Nogentech : la presse nationale en parle Nogentech : un cluster d’entreprises industrielles en Haute-Marne.

, par Delphine DESCORNE-JEANNY , Orianne Roger

L’émission Itinéraire Entreprise du Figaro Economie s’intéresse à Nogentech et offre une belle mise en valeur de la Haute-Marne. Nogentech est une grappe d’entreprises industrielles localisées dans le département de la Haute-Marne. Située dans le Grand Est, la Haute-Marne est caractérisée par sa forte densité industrielle : 20% des employés du département travaillent dans le secteur industriel, soit environ le double de la moyenne nationale. Nogentech s’inscrit dans ce dynamisme et cet écosystème innovant.

Nogentech peut apparaître comme une curiosité vue de l’extérieur de notre département. Pourtant, les industries du bassin de Nogent sont bien parvenues à faire fi des concurrences commerciales pour travailler ensemble à des projets communs et développer l’économie et la formation sur le territoire.

Cette originalité haut-marnaise ne laisse pas indifférente la presse nationale qui consacre régulièrement des papiers à Nogentech. Cette fois, avec le concours du conseil départemental et de l’agglo de Chaumont, l’association d’entrepreneurs a pu participer à l’émission Itinéraire Entreprise du Figaro Économie.

L’interview de Delphine Descorne-Jeanny, la présidente, est à retrouver sur le site du Figaro Economie.

Publié par oriane Roger le vendredi 29 janvier 2021 dans la voix de la Haute-Marne n‌° 8999 sur https://www.lavoixdelahautemarne.fr


Bienvenue dans votre émission Éco Itinéraire Entreprise, en partenariat avec Le Figaro, bonjour à tous. Bonjour Delphine Descorne-Jeanny.

Delphine Descorne-Jeanny : Bonjour.

JPEG - 34.4 ko
Delphine Descorne-Jeanny, la présidente du cluster d’entreprises Nogentech.

Vous êtes la Présidente de Nogentech. Nogentech c’est un réseau d’entreprises industrielles localisées en Haute-Marne. La Haute-Marne c’est un département qui dispose d’une forte densité industrielle. Pour quelles raisons ?

Delphine DESCORNE-JEANNY Alors, cette raison est tout à fait historique, on va remonter déjà au Vème siècle avant notre ère, à l’âge du fer, où il y a déjà les premières armes, les premiers instruments, les premières pièces, finalement, qui sont faites en métal. Le savoir-faire des hommes s’est développé, s’est ancré, et finalement en 1850, la Haute-Marne était le premier département métallurgique de France. À savoir qu’aujourd’hui, ces industries métallurgiques perdurent avec notamment le savoir-faire de la fonderie sur le nord du département, et de la forge sur le sud du département. La part de l’emploi dans l’industrie en Haute-Marne monte à 20 % qui est quasiment le double du taux national qui est actuellement à 11 %.

JPEG - 33.6 ko
En 1850, la Haute-Marne était le premier département métallurgique de France. Aujourd’hui, ces industries métallurgiques perdurent avec notamment le savoir-faire de la fonderie sur le nord du département, et de la forge sur le sud du département.

Quel est le cœur de métier de ces entreprises industrielles, aujourd’hui ?

Si on met à part l’industrie agroalimentaire, puisqu’il y a de grands produits, de grandes marques, telles que les glaces Miko, le Caprice des Dieux , EntreMonts, c’est forcément le travail des métaux avec trois grands secteurs d’activités : l’aéronautique, l’automobile, le médical. L’aéronautique, il y a la plus grande forge aéronautique de France, une société du groupe LISI Aerospace, pour l’automobile il y a de nombreuses entreprises sur le secteur de la Haute-Marne, particulièrement la plus grande forge automobile de France qui sont les Forges de Courcelles, et également les Forges de Froncles qui sont spécialisées dans les forges à froid. Si je parle du médical, là on est vraiment sur une spécificité du territoire, à savoir que sur le territoire de Chaumont, Nogent et Sarrey, donc on est sur un territoire de seulement 20 centimètres carrés, où il y a 35 % du volume mondial d’implants orthopédiques qui est produit. C’est vraiment un tissu industriel avec des PME, des ETI, de grands groupes américains, allemands, qui produisent des implants orthopédiques et des instruments. Je peux citer également, justement, la plus grande forge européenne d’implants orthopédiques, qui est également numéro trois mondiale, qui est la société MARLE.

