Les profs en visite à Aesculap le 20 Novembre 2019 à Chaumont Intégrer le digital au sein d’une usine de production permet de rendre l’industrie plus attractif.

, par Mathilde Stivalet

Quelques professeurs ont accepté l’invitation d’Aesculap à venir visiter l’entreprise à Chaumont en Haute-Marne. L’objectif  : il y a des besoins sur le territoire et trop peu de personnes se dirigent vers les métiers de l’industrie. Les enseignants deviennent alors porte-parole auprès de leurs élèves.

Ils sont six professeurs à avoir visité l’entreprise Aesculap, le mercredi 20 Novembre 2019. Ils sont venus du collège Henri Vincenot de Chalindrey, et des collèges de la Rochotte et Louise Michel de Chaumont.

C’est la seconde année consécutive que l’entreprise entreprend d’inviter des professeurs principaux de classe de 3e. Ces visites sont établies dans le but de les sensibiliser aux métiers de l’industrie, pour ensuite relayer l’information à leurs élèves.

L’immersion dans le monde de la fabrication de matériel médico-chirurgical a ainsi été menée par Anis Farhani, directeur adjoint du site en charge des ressources, et Nicolas Hauptmann, responsable de production.
«  Nous avons besoin de l’appui¬ des professeurs pour faire connaître nos métiers. Il faut garder nos jeunes en Haute-Marne  », présente d’emblée Anis Farhani.

Aesculap recherche des profils pour différents métiers  : usineur, ingénieur, technicien. «  Chaque année nous prenons six apprentis. Cela peut être en Bac pro ou en BTS  », continue-t-il. Et d’ajouter  : «  Aujourd’hui, nous avons de belles conditions de travail. On cherche toujours à rendre le poste intéressant, et à faire correspondre les compétences de chacun avec ce qui est attendu par le client   ».

GIF - 165.7 ko
Les professeurs ont pu avoir un contact direct avec les métiers de l’entreprise. Ils pourront relayer la bonne information à leurs élèves. (photo : Mathilde Stivalet)

Récemment, l’entreprise a beaucoup travaillé sur le travail collectif pour satisfaire au mieux les besoins de ce dernier. Les salariés ont par ailleurs la possibilité de réaliser des actions diversifiées, et pas seulement toujours la même tâche. Prochainement, Aesculap s’intéressera de plus près à l’industrie 4.0, «  la digitalisation est notre axe majeur pour l’année 2020   ».

«  Une vraie méconnaissance  »

Les six professeurs sont ressortis satisfait de leur visite, qualifiant Aesculap de «  belle entreprise   ». Ils ont pu découvrir différents métiers de l’industrie à travers un rapide tour de l’usine. Les professeurs déplorent tous le même résultat au sein de leur classe  : le monde de l’industrie est trop peu connu des familles, malgré une présence forte des entreprises sur le territoire.

«  Nous avons du mal à les convaincre de faire ce choix, mais nous savons qu’il y a des besoins   », s’accordent-ils à avancer. «  En classe de 3e, en tant que professeur principal, on doit les aider à définir leur orientation. Les élèves ne s’ouvrent pas à l’industrie, l’image est restée négative dans les familles  », avance une professeur.

GIF - 132.5 ko
Ici Nicolas Hauptmann leur explique le sablage, qui permet de rendre les pièces rugeuses. (photo : Mathilde Stivalet)

La classe de 3e, c’est aussi l’occasion d’effectuer une première approche du monde du travail avec le stage découverte. Emmanuelle Monguillon, responsable ressources humaines à Aesculap, a souhaité préciser que l’entreprise prend des stagiaires, en production ou bien à l’administration. Mais, dans ce type d’entreprise, les stagiaires sont bien souvent issus du personnel, en particulier en production. «  C’est vrai que chaque année, aucun élève ne demande à faire un stage dans l’industrie   », déplore un professeur.

Mais plus largement, «  c’est compliqué de leur donner envie, de les motiver et de les faire s’ouvrir à de nouvelles choses   ». Grâce à cette matinée de découverte, néanmoins, les professeurs vont pouvoir apporter des éléments précis à leurs élèves quant à ces métiers de l’industrie. Ils pourront également témoigner des différentes opportunités en termes d’emploi chez Aesculap. «  Nous pourrons maintenant être porte-parole de quelque chose de concret. »

Mathilde Stivalet
m.stivalet@jhm.fr

GIF - 208.5 ko
Publié par Mathilde Stivalet le lundi 25 novembre 2019 dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) n° 9234 http://www.jhm.fr

Publié par Mathilde Stivalet le lundi 25 novembre 2019 dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) n° 9234 http://www.jhm.fr


Reproduction du texte et photo avec l’autorisation de l’auteur Mathilde Stivalet.


Pour en savoir plus :

- Aesculap : Die gute croissance
- Claude Rauscher (Aesculap) part en retraite le 31 juillet 2018.
- 3 questions à….Mickaël Denet (An.98)
- Les profs en visite à Aesculap le 20 Novembre 2019 à Chaumont