notoriété et la reconnaissance du groupe Charlois, qui domine sa matière première qu’est l’arbre. »

Principes actifs

Racheté en 2010 par le groupe Charlois, ce laboratoire Exact, dont Michel Dumoulin est directeur scientifique, était implanté à Mâcon, en Saône-et-Loire. Toute l’activité a été déménagée à Murlin en 2016. Depuis 1998, ce laboratoire exerce ses compétences dans les domaines de la caractérisation des arômes, la recherche des défauts organoleptiques et la sécurité alimentaires. Interlocuteur privilégié des secteurs de l’agroalimentaire, il est au service des vignerons, des œnologues, des tonneliers, des merrandiers, des bouchonniers, des négociants et viticulteurs et des producteurs de bois pour l’œnologie, notamment.

Désormais, il travaille également à l’extraction de principes actifs qui deviennent ensuite les composants d’une gamme de produits cosmétiques vendus sous le nom de La Chênaie. Et tout cela est bien sûr tiré de l’arbre emblématique du groupe, le chêne, qu’il s’agisse de l’écorce, du bois tendre ou des feuilles.

Pour l’heure, le groupe est le seul à commercialiser des cosmétiques exclusivement tirés de cet arbre. Organiquement très pur, le chêne recèle d’exceptionnels éléments chimiques, de l’antioxydant au stimulant en passant par les régénérants. Grâce à ses recherches, le groupe Charlois a même découvert un extrait inédit dont elle a déposé le brevet, le concentré Quercus Petraea. Ses exceptionnelles propriétés anti-âge ont été démontrées scientifiquement, in vitro.

JPEG - 41.3 ko
Groupe Charlois cosmétiques © Denis Chaumereuil

Nouveaux produits

Les cosmétiques La Chênaie sont vendus en pharmacie et parapharmacie, notamment à Nevers.

JPEG - 92.9 ko
Les cosmétiques La Chênaie sont vendus en pharmacie et parapharmacie, notamment à Nevers.

À partir de ces extraits de chêne, c’est la société basée à Angers, Inter Cosmétiques, qui se charge de la fabrication des produits, à partir des formules définies par le laboratoire du groupe Charlois. Des cosmétiques qui, à près de 100 %, sont naturels. Il en est ainsi d’un sérum anti-âge suprême, de crèmes de jour ou de nuit, de soins lissants pour les yeux ou de lift éclat immédiat, notamment. De nouveaux produits sont mis sur le marché très régulièrement. Les prochains le seront début mai.

Filière bois.
Dans la Nièvre, la forêt couvre environ 225.000 hectares dont 180.000 de feuillus et 45.000 de résineux. Elle regroupe 1.600 salariés répartis dans plus de 500 entreprises.

Denis Chaumereuil.


Publié par Denis Chaumereuil le 30 mars 2017 sur le site de https://www.lejdc.fr/


Pour en savoir plus :

- Rencontre inter-RDT « Exemples de nouveaux matériaux solides à base d’agro-ressources sur le marché » le 19 octobre 2006 à Reims
- Vegeplast lance la production de capsules biosourcées en 2012.
- Le bioplastique, c’est fantastique !
- Laurence Dufrancatel, celle qui allège les matériaux en 2013
- Chimie bois et Woodchem 2017 : le trésor caché des molécules du bois le 06 décembre 2017 à Nancy
- Le groupe Charlois transforme le chêne en produits cosmétiques le 30 mars 2017
- Accompagnement : « La région devient la plus attractive de France pour les start-up » le 03 décembre 2018 à Reims
- Yvon Le Hénaff veut faire fructifier le pôle IAR en Europe
- Jean-Marie Mouton, nouveau président de PFT Innovalo le 04 avril 2019.
- De l’utilisation de la pomme de terre pour fabriquer des bioplastiques en février 2019
- Sylvain Mathieu de Bourgogne Franche Comté est convaincu de l’importance de miser sur la chimie du bois le 03 juin 2019
- 5ème Colloque Fibres Naturelles et Polymères le 19 septembre 2019 à Troyes
- De Nancy à Strasbourg , trois lauréat de l’action « Territoire d’Innovation de Grande Ambition » en Grand Est le 13 septembre 2019 .
- « Chimie du bois : le champ des possibles » le 08 octobre 2019 à l’Ensam de Cluny