Un cimetière à pales d’éolienne aux États-Unis Les cimetières à pales d’éolienne sont condamnés à rester pour l’éternité

, par christophe Juppin

Ces images montrent parfois tout le paradoxe des initiatives écologiques. Et dans un pays comme les États-Unis, où les questions environnementales sont parfois décriées, ces images ont réellement du mal à passer auprès de l’opinion publique. Des photos ont été diffusées dans la presse lors de l’enfouissement de milliers de morceaux de 870 pales d’éolienne dans le sol.


Des photos ont été diffusées dans la presse lors de l’enfouissement de milliers de morceaux de 870 pales d’éolienne dans le sol. Comme vous pouvez le voir sur ces photos, les hélices arrivées en fin de vie ont été démontées en morceaux et ne peuvent être recyclées ni incinérées. Par conséquent, les morceaux sont destinés à polluer la terre pendant des millénaires.

Des milliers de morceaux de pales d’éolienne sont enterrés chaque année

Lake Mills dans l’Iowa, Sioux Falls, en Dakota du Sud et Casper, dans le Wyoming sont les trois municipalités américaines à avoir accepté de se répartir les milliers de morceaux de pales d’éoliennes qui devront disparaitre dans la terre. La localité de Casper, à elle seule, enfouira dans son sol les morceaux de 870 pales. Aux États-Unis, chaque année, se sont 8000 pales qui sont remplacées.

Un cimetière à pales d’éolienne : le paradoxe de l’écologie

Une fois qu’elles ont atteint leur fin de vie, les pales des éoliennes sont démontées, puis coupées en morceaux, et enfin, enterrées, les unes contre les autres comme dans une fosse commune d’un cimetière.

JPEG - 73.8 ko
Crédits : Getty, Google Earth, Wyoming News Now

Les cimetières à pales d’éolienne sont condamnés à rester pour l’éternité

L’entreprise française Veolia, anciennement connue comme Vivendi Environnement, est le fabricant de ces éoliennes. Veolia confirme que malheureusement, à l’heure actuelle, il est impossible de créer des éoliennes recyclables. « Les pales d’éoliennes resteront là pour toujours  », avoue dépité Bob Cappadona, directeur des opérations de l’unité américaine de la société française. En effet, le temps de dégradation des « cadavres » de pales est inconnu, préférant décréter que les pales ne se dégraderont jamais.

JPEG - 58.6 ko
Crédits : Getty, Google Earth, Wyoming News Now

Une société texane affirme pourtant avoir mis au point un système de recyclage de plastique à renfort de verre, matière qui compose les pales. «  Nous pouvons traiter 99,9% des pales et environ 6000 à 7000 pales par an », déclare Don Lilly, PDG de la société Global Fiberglass Solutions. Cette société propose de recycler les pales en les transformant en petits palets de matière, qui seront ensuite réutilisés pour fabriquer des recouvrements de sol.

JPEG - 83.6 ko
Crédits : Getty, Google Earth, Wyoming News Now

Publié par Nicolas F le 11 Mai 2020 sur http://www.letribunaldunet.fr

Pour en savoir plus :

- Lecornu : « Moins mauvaise solution » à Bure-Saudron le 29 janvier 2018
- A Bure, l’Andra perfectionne son projet de stockage des déchets nucléaires dans son laboratoire grandeur nature
- « On n’a pas trouvé mieux que le nucléaire pour produire de l’électricité sans trop polluer »
- Climat, nucléaire, homéopathie… Pourquoi nous maltraitons la science
- La révolution énergétique allemande dans l’impasse en décembre 2019
- Jean-Marc Jancovici : « L’Allemagne est le contre-exemple absolu en matière de transition énergétique »
- Un cimetière à pales d’éolienne aux États-Unis le 11 Mai 2020