Nouveau recul des transplantations d’organes en France le 14 janvier 2020 En France, de 500 à 800 patients meurent chaque année faute de greffons, et 24 000 personnes attendent une greffe, révèle une enquête.

, par christophe Juppin

Le nombre de transplantations d’organes est en léger recul en France, très loin des besoins. C’est l’un des enseignements de l’enquête, réalisée par l’association France Transplant, rendue publique mardi 14 janvier 2020. L’association France Transplant tire le signal d’alarme : entre 500 et 800 patients meurent chaque année faute d’avoir pu bénéficier d’une greffe. Près de 24 000 restent en attente d’une transplantation.

Le nombre de transplantations d’organes est en léger recul en France, très loin des besoins. C’est l’un des enseignements de l’enquête, réalisée par l’association France Transplant, rendue publique mardi 14 janvier 2020. « Nous sommes inquiets, le nombre de malades en attente de greffe ne cesse de croître, et le nombre de transplantations n’augmente plus  », souligne Jean-Louis Touraine, président de France Transplant et député LRM du Rhône.

Le nombre de greffes en 2019 devrait être en repli, selon plusieurs sources, même si l’Agence de la biomédecine (ABM) ne communiquera ses données qu’en février 2020. Après huit ans de hausse, il avait reculé en 2018, avec 5 805 greffes d’organes réalisées (dont 561 à partir de donneurs vivants), selon les chiffres de l’ABM. Celle-ci avait évoqué l’épisode grippal comme explication. Or, « le fait que la greffe résiste mal à un épisode de tensions appelle l’attention », soulignait la Cour des comptes dans un rapport de 2019, qui concluait : « La chaîne de la greffe connaît des fragilités ».

Certes, le nombre de greffes a doublé en vingt-cinq ans, mais le nombre de patients inscrits sur la liste d’attente a été multiplié par quatre dans le même temps (23 828 patients), souligne France Transplant. Conséquence, « entre 500 et 800 patients meurent chaque année, faute d’avoir reçu un organe, poursuit Jean-Louis Touraine. En plus de ces décès, un nombre important de malades est retiré des listes d’attente, car, avec le temps, l’état des patients s’est dégradé, ils ne sont plus opérables. »

L’enquête de France Transplant insiste sur le déficit des organes collectés, des effectifs des médecins, chirurgiens, anesthésistes-réanimateurs insuffisants, tout comme ceux des infirmiers et autres soignants, des moyens financiers également insuffisants dans les services de transplantation. Certains avancent en outre une perte de motivation.

« Il peut y avoir aussi un manque d’organisation, avec parfois l’impossibilité d’accéder au bloc opératoire », constate Jean-Louis Touraine.

Un manque d’information est aussi évoqué, de même qu’une législation mal comprise.

Donneur présumé

Peu connue, la loi sur le don d’organes dit que « chacun est un donneur présumé d’organes et de tissus à moins qu’il n’ait exprimé de son vivant le refus d’être prélevé  ». Dans les faits, les équipes s’entretiennent, au préalable, avec la famille du donneur, mais « elles devraient être mieux former pour cette tâche délicate », souligne le professeur Jean-Louis Touraine, en insistant sur le bénéfice du don d’abord sur le plan humain, mais aussi sur le plan économique. Autre constat : de fortes disparités régionales existent, avec un taux de refus très élevé à La Réunion, élevé en Ile-de-France et nettement moins dans l’Est, note France Transplant.

Selon nos informations, pour le rein, 3 639 greffes ont été réalisées en 2019, contre 3 782 en 2017, avec une baisse des donneurs vivants, à 508 (537 en 2018). L’enquête de France Transplant mentionne une recherche « non optimale » de donneurs vivants volontaires. « Et, pourtant, la greffe est à privilégier. En effet, plus la période de dialyse s’allonge, plus la qualité de vie du patient risque d’être dégradée, et plus la mortalité après la greffe est importante », explique le professeur Lionel Rostaing, chef du service des transplantations rénales au CHU de Grenoble.

France Transplant tire le signal d’alarme : « Des modifications s’imposent », faute de quoi l’objectif du plan greffe 2017-2021 de 7 800 transplantations d’organes en 2021 sera loin d’être atteint. L’association de patients Renaloo, qui dénonce des écarts inacceptables pour une greffe du rein, se prépare à lancer un appel à des « états généraux de la greffe ».

