Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne

, par christophe Juppin

Cette opération de cession, pilotée par la société spécialisée Synercom Grand Est, permet l’adossement d’une PMI à la filiale du groupe Amiquar, constitué comme une fédération d’entreprises, toutes autonomes. Francis Cherrey, le cédant, devient le directeur opérationnel des deux entreprises, Omedec et Lhermite, avec pour objectif de les doter des toutes nouvelles technologies.

C’est un peu l’histoire d’un ménage à trois. Il y a déjà celle qui rachète : Omedec, fondée en 1977, implantée à Amancey (Doubs) et spécialisée dans la découpe sous presse et laser, ainsi que dans l’emboutissage.

Cette PME de 32 salariés, qui réalise un chiffre d’affaires de 5 millions d’€, intervient beaucoup pour des produits électriques : tôlerie pour électro-aimants dipôles et quadripôles, découpage de rotors-stators de moteurs électriques…, mais également montage d’ensembles et de sous-ensembles, notamment des terminaux de paiement. Elle a pour autre particularité de concevoir et fabriquer ses propres outils et est entrée dans le giron du groupe Amiquar en janvier 2017.

Amiquar, près de 200 millions d’€ d’activité, n’est pas un groupe intégré. «  Nous nous considérons comme une fédération d’une trentaine PMI autonomes, dont une bonne moitié se situe dans l’Est », souligne Pierre Tissandier, président d’Omedec, associé et membre du comité de direction (codir) d’Amiquar, basé à Paris.

Né au début des années 1990 à l’initiative de François Quarré, ancien membre du comité exécutif de Rhône-Poulenc (chimie, pharmacie), et animé par lui, Amiquar est une structure légère où chaque associé supervise plusieurs PMI et les accompagne en termes de finance, de juridique, gestion et d’investissement. Le portefeuille est principalement composé d’entreprises relevant des domaines de la mécanique et de l’emballage. Amiquar y prend toujours des positions majoritaires et de long terme.

JPEG - 28 ko
Ponçage d’un caisson de ventilation chez Lhermite. © Amiquar.

Lhermite, implantée à Grenant (Haute-Marne) et reprise en 2010 par Francis Cherrey, est depuis fin septembre 2018 la propriété d’Omedec. Mais le cédant devient le dirigeant opérationnel des deux structures qu’il va mettre en synergie et les doter de nouvelles technologies.

Car Lhermite est ce que l’on appelle une pépite de savoir-faire. Elle est tout à la fois une chaudronnerie et une tôlerie qui travaille sur plans, voire les élaborent pour le compte de GE Energy, Leroy Somer, Jeumont électrique... grâce à un BE intégré. Son spectre d’intervention est large : découpe, pliage, soudage, grenaillage, peinture et assemblage. La PMI réalise 2 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie 15 personnes.

JPEG - 32 ko
Poste de découpe laser chez Lhermite. © Amiquar.

Qui sont Pierre Tissandier et Francis Cherrey ?


JPEG - 7.4 ko
Francis Cherrey, à gauche, et Pierre Tissandier. © Amiquar.

• Chaudronnier et soudeur de formation, Francis Cherrey a exercé son métier dans différentes entreprises. Puis l’envie de voler de ses propres ailes a été plus forte et il reprend en 2010 Lhermite à son fondateur éponyme qui l’avait créée en 2001.


La raison de la cession tient en deux causes : l’absence de successeurs familiaux et internes à l’entreprise. « Et je souhaitais surtout à 50 ans, pérenniser la société par une vente à des acquéreurs qui partagent une vraie vision industrielle », explique-t-il. C’est chose faite avec Amiquar qui lui confie la gestion des deux entreprises.

• A 66 ans, Pierre Tissandier a connu mille et une vies professionnelles après des études de droit et de sciences politiques. Ce fut l’expatriation au sein de grands groupes : Elf Aquitaine (Norvège) ; Rhône-Poulenc (Maroc et Italie) et Toshiba. Il rencontre François Quarré lors de son passage chez Rhône-Poulenc, le courant passe, les deux hommes deviennent ensuite amis. Et il y a trois ans, il rejoint Amiquar comme associé à la tête d’une dizaine de filiales.


JPEG - 18.6 ko
Victor-Emmanuel Minot

Synercom Grand Est, conseil du cédant, est dirigée par Victor-Emmanuel Minot. Fin connaisseur de l’industrie, il est l’un des huit associés du Réseau Synercom France, cabinet de conseil en cession et acquisition. Ancien chef d’entreprise, il est diplômé des Compagnons du Devoir et d’HEC Paris.

Coprodex, l’autre acquisition dans l’Est du groupe Amiquar

Les opportunités d’acquisition chez Amiquar se multiplient. Rien de plus normal avec une population de dirigeants de PMI vieillissante ou "esseulée". Au creuset de la Thiérache, dans l’Aisne, l’une de ses filiales, reprend Coprodex, implantée à Saint-Avold (Moselle).

Le repreneur, avec à sa tête Sylvie Owen a une double casquette. Sa société CTI est une fonderie d’aluminium en technologie coquille (le nom du moule), spécialisée dans les pièces d’aspect.

L’autre bras armé s’appelle Orial, qui conçoit et fabrique des produits de l’habitat à base de profilés aluminium. L’ensemble pèse 18 millions d’€ de chiffre d’affaires et s’appuie sur un effectif de 100 personnes.

Coprodex, spécialiste des composants en PVC pour les poseurs de fenêtres : cornières, couvre-joints, tablettes…a été fondée par Philippe Metzger qui demeure aux commandes. Elle atteint 17 millions d’€ d’activité avec une cinquantaine de salariés.

Sylvie Owen est plus qu’enthousiaste après cette opération qui doit lui offrir une « complémentarité produits et accessoires à la couleur voulu par la clientèle. »



Publié par Didier Hugue le 17 décembre 2018 sur www.tracesecritesnews.fr

Pour en savoir plus : autres articles dans Traces écrites :

- En Haute-Marne, Greatbatch Medical investit et embauche à tour de bras en 2013 et 2014
- La Haute-Marne vante ses savoir-faire industriels les 17 et 18 juin 2016 à Chaumont
- Le Champenois Applications Additives Avancées (3A) poursuit son chemin avec Michelin
- Haute-Marne : Biotech Ortho fait des pieds et des mains pour se développer
- A Bure, l’Andra perfectionne son projet de stockage des déchets nucléaires dans son laboratoire grandeur nature
- A Nancy, Econick produit des métaux bio-sourcés grâce à des plantes dépolluantes
- La Haute-Marne démontre toute l’étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent les 15 et 16 juin 2018
- Les Forges de Bologne, plus gros employeur de Haute-Marne, déménage à Chaumont en 2020
- Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne