Les derniers secrets du vase de Vix Le vase de Vix, entre ombre et lumière

, par christophe Juppin

Découvert en 1953, le vase de vix est le plus grand récipient antique de bronze connu à ce jour. La découverte de Lavau, site cousin, en 2015, relance aujourd’hui son étude. A quoi pouvait bien servir ce vase monumental de 208 kg découvert par hasard en plein hiver 1953 dans une chambre funéraire à 2.50 m sous terre ?


L’essentiel :
-  Enterré dans une chambre funéraire en 500 avant J.-C. où se trouvait celle qu’on nomme "la Dame de Vix" .
- Découvert par hasard en janvier 1953 au pied du Mont Lassois, en Côte-d’Or, sur le finage du village de Vix, soit 62 ans avant que ne soit mise au jour la chambre funéraire du "Prince de Lavaux" à 70 km de là.
- Visible au musée de Pays du Châtillonnais à Châtillons-sur-Seine de 10h à 17h30 tous les jours. Tel 03 80 91 24 67

JPEG - 44.5 ko
Découvert en 1953, le vase de vix est le plus grand récipient antique de bronze connu à ce jour. Photo : Wolly Billard

Lorsqu’en janvier 1953, le dénommé Maurice Moisson, agriculteur passionné d’histoire et féru de fouilles, pousse René Joffroy, président de la Société archéologique et historique du Châtillonnais, à creuser dans la terre gelée du Mont Lassois, un peu en hauteur de Vix (Côte-d’Or), il ne pense pas un seul instant que sa découverte sera celle du siècle. Et que 62 ans plus tard, celle de Lavaux lui donnera encore plus de résonnance.
"Vix, c’est un peu notre Lascaux", n’hésite-t-on pas à dire au musée de Pays du Châtillonnais à Châtillons-sur-Seine .

Malheureusement, les découvreurs de l’époque n’avaient pas autant de moyens financiers, humains et techniques que les archéologues qui ont mis au jour le trésor de Lavau en 2015, si bien que le mystère planera à jamais sur certains aspects. Ainsi sur le contenu dudit vase, ou cratère.

JPEG - 41.7 ko
Découverts près de 2500 ans après sa fabrication, le vase de Vix - ou cratère - suscite toujours le mystère. Photo : Wolly Billard

1 100 litres...de vin !

On sait qu’il pèse 208.6 kg, qu’il mesure 164 cm et qu’il pouvait contenir jusqu’à 1 100 litre de vin, grec. Le plus grand récipient en bronze que l’Antiquité nous ait légué devrait être la pièce maîtresse présentée au moment des banquets, dans lequel étaient mêlés eau et vin. Sur le dessus, le socle fait office de passoire lorsqu’on versait le vin contenu dans les amphores et qui contenait tout un tas d’épices et autres agents de conservation comme de saveurs. Mais lesquels ? Le mystère reste et devrait rester entier.

Il est acté que ceux qui l’ont enterré dans cette chambre funéraire de 9m2 ne l’ont jamais connu de cette couleur verdâtre dont il est recouvert aujourd’hui. Le procédé d’oxydation naturelle s’est fait avec le temps pour recouvrir ce métal qui était doré à l’origine.

JPEG - 20.9 ko
Le visage de Méduse sur les anses du vase. Photo : Wolly Billard
JPEG - 12.5 ko
Des trous pour savoir où assembler les pièces. Photo : Wolly Billard
JPEG - 12.7 ko
Autour du col, des soldats grecs et des chars. Photo : Wolly Billard

Il venait du sud de l’italie

Fabriqué vers 530 avant J.-C., le vase a été transporté en pièce détachées et assemblé sur place, à Vix, à près de 60 kilomètres de Troyes. Comment (par voie maritime ou par voix terrestre) et dans quel but est-il arrivé là ? Au vu de la richesse de l’objet, et de son ornementation, plusieurs corps de métiers ont travaillé dessus. Les objets prestigieux (dignes de présents diplomatiques) contenus dans cette tombe provenaient du nord de l’italie et de Grèce. L’origine du vase a été située en Italie du Sud, au sud de Naples (dans la région de Sybaris), tandis que le torque en or et d’autres bijoux ont une origine celtique.

JPEG - 7.7 ko
Sur le couvercle, représentation d’une jeune fille. Photo : Wolly Billard

Le vase se trouvait dans un coin de cette chambre funéraire dans laquelle reposait celle que l’on surnome la "Dame de Vix", visiblement une femme au statut social privilégié qui aurait reçu les honneurs de ses contemporains. Morte à 35 ans, à l’aube de sa vieillesse, elle était percluse d’arthrose et avait visiblement du mal à se déplacer.

Wolly Billard


Publié par Wolly Billard le 22 juillet 2018 dans www.lest-eclair.fr/


PDF - 4.3 Mo
Cinétech n°34 : « L’énigme de la tombe celte »

Pour en savoir plus :

- Histoire des Celtes : qui sont-ils ? quand sont-ils arrivés en Gaule ?
- Les derniers secrets du vase de Vix
- Cinétech n°34 : « L’énigme de la tombe celte » le 10 octobre 2018 à Nogent (52)