Pascale Santi

Publié par Pascale Santi le mardi 14 janvier 2020 dans https://www.lemonde.fr

Activité en 2016

Organes

- 5 891 greffes d’organes réalisées (3 615 greffes de rein, 1 322 greffes de foie, 477 greffes de cœur) soit + 2,5% par rapport à 2015 (+ 17% entre 2012 et 2016)
- 576 greffes de rein à partir de donneurs vivants (soit près de 16% des greffes de rein)
- 114 greffes d’organes après arrêt cardiaque contrôlé (Maastricht III)
- 22 627 malades au total en attente d’un organe

Cellules souches hématopoïétiques

- 263 343 donneurs volontaires inscrits sur le registre national France Greffe de Moelle
dont 20 455 nouveaux donneurs inscrits au cours de l’année 2016
- 1 069 greffons non apparentés constitués pour des patients nationaux dont 967 à partir de donneurs volontaires nationaux et internationaux et 102 à partir d’unité de sang placentaire
- 205 donneurs nationaux prélevés dont 45 prélèvements de moelle osseuse et 160 prélèvements de cellules du sang périphérique

Tissus

- 41 044 donneurs de tissus recensés dont 5 872 donneurs décédés et 35 172 donneurs vivants de résidus opératoires
- 44 667 patients ont été greffés de tissus dont 35 547 de têtes fémorales et 4 166 de cornée

Fiche Repère n° 2 : le don d’organes et de tissus

Fiche pratique réalisée dans le cadre des États généraux de la bioéthique 2018 https://www.espace-ethique.org/


JPEG - 30.3 ko
Editions Baudelaire @EdBaudelaire· 29 mars 2017
Nouveau roman " Oser donner, oser partager, 20 ans à France Greffe de Moelle" de Colette RAFFOUX #Nogent #Sante #Medecine @EdBaudelaire

JPEG - 21.6 ko
Veilleurs de Vie @moelleosseuse· 8 janvIER 2020.
Vous vous demandez comment se déroule le don de moelle osseuse dans 75% des cas ?
Vous allez découvrir en avant-première que l’on est TRES loin de la grosse piqûre dans le dos...
Le saviez-vous ? 75% des dons de moelle osseuse se font par prélèvement dans le sang. On appelle cette méthode la cytaphérèse. Suivez le don de Maxime en vidéo ! Merci à Maxime pour son don et à l’EFS pour sa mobilisation !
https://www.youtube.com/watch?v=eE9RMoA5xEE&feature=emb_title

JPEG - 30.5 ko
La Montagne @lamontagne_fr· 26 févrrier 2019
Six idées reçues et fausses qui freinent le don de moelle osseuse en France :
Maître de conférences à l’université Clermont Auvergne et docteur en immunologie, Paul Rouzaire s’est attaché à lever certaines idées reçues dont est encore l’objet le don de moelle osseuse, jeudi 21 février 2019 à la Halle aux grains de Brioude, lors d’une conférence intitulée "Greffes et transplantations, les enjeux de la compatibilité".
https://www.lamontagne.fr/brioude/sante/haute-loire/2019/02/26/six-idees-recues-et-fausses-qui-freinent-le-don-de-moelle-osseuse-en-france_13503016.html

JPEG - 27.9 ko
RFI @RFI·14 mars 2017
Santé : mobilisation en France pour le don de moelle osseuse http://rfi.my/2n4Lrik

JPEG - 23.2 ko
Veilleurs de Vie @moelleosseuse· 09 octobre 2019
Pour rappel, les hommes ne représentent que 36% des inscrits sur le registre du don de moelle osseuse en France. Pourquoi a-t-on besoin d’hommes ? #Dondemoelleosseuse

JPEG - 31.5 ko
Le Monde @lemondefr· 15 janvier 2020
L’association France Transplant tire le signal d’alarme : entre 500 et 800 patients meurent chaque année faute d’avoir pu bénéficier d’une greffe. Près de 24 000 restent en attente d’une transplantation.
https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/01/14/nouveau-recul-des-transplantations-d-organes-en-france_6025846_1650684.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1579080832

Pour en savoir plus :

- Oser donner, oser partager, 20 ans à France Greffe de Moelle
- Cluny : une mère de famille atteinte de leucémie lance un appel à l’aide pour trouver un donneur de toute urgence le 29 novembre 2019.
- Cinétech n°42 « Réparer les vivants » Mercredi 25 mars 2020
- Nouveau recul des transplantations d’organes en France le 14 janvier 2020