Covid-19 : Petit Bateau s’est associé à d’autres industriels textiles de l’Aube pour la réalisation de masques de protection le 21 mars 2020 Le secteur textile se mobilise dans la crise sanitaire que traverse la planète.

, par christophe Juppin, Sylvia MAUCORT

Face au manque de masques de protection, Petit Bateau s’est associé à d’autres industriels textiles de l’Aube pour agir. Ensemble, ils ont mis leur savoir-faire de confection au service de l’Agence Régionale de Santé pour la réalisation de masques de protection, une denrée manquante et pourtant indispensable pour de nombreuses personnes.

Depuis le 18 mars 2020, les industriels textiles de l’Aube se sont mobilisés pour obtenir les matières premières permettant la réalisation de ces masques, qui seront ensuite remis à l’ARS qui supervise les besoins et organise leur distribution.

L’ensemble des prototypes ont été envoyés à la DGA pour vérifier leurs caractérisations. Les commandes doivent être passées via l’ARS.

Les industries textiles sont mobilisées mais il nous faut être très vigilant sur les caractéristiques des masques, et les niveaux de protection qu’ils offrent.

Les industriels textiles d’Alsace et des Vosges travaillent également sur une production prochaine.

Christophe Bernaud (HDPR à Andelot) est sur la même dynamique en Haute-Marne. Il fabrique et commercialise habituellement des housses de protection.

Les équipes ont agi sur la base du volontariat et les industriels ont veillés à assurer au maximum leur sécurité.

Nous tenons à remercier les entreprises partenaires de cette action et surtout les équipes volontaires !

Publié le 21 mars 2020, sur
https://www.linkedin.com/company/petit-bateau/


JPEG - 56.8 ko
Industries Textiles @UITFrance 21 mars 2020
Edition Remiremont - Gérardmer | La filière #textile vosgienne au secours de la pénurie de #masques -
https://www.vosgesmatin.fr/edition-remiremont-gerardmer/2020/03/21/la-filiere-textile-vosgienne-au-secours-de-la-penurie-de-masques

JPEG - 84 ko
Industries Textiles @UITFrance· 21 mars 2020
Textile, Mode, Luxe, Etat : mobilisation concertée pour la fabrication de #masques #textile https://modeintextile.fr/mobilisation-portail-masque/ via @Modeintextile

L’usine Bonneterie Chanteclair fabrique des masques de protection

L’usine Bonneterie Chanteclair fabrique des masques de protection de grande qualité et de grande fiabilité pour protéger les salariés de l’usine TISMAIL-La Chaussette de France. Benoit Seguin, Pdg chez Tismail-LCF La Chaussette de France, est heureux de les utiliser.

Thomas Delise a adressé ces masques à la DGA - Direction générale de l’armement - qui les a validés. Ils sont fabriqués à Troyes dans l’Aube.

Si vous souhaitez avoir des informations ou commander vous pouvez envoyer un mail à info@chanteclair.fr ou par téléphone au 03.25.41.71.68



Publié par Benoit Seguin le 21 mars 2020, sur
https://www.linkedin.com/posts/


Face au COVID-19 BioValley France est en recherche active de cahiers des charges pour la confection de masques (chirurgicaux , FFP1 et FFP2).

Les membres des pôles de compétitivité de la filière textile ont été sollicités le 17 mars 2020 pour trouver et produire des alternatives mais ils ont besoin de l’aide des acteurs santé pour arriver à fabriquer des masques conformes.

BioValley France recherche actuellement :
- des cahiers des charges pour les masques chirurgicaux, FFP1 et FFP2 ;
- des entreprises santé qui produisent d’ores et déjà ces masques et qui pourraient accompagner les acteurs de la filière textile dans la mise en place d’une solution.

JPEG - 25.5 ko
Si vous êtes malade, portez un masque "chirurgical" jetable pour protéger vos proches.

Cette demande est vitale et urgente, n’hésitez pas à la partager !

Si vous pouvez répondre à cette demande, merci d’envoyer directement un message à innovation@textile-alsace.com

Plus que jamais nous avons besoin de nous entraider !

BioValley France vous remercie pour votre aide.

JPEG - 15.7 ko
Le masque type chirurgical (à gauche) et le masque FFP2, théoriquement réservé au personnel soignant.

FFP2, FFP3, chirurgical : les différentes sortes de masque de protection

Le port du masque de protection peut contribuer à limiter la propagation du coronavirus (rebaptisé Covid-19 par l’Organisation mondiale de la santé). Il existe principalement deux types de masques, qui se distinguent par leur fonction propre et leur niveau de filtration.

