Notilo Plus : 20 000 images sous les mers Une envie unanime pour les dirigeants de Notilo Plus : que leurs robots soient fabriqués en France !

, par Katia DE SA ROSAS

Avec son associé Benjamin Valtin, le Chaumontais Nicolas Gambini a créé en 2016 la start-up Notilo Plus qui développe des drones sous-marins autonomes. Ils ont confié la fabrication de leurs produits à l’unité joinvilloise du groupe industriel EFI Automotive.

Les amateurs de sports extrêmes diffusent sur la Toile des vidéos de leurs aventures, grâce aux drones et aux caméras de type GoPro. Jusqu’à présent, faire la même chose sous l’eau était plus compliqué car il n’existait pas de drones sous-marins. La société Notilo plus en propose un aujourd’hui : iBubble. Ce produit high-tech, de 9 kg seulement, transportable dans une simple valise, reste immergé une heure et plonge à 60 m. Son intelligence artificielle le rend capable de suivre un plongeur de façon autonome et de faire la différence entre un requin ou une baleine et un homme-grenouille. Une télécommande intègre différents scenarios et permet d’interagir. Le tout sans fil à la patte !

Un joli jouet dans sa version de base, comptez 4499 euros, pour immortaliser ses plongées, "Il y un mode follow qui suit le plongeur, un mode lead où le drone va passer au-dessus du plongeur et avancer devant lui, un autre où on peut manuellement prendre le drone pour filmer", explique Filip Novotny, responsable de l’équipe intelligence artificielle Notilo Plus.

Un produit unique en son genre

Nicolas Gambini, 41 ans, se frotte aux technologies de pointe depuis sa sortie de Supélec. Un début de carrière dans l’industrie le conduit chez Renaud où il développe des véhicules électriques. Il quitte la firme au losange et trouve en la personne de Benjamin Valtin un profil complémentaire au sien. Le tandem fonde en 2016 Notilo plus. Une campagne de crow funding puis plusieurs levées de fonds permettent à la start-up d’avoir les moyens de ses ambitions. Car le défi est de taille pour les ingénieurs et les informaticiens de Notilo Plus : comme il est impossible de piloter le drone depuis la surface – les ondes ne passant pas sans l’eau – il s’agit de trouver l’astuce pour le rendre complètement autonome. Dans l’eau pas de wifi, de GPS ou de Bluetooth, les créateurs d’IBubble ont dû trouver une autre solution.

La solution trouvée fait largement appel à l’intelligence artificielle et a donné lieu au dépôt de plusieurs brevets. Un système de sonar permet au drone de se repérer jusqu’à 60 m de profondeur. C’est la même technologie acoustique qui lui permet de se positionner autour d’un plongeur. Son autonomie lui permet de tenir une heure en immersion.

Une version pro

Dans le même temps, Notilo Plus a développé un deuxième drone pour un usage professionnel. Seasam, qui arbore une coque orange (iBubble est jaune) peut être personnalisé en fonction de la demande du client. Il plonge, lui, jusqu’à 100 m de profondeur. L’industrie pétrolière, les militaires, entre autres, montrent un vif intérêt pour Seasam. Mais pas seulement. L’armateur français CMA CGM vient de nouer un partenariat financier et technique. A termes, le drone sera utilisé pour inspecter les coques des porte-conteneurs et autres géants des mers de CMA CGM.

Le drone est décliné dans une version industrielle, à l’intelligence artificielle plus poussée. Selon sa programmation, la caméra est capable de reconnaître des anomalies sur la coque d’un bateau ou de repérer une fissure sur un barrage.
"Ces drones vont pouvoir capter de l’information sur l’état des océans, de la faune et de la flore, plus il y aura de drones dans l’eau, plus on sera capable d’avoir ces informations et de les fournir aux scientifiques", indique Benjamin Valtin, co-fondateur de Notilo Plus.

Le drone sera aussi "demain capable de reconnaître des espèces pour les scientifiques", selon ses créateurs. "On est capable de lui faire apprendre ce que l’on souhaite et plus il va faire des missions et plus notre drone va être intelligent dans sa reconnaissance et son apprentissage".

IBubble existe aussi dans une autre version, militaire celle-là, mais dont les applications sont pour le coup tenues "secrètes".

Le drone sous-marin autonome est fabriqué en Haute-Marne

Une envie unanime pour les dirigeants de Notilo Plus : que leurs robots soient fabriqués en France ! Ils ont pour cela fait appel à EFI Automotive, important équipementiers automobile spécialisé dans l’électronique de gestion des moteurs et des transmissions, qui met à disposition de la start-up ses compétences industrielles et le savoir-faire des salariés de son unité de Joinville. Quelques 300 drones sont déjà sortis de l’usine haut-marnaise depuis début 2019.

NOTILO PLUS
4 rue de l’industrie 52300 JOINVILLE
https://www.notiloplus.com
Dirigeants : Nicolas GAMBINI & Benjamin VALTIN

PDF - 5 Mo
Publié par Katia DE SA ROSAS le 12 décembre 2019 dans le Magasine de la CCI Meuse Haute-Marne n°01 https://fr.calameo.com

Publié par Katia DE SA ROSAS le 12 décembre 2019 dans le Magasine de la CCI Meuse Haute-Marne n°01 https://fr.calameo.com

Pour en savoir plus :

- Christophe Juppin valorise et développe l’écosystème innovant de Haute-Marne
- Start-up made in Haute-Marne
- L’incubatrice prise d’assos le 15 juin 2019 à Saint-Dizier.
- Inno Génération 2019 le 10 octobre 2019 à Paris
- La start-up Notilo Plus à InnoGénération, le 10 octobre 2019
- Notilo Plus : 20 000 images sous les mers