Alors, vous venez de le dire, le tissu industriel est particulièrement élevé, notamment par rapport à la densité de population. D’où vient ce dynamisme ?

Ce dynamisme, même chose, je pense qu’il vient des hommes, principalement des hommes, des industriels, mais aussi des salariés. Il faut savoir que les salariés ont une très forte conscience professionnelle, il y a également un très faible turn-over ce qui permet, justement, d’avoir une pérennité, de pouvoir se projeter et se développer. On a parlé également de l’historique de l’industrie, on a su innover, on a travaillé ensemble. Travailler ensemble c’est travailler ensemble entre industriels, en faisant fi même, parfois, des concurrences commerciales. On arrive à travailler ensemble, et on travaille ensemble avec tous nos partenaires, que ce soit les pôles de compétitivité, les universités régionales, mais aussi tous les acteurs publics. Nous sommes également très proches de la Préfecture, de la région Grand-Est, de la Chambre des Commerces et de l’Industrie, de l’Éducation Nationale.

JPEG - 33.4 ko
Notre totem, c’est le pôle technologique Sud-Champagne qui est à Nogent (52800).

On le comprend bien, c’est un véritable écosystème qui s’est construit en Haute-Marne, avec une place très importante dédiée à l’innovation et à la formation.

Tout à fait. Notre totem c’est le pôle technologique Sud-Champagne qui est à Nogent. Ce pôle technologique, outre une pépinière d’entreprises, c’est également le CRITT MTDS, un Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologies, et aussi une antenne de l’université technologique de Troyes avec un laboratoire attaché au CEA. En fait, cette antenne, elle forme chaque année 15 élèves en licence professionnelle, par alternance, et 50 élèves ingénieurs en mécanique et matériaux, également par alternance. Ces 50 élèves ingénieurs sont présents sur le territoire pendant trois ans et sont aussi, justement, des ressources pour les industriels locaux.

Vous venez de parler de ressources, cette attractivité et ce dynamisme vont de pair avec des besoins humains qui sont croissants. Vous êtes en plein recrutement ?

Parfaitement, et en toute honnêteté, avant la crise Covid, la croissance réelle des entreprises était freinée par ces problématiques de recrutement. Il faut savoir que le taux de chômage sur le sud Haute-Marne en novembre 2020 était à 5,4 %, alors que la moyenne nationale était à 7 %, donc nous sommes vraiment sur un taux de chômage qui est très faible, ce qui complexifie beaucoup notre recrutement en salariés. Nous avons, en plus, des besoins dans toutes les catégories socioprofessionnelles, que ce soit des cadres, des techniciens, des agents de maîtrise, ou des opérateurs de production.

JPEG - 31.9 ko
Nogentech est une association d’entreprises. Les actions sont décidées par les industriels, elles répondent aux besoins des industriels et sont menées par les industriels.

On va revenir très rapidement sur Nogentech. Quelles sont les actions qui sont réalisées au bénéfice des entreprises ?

Nogentech, tout d’abord, c’est une association d’entreprises qui est financée à plus de 80 % par ses adhérents. Les actions elles sont décidées par les industriels, elles répondent aux besoins des industriels et sont également menées par les industriels. Tout d’abord, forcément, des actions technologiques, le nom de Nogentech n’est pas anodin, donc des actions technologiques, de veille technologique, d’accompagnement également dans les nouvelles technologies. Nous menons également des actions collectives, par exemple dans le développement durable sur les technologies sur la revalorisation des déchets issus de nos entreprises. Ce sont également beaucoup de formations mutualisées, dans les domaines de compétences dont nous avons besoin, la robotique, le 6 Sigma, la gestion de projets, la qualité, les exigences réglementaires, et c’est surtout la force d’un réseau, travailler ensemble et l’addition des compétences.

JPEG - 43.6 ko
La Haute-Marne est un département très vert avec 250 000 hectares de forêts et le onzième parc national de forêts. Toute cette richesse naturelle permet une vie saine et beaucoup d’activités.