Le masque à usage médical (« masque chirurgical »)

Le masque anti-projections, communément appelé masque « chirurgical », est le plus basique et le plus courant. Ce dispositif médical, en papier ou en tissu bleu, permet de filtrer les bactéries et d’éviter de contracter un virus.

Mais ce masque, d’abord conçu pour être porté par les malades eux-mêmes dès l’apparition des premiers symptômes d’infection respiratoire (du type grippe ou coronavirus), ne protège pas directement son porteur. Le masque chirurgical permet de protéger les personnes avec qui le porteur du masque entre en contact (son entourage proche, mais aussi les autres personnes dans les lieux publics), notamment lorsqu’il tousse ou éternue.

Ce masque sert à piéger les gouttelettes de salive ou de sécrétion des voies aériennes supérieures (bouche, nez, gorge, larynx et trachée). Mais à la différence d’un masque de protection respiratoire (voir plus bas), il ne sert pas à filtrer l’inhalation des agents infectieux transmissibles par voie aérienne (transmission aéroportée par de fines particules). Si le masque comporte une couche imperméable, il protège son porteur contre un risque de projection de liquides biologiques.

Pour info : le masque doit être conforme à la norme française et européenne NF EN 14683.

Les masques « de protection respiratoire » (de type FFP)

Les masques de protection respiratoire FFP (pour « Filtering Facepiece Particles », qui se traduit par pièce faciale filtrante) sont des dispositifs de protection respiratoire étanches. Dotés de coques ou de valves, ils sont traditionnellement réservés aux professionnels de la santé (médecin, infirmier, sage-femme, masseur kinésithérapeute et chirurgien-dentiste) ou à certaines professions confrontées à la présence d’un risque respiratoire (dans le bâtiment, par exemple). Ils ne sont donc pas destinés, a priori, au grand public. Mais ce dernier a aussi la possibilité de s’en procurer, en officine ou sur Internet notamment

Il existe plusieurs types de modèles de masques filtrants :

- FFP1
- FFP2
- FFP3

Ces masques sont hiérarchisés selon le degré de filtration d’une filtration faible (78% des particules pour le FFP1) à une filtration élevée (98% des particules pour le FFP3). Ils doivent répondre aux exigences de la norme EN 149. Les masques de type FFP2 et FFP3 filtrent suffisamment l’air inspiré pour empêcher l’inhalation d’un virus.

Le masque FFP2 (ou N95) demeure, pour les autorités sanitaires, la protection de référence en cas d’épidémie. « Le port de masques de type FFP2 est préconisé pour les personnels de soins lors des phases de transmission interhumaine et pandémique et pour les personnes à risque majeur d’exposition (proximité de moins d’un mètre d’une personne malade), tels que les professionnels de santé au contact des malades  », indique le ministère de la Santé sur son site Internet. Dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, ces masques sont aussi recommandés pour l’entourage proche des patients et les personnes chez qui le coronavirus représente une menace majeure.

Il faut donc au minimum un masque de niveau FFP2 pour se protéger efficacement. Ce modèle, également appelé le « masque canard », filtre 92% des particules. Il a notamment été utilisé contre :

- la tuberculose résistante
- la grippe aviaire
- et le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras)

Il couvre le nez et la bouche. Il se compose d’une pièce faciale (demi-masque ou masque complet) et d’un dispositif de filtration. Ce dispositif de protection individuelle, qui filtre les bactéries mais aussi les aérosols, est destiné à se protéger soit d’une éventuelle contamination d’un tiers par voie respiratoire. À noter : ces masques sont moins confortables, la respiration étant plus difficile.

En prévention d’une éventuelle épidémie de Covid-19 en France, le gouvernement aurait, selon le quotidien « Le Parisien », commandé plusieurs dizaines de millions de masques de type FFP2, principalement à destination des personnels de santé.

Publié par Par Loic Farge le 26 février 2020 sur https://www.toutsurmesfinances.com

Très efficaces à condition de savoir les utiliser

On pourrait opposer que les virus de grippe ne mesurent jamais plus de 80 à 120 milliardièmes de mètre et devraient donc passer facilement au travers des filtres. Mais les virus ne sont jamais expulsés seuls et sont toujours embarqués dans les gouttelettes aérosolisées par la toux ou les éternuements, et celles-ci sont facilement retenues par les FFP2 !

