Rafale made in Meuse le 16 février 2015 Réalméca produit des éléments électroniques majeurs de l’avion de combat de Dassault

, par christophe Juppin

La signature, lundi 16 février 2015, au Caire en Egypte par Jean-Yves Le Drian, du contrat d’un montant de 5,2 milliards d’euros, portant sur la vente de 24 appareils est une première victoire pour ce fleuron de l’industrie aéronautique française, engagé dans les opérations en Libye, au Mali ou encore en Irak. Au cœur de la Meuse, Réalméca produit des éléments électroniques majeurs de l’avion de combat de Dassault : antenne active du radar, vision, système de protection et tête de missiles.


JPEG - 84.4 ko
Jean-Yves Le Drian se rend en Egypte pour la signature, lundi 16 février 2015, du premier contrat à l’exportation de l’avion Rafale de Dassault Aviation. (AFP/Anne-Christine Poujoulat)

Le contrat que l’on n’attendait plus. Après des échecs multiples et alors que des négociations sont en cours avec l’Inde, le Qatar ou l’Arabie Saoudite, l’Égypte est depuis lundi 16 février 2015 le premier pays d’exportation du Rafale. Sourires et espoirs pour les 500 entreprises du Team Rafale.

JPEG - 99.2 ko
Jean Friess, pdg de Réalméca : "La vente du Rafale en Egypte est une bonne nouvelle pour l’industrie". (Photo : Dassault Aviation)

Dont Réalméca, une PME nichée dans l’Argonne (Meuse) qui produit une dizaine de pièces électroniques majeures de l’avion de Dassault. « Ce contrat de 24 unités rallonge de plus de deux ans notre carnet de commande, jusqu’en 2019. 11 avions sortent chaque année des lignes de montage de Dassault Aviation à Bordeaux Mérignac. Une partie rejoindra désormais l’Égypte », explique Jean Friess, PDG de Réalméca qu’il a fondé en 1962 et qu’il dirige avec son fils Bertrand et Bruno Gailly.

JPEG - 44.7 ko
Jean Friess, pdg de Réalméca : "La vente du Rafale en Egypte est une bonne nouvelle pour l’industrie". (Photo : Ph.F.L.)

Le Rafale est un mécano complexe avec des pièces fabriquées par des PME dans toute la France pour Dassault ou ses deux grands partenaires, Safran (en charge des réacteurs et de la propulsion) et Thalès (avionique).

JPEG - 86.1 ko
A Bordeau Mérignac, les salariés de Dassault assemblent le Rafale. (Photo : Dassault Aviation - S.Randé)

Réalméca (135 personnes, 25 M€ de CA) réalise quatre éléments stratégiques du Rafale pour Thales et Sagem qui y ajoutent les cartes mères de commande. Les contre-mesures du système Spectra réparties dans plusieurs endroits et assurant la protection de l’avion par un système de brouillage. L’optronique, avec son antenne bulle devant le cockpit, donne la vision de jour comme de nuit au Rafale. Mais aussi l’antenne active du radar, le point fort de l’avion. «  Seuls les États-Unis et la France possèdent cette technologie. Le plateau du radar ne bouge plus et chaque module fixé dessus balaye le terrain et transmet des informations plus fiables et plus précises. La première livraison a été effectuée en 2013. En amont, nous avons participé au prototype, au design de pièces mécaniques et à l’industrialisation », explique Bruno Gailly. Le quatrième équipement, pas intégré dans le Rafale, n’en est pas moins important : la tête chercheuse du missile Mica (air-air) placé aux bouts des ailes. Réalméca, qui réalise le même équipement pour le missile Exocet (pour MBDA), fabrique l’autodirecteur avec un radar, élément essentiel d’efficacité du missile, les fusées détectrices de cible pour déclencher l’explosion et la partie du corps où se placent les cartes de Sagem.