Alors il y a ce réseau, il y a ce tissu industriel très dense, il y a des opportunités professionnelles très importantes, la Haute-Marne c’est aussi un cadre de vie très agréable.

En effet, comme vous pouvez le voir sur les images qui sont en fond d’écran, la Haute-Marne est un département très vert, il y a cinq lacs, il y a 250 000 hectares de forêts, il y a le onzième parc national de forêts. Toute cette richesse, cette nature, permettent forcément une vie saine, mais aussi d’énormes activités dans la nature, du sport, donc il y a de quoi s’occuper en-dehors de sa vie professionnelle, mais c’est aussi un immobilier qui est très peu onéreux, à savoir que l’immobilier est dix fois moins cher qu’à Paris. En Haute-Marne vous pouvez acquérir une maison de 200 mètres carrés, avec un jardin, pour le prix d’un studio à Paris, mais vivre en milieu rural ce n’est pas non plus vivre en milieu déconnecté. Attention, la Haute-Marne est 100 % connectée au haut débit, ça veut dire que même dans un village vous aurez du haut débit.

Un cadre de vie au vert et avec le plein emploi en plus, merci Delphine Descorne-Jeanny.

Je rappelle que vous êtes la Présidente de Nogentech, un réseau d’entreprises industrielles, localisées en Haute-Marne. Merci beaucoup d’avoir accepté notre invitation. Quant à nous, on se retrouve très vite pour un nouveau numéro d’Itinéraires Entreprises, en partenariat avec Le Figaro. Je vous dis à très bientôt.

Une émission produite par Delta Direct Live et présentée par Victoire SIKORA, publiée le 20 janvier 2021 sur le site du Figaro Economie

JPEG - 36.3 ko
Une émission produite par Delta Direct Live et présentée par Victoire SIKORA, publiée le 20 janvier 2021 sur le site du Figaro Economie
JPEG - 36.7 ko
Au Pôle Technologique Sud Champagne à Nogent, le 06 septembre 2019, la députée Bérangère Abba (à gauche sur la photo), Charles Guené, sénateur , Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur et Delphine Descorne-Jeanny, la présidente de Nogentech (à droite sur la photo).(Photo : Dominique PIOT)
JPEG - 59.5 ko
PoleTechnologique 52 @poleTechno52 · 21 janvier 2021
Le cluster @CNogentech avec le soutien financier du Conseil Départemental et de l’Agglomération de Chaumont a participé à l’émission Itinéraire Entreprise du Figaro Economie.
JPEG - 42.3 ko
La Voix de la Haute-Marne @Voix_H_Marne · 23 janvier 2021
Ce que les entrepreneurs industriels du bassin de #Nogent ont réussi à faire surprend toujours. https://www.lavoixdelahautemarne.fr

Pour en savoir plus :

- De la tradition artisanale coutelière aux implants chirurgicaux et au Cluster Nogentech.
- Chloé Lerin, étudiante de l’UTT Nogent nominée au prix académique le 21 novembre 2015
- Caroline Husson a fait le choix de rester en Haute-Marne pour la densité de son écosystème industriel et son cadre de vie le 20 février 2018.
- Lucille Duport est lauréate du Prix Bernard Bolle de la SF2M
- « Haute-Marne : de la coutellerie à la MedTech » le 16 octobre 2018 - Cinq raisons de vous installer en Haute-Marne
- Delphine Descorne-Jeanny : Une nouvelle présidente pour Nogentech le 25 avril 2019
- Newsletter du cluster Nogentech n°06 du 30 janvier 2020
- Le Cluster Nogentech, un exemple réussi d’Industrie et de Haute technologie
- Delphine Descorne-Jeanny a été réélue présidente du cluster Nogentech le 02 juillet 2020.
- Le cluster Nogentech poursuit ses projets le 20 juillet 2020
- Delphine Descorne, engagée pour l’industrie locale le 31 juillet 2020
- Les femmes font de belles carrières d’ingénieures ! « Et oui, une Miss qui évolue dans l’industrie, c’est possible ! » le 01 septembre 2020.
- Newsletter du cluster Nogentech n°07 du 30 octobre 2020
- Nogentech : la presse nationale en parle le 20 janvier 2021