Les FFP2 sont très efficaces à condition de savoir les utiliser : respecter leur durée de vie (4 à 8 heures) ; bien les appliquer sur les ailes du nez pour qu’ils soient étanches ; ne pas les toucher pour qu’ils ne se déchargent pas électriquement ; les jeter une fois usés. À la longue, ils peuvent constituer une gêne. « Plusieurs études lors de l’épidémie de Sras ont montré que les soignants très exposés au virus n’ont pas été contaminés lorsqu’ils portaient correctement le masque », assure le Pr Flahaut.


JPEG - 122.4 ko
Le Monde @lemondefr 21 mars 2020
« Elles n’ont ni masque, ni gants, ni gel hydroalcoolique… On les envoie au front avec des bouts de bois ! »
La grande détresse des aides à domicile face à l’épidémie causée par le coronavirus
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/20/la-grande-detresse-des-aides-a-domicile-face-a-l-epidemie-causee-par-le-coronavirus_6033809_3224.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1584704974

JPEG - 70.9 ko
C à vous @cavousf5 - 20 mars 2020
Liquidation des masques : les explications de l’ancien Ministre de la Santé @XavierBertrand #CàVous
Xavier Bertrand, était ministre de la santé (2005-2007). « J’ai été chargé par Jacques Chirac, quand j’ai été nommé jeune ministre, de préparer le pays pour les urgences sanitaires et les risques sanitaires. Nous étions à l’époque avec des informations qui nous venaient notamment de chine, du Vietnam, avec le risque de la grippe aviaire H5N1 qui présentait des taux de mortalité très importants. Je me suis rendu en Asie pour voir quel était l’état de préparation et j’ai surtout vu, que si nous pensions pouvoir compter sur les masques, notamment des industriels chinois, on risquait d’avoir des sérieuses déconvenues ! Pourquoi ? Parce que le ministre chinois de la santé m’avait dit que si jamais il y avait un problème, ils garderaient en priorité les masques pour eux, et nous, nous serions servis après. A mon retour, j’ai proposé au président de la République que l’on passe des « commandes d’état » pour que l’on crée des usines de masques et que l’on renforce les capacités de production des usines en France. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, il y a toujours certaines de ces usines. Et à l’époque nous commandions jusqu’à un tiers de la production annuelle. (…) Quand j’ai quitté mes fonctions, il y avait un milliard quatre cents millions de masques en France. 600 millions de masques FFP2 et 800 millions de masques chirurgicaux. (…)

JPEG - 111.6 ko
Brice Bachon @BriceBachon · 31 mars 2020
Depuis le 24 mars 2020 l’usine historique de @LACOSTE à #Troyes produit et distribue gratuitement 4000 masques par jour, aux commerçants et entreprises de l’agglomération. #Reportage #LeCroco @France3CA

Pour en savoir plus :

- HDPR (Andelot) : Dr Housse ou l’éloge de la polyvalence
- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Face au COVID-19 BioValley France est en recherche active de cahiers des charges pour la confection de masques (chirurgicaux , FFP1 et FFP2) le 16 mars 2020
- 5 choses à savoir sur le covid-19 avec l’expert des virus à Reims le 10 mars 2020
- Covid-19 : Les entreprises ont-elles le droit de se reconvertir en fabricants de masques de protection ou gel hydroalcoolique le 16 mars 2020 ?
- Covid-19 : dispositifs d’appui aux entreprises
- Covid-19 : Mobilisation du Pôle textile d’Alsace pour produire des masques protecteurs le 17 mars 2020
- Covid-19 : La filière textile vosgienne au secours de la pénurie de masques le 20 mars 2020
- Covid-19 : Petit Bateau s’est associé à d’autres industriels textiles de l’Aube pour la réalisation de masques de protection le 21 mars 2020
- Covid-19 : Opération "Masques" dans le Grand Est le 21 mars 2020.
- Covid-19 : Appel aux masques : un fabricant se lance à Andelot le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Branle-bas de combat des industriels du Grand Est pour produire des « boucliers de protection » par impression 3D le 23 mars 2020.
- Covid-19 : Jean Rottner : « C’est un rouleau compresseur qui nous est arrivé dessus » le 23 mars 2020
- Covid-19 : L’Allemagne alarmée par le triage des patients dans les hôpitaux alsaciens le 26 mars 2020
- Covid-19 : Les usines de masques auboises déjà en panne de commandes le 25 mai 2020
- Covid-19 : Petit Bateau fier d’avoir fait face à la tempête le 04 juin 2020