Nicolas Lacroix : « le GIP est le partenaire privilégié du Département de Haute-Marne » La mission du GIP est d’être un outils d’aménagement du territoire qui porte des projets structurants

, par Dominique PIOT

Élu vendredi matin 23 octobre 2020, président du GIP par ses pairs à Chaumont, le président du Conseil départemental de Haute-Marne a insisté ensuite devant la presse sur le partenariat privilégié qui doit exister entre les deux entités. La désignation de Nicolas Lacroix est tout sauf une surprise. Les choses étaient prévues de longue date. La démission de Bruno Sido n’a fait que les précipiter de quelques semaines.


Nicolas Lacroix a été élu vendredi matin 23 octobre 2020, président du GIP par ses pairs à Chaumont.

Le président du Conseil départemental de Haute-Marne a insisté ensuite devant la presse sur le partenariat privilégié qui doit exister entre les deux entités.

Cette double casquette est aussi cohérente : depuis la La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), le président du Conseil départemental a théoriquement perdu la compétence économique, c’est-à-dire le bras armé de toute politique. La présidence du GIP arme son autre bras.

Avec assis à sa droite l’emblématique Jean Masson, directeur du GIP, il a ainsi rappelé la mission première de l’organisme, « outils d’aménagement du territoire qui porte des projets structurants sur des mandatures complètes  ». Le GIP soutient l’économie, sauve ou crée des emplois (ex. Lisi Forges de Bologne) et participe aux investissements des territoires (ex. Palestra).

JPEG - 93.4 ko
Jean Masson, directeur du GIP (à gauche), et Nicolas Lacroix président du Conseil départemental de Haute-Marne et président du GIP (à droite), n’ont ôté leur masque que durant le temps de la photo, en conservant une distance respectable. (Photo : Dominique PIOT)

«  On sera un acteur important dans une situation économique dégradée », a prévenu Nicolas Lacroix. Il entend inscrire son action dans la dynamique passée, « avec des idées peut-être un peu différentes, mais sans bouleverser les grandes orientations  ».

Le GIP est la structure gérant les fonds d’accompagnement du projet Cigéo de centre de stockage de déchets nucléaires à Bure-Saudron. Les recettes annuelles pour la Haute-Marne sont de 28,7 M€ provenant des taxes payées par les industriels ayant produit des déchets radioactifs à vie longue (soit EDF 78 %, le CEA 17 % et Orano 5 %).


GIF - 150.4 ko
Publié par Dominique PIOT le samedi 24 octobre 2020 dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) n° 9562 en page 4. http://www.jhm.fr

Publié par Dominique PIOT le samedi 24 octobre 2020 dans le Journal de la Haute-Marne (JHM) n° 9562 en page 4. http://www.jhm.fr


Pour en savoir plus :

- GIP Haute-Marne : Un accompagnement important en mai 2010
- Bure - Saudron - Aucun bémol pour Syndièse en juillet 2011
- Lecornu : « Moins mauvaise solution » à Bure-Saudron le 29 janvier 2018
- A Bure, l’Andra perfectionne son projet de stockage des déchets nucléaires dans son laboratoire grandeur nature
- Le GIP Haute-Marne veut réhabiliter les friches industrielle le 8 mars 2018 à Chaumont
- GIP Haute-Marne : où est passé tout l’argent ?
- « On n’a pas trouvé mieux que le nucléaire pour produire de l’électricité sans trop polluer »
- Le Comité de haut niveau de Cigéo : des décisions pour poursuivre l’insertion territoriale du projet le 6 mars 2019
- Argent de Bure : les dessous de l’amendement Abba
- 2020, Année décisive à Bure pour Cigéo
- Les dotations du GIP acquises jusqu’en 2022
- Nicolas Lacroix : « le GIP est le partenaire privilégié du Département de Haute-Marne » le 23 octobre 2020