JPEG - 70.4 ko
Le Rafale dispose d’un large éventail de capteurs haute technologie : radar RBE2, Optronique de Secteur Frontal, SPECTRA, nacelle DAMOCLES...

Pour Sagem et MBDA, comme pour Thales, Réalméca est plus qu’un simple sous-traitant. « Depuis 1978, pour Électroniques Marcel Dassault, nous avons diversifié notre activité, les machines-outils de précision, avec un secteur dédié à l’électronique de défense. On a commencé par des pièces mécaniques puis on nous a confié davantage de produits et enfin la maîtrise de la chaîne de fabrication. Devenus intégrateurs d’ensemble technologiques complexes, on gère une pièce du début à la fin comme l‘antenne active du Rafale. On est fournisseur de rang 1 de Thalès », souligne Jean Friess.

JPEG - 47 ko
A Bordeau Mérignac, les salariés de Dassault assemblent le Rafale. Dans le nez, l’antenne active du rafale fabriquée à Réalméca. (Photo : Dassault Aviation - S.Randé)

Collaborant avec Thales dès la planche à dessin au bureau d’étude, Réalméca mène le processus selon sept étapes : la maîtrise des achats et la gestion du stock avec la nécessité de pouvoir disposer des composants pendant 20 à 30 ans, l’usinage des pièces mécaniques, l’intégration qui consiste à assembler et construire une pièce (câblage, carte électronique, pièces mécaniques, soudures, connectivité), les tests (électriques, électroniques, mécaniques, fonctionnels et hyperfréquences) et les contrôles (traçabilité et mise en condition opérationnelle selon les contraintes liées à l’aéronautique et à la défense) et la maintenance.

JPEG - 61.2 ko
Dans le Team Dassault, l’optimisme est désormais de mise. (Photo : Ph.F.L.)

« Intégrateur signifie être associé du début à la fin mais aussi être comptable et responsable de la pièce que nous livrons et donc de la qualité équipements produits par nous ou fournis par les sous-traitants que nous choisissons. Cela illustre l’importance de notre maturité. Un quart de la valeur ajoutée de Réalméca, c’est notre capacité de tests. L’antenne active est contrôlée et testées pendant deux jours  », détaille Bruno Gailly. Avec Jean et Bertrand Friess, il s’appuie sur du personnel formé en interne et polyvalent. Des équipes ambitieuses et dimensionnées pour accueillir de nouvelles commandes à l’export. Dans le Team Dassault, l’optimisme est désormais de mise.

JPEG - 87.1 ko
L’antenne active est l’un des quatre équipemen,ts complexes et électroniques conçus de toutes pièces par Réalméca. (Photo DR)

Publié par Sébastien GEORGES le dimanche 22 février 2015 sur https://www.estrepublicain.fr



JPEG - 55.2 ko
En France, le programme Rafale fait travailler près de 7 000 personnes avec près de 500 entreprises impliquées.

JPEG - 36.8 ko
Safran @SAFRAN· 19 janvier 2020
Du cockpit au bout du moteur, découvrez tous nos équipements à bord du #Rafale @Dassault_OnAir ! https://www.safran-group.com/fr/safran-bord-du-rafale-dassault-aviation?utm_source=social&utm_medium=twitter&utm_content=4a224cba-b872-4e33-a77b-14dce6f9be1a #SafranÀBord


PDF - 3.1 Mo
Cinétech n°41 « Rafale avion secret défense »

Pour en savoir plus :

- Rafale made in Meuse le 16 février 2015
- Soirée événement sur l’attractivité des territoires du Grand Est : "Apprenons à travailler ensemble intelligemment" le 12 septembre 2019 à Saint-Dizier
- Une projection en avant-Première « Astéroïdes, le nouvel Eldorado spatial ? » le 28 novembre 2019 à Nancy.
- Cinétech n°41 « Rafale avion secret défense » Mercredi 12 février 2020
- Nogent : succès énorme pour le Rafale le 12 février 2020